La Forme de l'Eau : Del Toro se confie sur son film, entre quête d'amour et brulot d'une Amérique Trumpienne

Alexis Vielle | 13 octobre 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Alexis Vielle | 13 octobre 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Futur chef d'oeuvre d'une beauté à couper le souffle, Shape of Water (La Forme de l'Eau en français) méritait bien d'être décortiqué par son réalisateur Guillermo Del Toro. 

Ecran Large a eu la chance de découvrir en avant première la prochaine réalisation du gothique et poétique Guillermo Del Toro. Plus proche du Labyrinthe de Pan que d'un Pacific Rim, la claque de l'année a désormais un nom. Lion d’Or lors de la dernière Mostra de Venise, La Forme de l'eau (Shape of Water en VO) est un petit bijou de cinéma, probablement le film le plus abouti de son Mexicain de metteur en scène. L’œuvre de la maturité. Du coup cela méritait bien une analyse de la part de son auteur Guillermo del Toro

 

Photo Guillermo del Toro

 Michael Stuhlbarg, Michael Shannon, Guillermo Del Toro et David Hewlett sur le tournage du film

 

Chef d’œuvre éminemment personnel, l'artiste a délaissé ses robots géants, ses démons superhéros et nous livre un conte des temps modernes. Un retour aux origines pertinent qui pousse le cinéaste à revenir sur la genèse de son long :

« Je me suis évidemment inspiré de L’Etrange Créature du Lac Noir, de cette histoire d’amour impossible entre ce monstre et Julia Adams. La fin tragique m’a marqué et je voulais raconter une histoire de ce genre. »

Comme dans chacun de ses films, l’amour est un personnage prédominant dans La Forme de l'Eau :

« Montrer ses émotions est mal vu aujourd’hui. C’est être un rebelle que de dévoiler ses sentiments. La plus puissante des émotions reste l’amour comme l’eau est le plus puissant des éléments naturels. C’est aussi le parallèle entre les deux que je voulais montrer dans le film. Pour autant, ce n’est pas une comédie romantique. Sally hawkins n’est pas une princesse Disney, genre la Belle et la Bête. La créature de l’eau représente l’autre, l’être désiré, l’inconnu. »

 

Photo

 

Extrêmement riche en thématiques, le film dépasse le simple cadre de la tragique lovestory. En dessinant une histoire entre deux êtres que tout oppose et paradoxalement directement liés, Del Toro véhicule des messages et des idées pertinents dans une société en crise identitaire. La double lecture est donc nécessaire  :

 « Le film pourrait se situer dans les années 50 ou 60 mais la vérité est que j’ai voulu rendre le film intemporel. Shape of Water comporte plein d’éléments futuristes, plein de promesses. Je parle de la crise, du racisme, de la course absurde à la réussite absolue… Des thèmes qui font échos aujourd’hui ! Je voulais tirer sur le Make America Great Again qui ne représente pas l’avenir mais une Amérique révolue et qui n’a plus de sens aujourd’hui ! »

 

Photo Michael Shannon, Michael Stuhlbarg

 Michael Shannon, bourreau et victime de névroses trop contemporaines

 

Del Toro revient aussi sur son choix de casting :

« J’ai écris le film en ayant tous les acteurs en tête. Je ne voyais personne d’autre que Sally Hawkins, Octavia Spencer ou Michael Shannon pour les rôles. Le personnage de Michael Shannon est intéressant. C’est un salaud intégral mais il n’en a pas conscience. Il pense que ce qu’il fait est la meilleure chose à faire. Il est une caricature des travers d'une Amérique contemporaine. »    

Il ne vous reste plus qu'à patienter encore long mois avant sa sortie le 21 février 2018.

 

  

 

Photo affiche teaser

 

Tout savoir sur La Forme de l'eau

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Tang 80
18/10/2017 à 13:21

Oui la dernière bande annonce ont voit le professeur de hellboy a la fin se n'est pas le même acteur vu qu'il est décédée mais bon ont aura compris il sagit bien de abe

Cervo
13/10/2017 à 14:58

Ahahhahaha jamais contents les mecs, qui s'imaginent n'importe quoi.
Pour une fois qu'un titre français est une traduction, intelligente, simple, évidente et qui conserve la poésie du titre original.

corleone
13/10/2017 à 14:32

Mdr z'auraient pu tout simplement traduire par La Creature des Eaux, et tout le sens aurait été là. C'est le sens où l'idée du titre(voire du film) qu'on traduit et non le titre proprement dit. Mdr

Yann
13/10/2017 à 14:13

S'aurait pu être pire : ils auraient pu donner un autre titre, en anglais.

Royo59
13/10/2017 à 13:44

Wow wow wow. Attendez deux secondes.
Ils ont vraiment traduit le titre au lieu de simplement laisser Shape of Water ?

Frank
13/10/2017 à 13:40

Du coup il y a un rapport avec Abe Sappiens ou pas ?

votre commentaire