Cannes 2013 : Guillaume Canet parle de Blood Ties

Matthieu Leniau | 20 mai 2013
Matthieu Leniau | 20 mai 2013

Pour la sortie de Blood ties, son premier film en langue anglaise, Guillaume Canet s’est rendu en conférence de presse avec son costume de réalisateur. Pour ce remake américain des Liens du sang, le français a discuté New York des 70’s, tournage américain, et collaboration avec James Gray : Extraits.

Cliquer sur la photo pour lire la critique du film de la rédaction  

Il avait partagé l’affiche de la version française avec François Cluzet. Il a depuis réalisé l’adaptation américaine de l’oeuvre, en compagnie d’un casting de choix composé notamment de Clive Owen, Matthias Schoenaerts, Mila Kunis, Zoe Saldana, et Mario Cotillard. Avec la volonté de se plonger dans le New York sale et crapuleux des années 70 : «Je me suis beaucoup documenté, et j’ai compris à quel point la ville était différente à l’époque. Quelque chose m’attirait dans ce contexte. Je voulais donc que les lumières, décors et costumes aient un aspect délavé.» Et qui d’autre pour le guider que l’enfant de Little Odessa, James Gray : «Nous avons déjeuné ensemble après Ne le dis à personne, conformément à sa demande. Nous nous sommes revus ensuite lorsqu’il fût membre du jury à Cannes en 2009. Je lui ai dit que je cherchais un co-auteur pour l’adaptation des Liens du sang, et il m’a tout simplement répondu : «moi» !»

Ce remake signifie-il l’absence d’un projet original pour son premier film américain ? «J’ai reçu plusieurs offres pour réaliser un film en anglais. L’idée m’a plu, mais je ne voulais pas entreprendre un projet avec la pression des studios. J’ai donc mis de côté ces sollicitations pour émerger le moment venu avec un projet personnel. J’ai repensé au super scénario des Liens du sang, et j’ai immédiatement voulu le transposer au cinéma des 70, celui qui m’a fait rêver.»

 Oui, mais tourner aux Etats-Unis pour un cinéaste français, cela a un prix ! Celui de l’adaptation. Et cela revient à concéder certains aspects de la réalisation : «Là-bas, tout est différent : on ne peut pas faire ce que l’on veut avec les caméras sans autorisation, impossible également de diriger les figurants. Heureusement, ma complicité avec les comédiens a compensé ces contraintes.» Un ajustement qui a nécessité une adaptation: «Il a fallu que je gagne la confiance des techniciens américains, car je n’ai pas pu venir avec toute mon équipe habituelle», conclut Guillaume Canet.

La Bande-annonce de Blood Ties

 
 
Matthieu Leniau & Laurent Pécha

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire