Thierry Lhermitte - Interview couscous

Didier Verdurand | 8 janvier 2010
Didier Verdurand | 8 janvier 2010

Thierry Lhermitte est à Sarlat pour présenter Le Siffleur avec Virginie Elfira et son metteur en scène Philippe Lefebvre. Après avoir échangé quelques mots sur le lycée Pasteur de Neuilly-sur-Seine où il a rencontré Christian Clavier, Gérard Jugnot et Michel Blanc (les 4 n'ont jamais été ensemble dans la même classe, heureusement pour les profs), il faut se rendre à l'évidence que Thierry Lhermitte n'a pas tellement envie de parler du passé et qu'on doit sa présence à Sarlat plus pour la région et les festivaliers que pour les interviews. Heureusement, il y a toujours des sujets qui secouent.

 

Plus d'une centaine de films et un nombre incalculable d'interviews... La promo est un exercice qui vous lasse ?

C'est mon travail, qu'est-ce que vous voulez que je vous dise ? Si j'étais pas forcé de le faire, je ne le ferais pas, ça c'est sûr.

 

Il y en a qui s'en passent !

Il me semble que ça fait partie de mes devoirs si j'ai été grassement payé sur un film.

 

 

Vous êtes un geek de la première heure.

Je me suis intéressé à Internet dès le début, c'est vrai. J'étais passionné par les ordinateurs.

Le Net a bien évolué depuis et pas forcément que dans le bon sens. Un mot là-dessus ?

C'est comme si vous me disiez qu'un couteau a des bons et des mauvais côtés. Vous pouvez l'utiliser pour couper de la viande ou pour égorger quelqu'un. Internet est un outil magique mais vient ensuite la manière dont on l'utilise. On peut condamner les auteurs anonymes de saloperies sur les gens, le téléchargement pirate, les manipulations de la presse, les attaques de hackers mafieux, les tricheries, la pédophilie...

Hadopi est passé mais il y a toujours des contestataires.

90% ou plus des artistes sont pour qu'on arrête de télécharger. On a surtout entendu ceux qui sont contre, parce que c'est plus spectaculaire. Il y a eu des mots complètement démesurés pour critiquer cette loi, jusqu'à en être ridicules. Non mais c'est dingue de trouver ça liberticide ! C'est une blague ? (parlant comme un instituteur à un enfant en maternelle) D'abord on vous dit que c'est pas bien de voler et ensuite, on vous envoie une lettre pour vous répéter que ce n'est pas bien de voler et après votre troisième vol, on vous coupe Internet. (l'air grave) Et si cette loi n'est pas efficace, on la changera. Merde ! Au moins on fait quelque chose.

Vos enfants téléchargent ?

Ah non ! Mais pas parce que je leur ai interdit. Ces Peer-to-Peer sont bourrés de virus. Mon fils a du reformater deux fois son ordinateur et ça l'a calmé.

On trouve sur le Net des infos à propos du 11 septembre qui ont visiblement passionné Kassovitz et Bigard. (il se prend la tête entre les mains en entendant les noms) Et vous ?

Pfff... C'est calamiteux de revenir là-dessus. J'ai reçu un magazine avec des DVD sur les personnes qui remettaient en cause la version officielle. Je n'ai pas encore regardé les DVD mais j'ai lu le reste. Ils doutent aussi de Pearl Harbor. Mais vous êtes malades mes pauvres enfants... C'est du même acabit que nier l'existence des chambres à gaz. Qu'on ne sache pas toute la vérité sur le 11 septembre, c'est possible mais c'est tellement facile d'aller dire qu'il s'est passé autre chose derrière ! Et peu importe le nombre de personnes qui remettent tout en cause, regardez le nombre de pays arabes qui ne reconnaissent pas l'Holocauste !

(2012 approche) Ils parlent de Pearl Harbor ?!

Je crois que là, ils vont un peu fort. 60 ans après, avec toutes les informations déclassifiées et rendues publiques aux Etats-Unis, tous les chercheurs et historiens qui se sont penchés sur le sujet... Il y en a qui trouvent le moyen de dire que ce sont les Américains qui ont attaqué Pearl Harbor ? Cela me laisse sans voix.

Revenons au cinéma. Vous n'avez pas d'agent ?

C'est exact. Je ne suis pas le seul.

Vous avez un assistant pour lire les scénarios ?

Non. Je les lis moi-même. Plus ou moins.

C'est pour ça que vous aviez accepté de faire Le Divorce ?

J'ai adoré ce film. Il est super bon.

 

 

Désolé pour l'exemple, c'est parce que je pense le contraire !

J'adore les films d'Ivory, je le trouve très fin. Il a un regard que j'estime très vrai sur la France.

(dans la semoule) J'aime beaucoup quelques films d'Ivory, aussi... Enfin, cela vous a donné l'occasion aussi de rencontrer Glenn Close !

En plus d'être une actrice formidable, c'est une femme charmante, simple.

Vous avez passé d'autres castings depuis, pour des films américains tournés chez nous ?

Non... Ah si, Tarantino m'a demandé pour Inglourious basterds mais je ne pouvais pas me libérer aux dates fixées donc nous ne sommes pas allés plus loin. Je n'ai pas de gros regrets en général, ce ne sont que des films.

 


Votre personnage dans Le Siffleur excelle dans le genre vulgaire. (en rigolant) Il y a un peu de vous ?

(petit rire) Je ne peux pas vous dire, il faudrait demander à mon entourage. Mais je n'espère pas. C'est un rôle comme un autre.

(l'éponge est jetée) Qui demande une préparation particulière ?

Non, juste savoir son texte. C'est tout.

Que dire sur la débutante prometteuse Virginie Efira ?

Elle est super, je me suis fait plaisir avec elle. Mais elle n'est pas vraiment débutante, elle était actrice avant d'être animatrice à la télévision. (jamais pour le cinéma, Ndlr)

 


Ce n'est pas la première fois que vous jouez dans un film où il y a autant de personnages importants, vous êtes rarement du genre à vous la jouer solo.

Tout dépend du scénario. Si le rôle est bon, je le fais, je n'ai pas d'autres critères.

Vous gardez un œil sur le box-office ?

Non. Pas depuis des années. Quand j'étais producteur, je regardais ça avec attention, bien sûr, mais sinon je suis vaguement au courant. Je sais que Les Bronzés 3 ont fait 10 millions !

(Oh, et si je parlais des Bronzés 3 ? Heu, bof.) Pourquoi vous n'avez pas produit depuis 8 ans ?

Parce que cela prenait tout mon temps et j'ai d'autres centres d'intérêt.

Pour finir, un mot sur Une belle gifle ?

C'est quoi Une belle gifle ?

Un film avec Laure Manaudou ?

(les yeux levès au ciel) C'est un vague projet qui ne se fera jamais.

Encore une intox trouvée sur le Net - IMDB quand même ! Bon alors (avant que je m'en prenne une), un autoportrait et merci au revoir !

 

Propos recueillis par Didier Verdurand à Sarlat.

(Je précise que Thierry Lhermitte était souriant pendant toute l'interview sauf pendant qu'il parlait d'Hadopi et du 11 septembre)

 

Autoportrait de Thierry Lhermitte.

 


 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire