Jean-Paul Rouve

Stéphane Argentin | 23 février 2005
Stéphane Argentin | 23 février 2005

De petit Robin des bois à la télévision, Jean-Paul Rouve est devenu grand. De plus en plus grand même, à tel point qu'il vient d'enchaîner pas moins de six long-métrages en à peine plus d'un an : RRRrrrr !!! , Podium, Un long dimanche de fiançailles, Un petit jeu sans conséquence, Je préfère qu'on reste amis…, Boudu et d'obtenir sa deuxième nomination aux Césars pour son sosie de Michel Polnareff dans Podium après une première consécration il y a deux ans pour son rôle de collabo dans Monsieur Batignole. Cette actualité chargée et la sortie au cinéma de Je préfère qu'on reste amis… était donc l'occasion rêvée de lui faire subir un petit QCM afin d'en découvrir un peu plus sur le personnage qui se cache derrière Jean-Paul.

Imperméable ou peau de bête ?
Imperméable. J'ai un problème avec les femmes qui mettent de la fourrure et personnellement, je ne pourrais jamais mettre des vêtements faits à partir d'animaux. Dans RRRrrrr !!!, Alain avait décidé de n'employer que du synthétique et nous étions tous d'accord.

  

RRRrrrr !!! ou La guerre du feu ?
Ni l'un ni l'autre en fait car les deux films ne sont pas vraiment comparables, si ce n'est l'époque qui est commune (la préhistoire, NDLR). En plus de cela, c'est difficile pour moi de comparer car RRRrrrr !!!, c'est notre bébé à nous. On avait revu le film de Jean-Jacques Annaud quand on travaillait sur le notre. J'adore La guerre du feu, c'est un chef d'œuvre, comme tous les films de Jean-Jacques Annaud d'ailleurs. C'est un génie ce mec là !

Je préfère qu'on reste amis… ou Boudu ?
Je préfère qu'on reste amis… car c'est un projet qui me tient à cœur et que j'ai soutenu pendant longtemps avec Eric et Olivier (Eric Toledano et Olivier Nakache, les deux scénaristes – réalisateurs du film, NDLR). Et puis aussi parce que c'est ma rencontre avec Gérard. Pour Boudu, je ne fais qu'une participation.


Astérix ou Robin des bois ?
Pour le personnage, dans l'absolu, je préfère Astérix depuis que je suis tout petit. Mais je dirais Robin des bois par rapport à mes potes.

  

Cinéma ou télévision ?
Je n'ai rien contre la télévision mais je préfère le cinéma en temps qu'acteur car on y prend plus son temps et je trouve que c'est un métier où il faut prendre son temps si l'on veut bien faire les choses.

Acteur ou spectateur ?
Acteur car j'aime plutôt faire que regarder. Depuis que je suis gamin, j'ai toujours voulu jouer les choses. Dès que je suis spectateur, j'ai envie d'être dedans.

Bon scénario ou bon partenaire ?
Bon scénario d'abord et bon partenaire ensuite, dans cet ordre.

Un réalisateur ou deux ?
Je n'ai qu'une seule expérience avec deux réalisateurs, c'est Eric et Olivier mais paradoxalement, je n'ai pas l'impression d'avoir tourné avec deux metteurs en scène. Il y avait une telle osmose entre eux que j'avais l'impression qu'il ne faisait qu'un. Mais une expérience avec les frères Coen par exemple où l'un s'occupe de l'image et l'autre de la direction d'acteurs m'intéresserait.

Les histoires d'amour ou les histoires d'amitié ?
Je dirais que c'est la même chose. La seule différence entre les deux, c'est le sexe en plus dans le cas de l'amour. Mais derrière, ce sont les mêmes codes et c'est ça qui est à la fois intéressant et touchant dans Je préfère qu'on reste amis… : c'est une amitié entre deux hommes traitée comme une histoire d'amour.

  

Le speed dating ou bien les heures de tchat sur internet ?
Ni l'un ni l'autre. Je ne sais pas si c'est lié au fait que je n'appartiens pas à cette génération mais je trouve ça un peu globe et cafardeux. Si j'étais obligé de choisir malgré tout, je dirais les heures de tchat car on y prend déjà plus de temps. Ce que je trouve fou dans le speed dating, c'est les sept minutes. Comment apprendre à connaître quelqu'un en seulement sept minutes ? C'est impossible !

La bière ou les femmes ?
Les femmes. C'est quand même mieux.

Paris ou New York ?
Paris. J'ai découvert New York avec ce film et je trouve cette ville superbe. Je ne dis pas que j'ai vu tous les endroits du globe mais j'ai tout de même déjà pas mal voyagé et je considère Paris comme la plus belle ville du monde. Je suis ravi d'y habituer et d'y vivre.

La France ou la Belgique ?
Très difficile (longue hésitation). Je dirais la franco-Belgique. Je suis originaire du nord de la France (Jean-Paul Rouve est né à Dunkerque, NDLR) mais le mode de vie et la culture dans les Flandres y sont plus proches de la Belgique que de la France. Lorsqu'on y a passé toute son enfance comme moi, on ne s'en rend pas bien compte car on croit que tout le monde vit comme ça. Je n'ai vraiment pris conscience de la différence que lorsque je suis retourné en Belgique pour le tournage de King Kong Paradise. J'adore la Belgique et particulièrement Bruxelles qui est une ville incroyable.


50% français, 50% belge, 100% Rouve

Michel Polnareff ou Claude François ?
Je dirais Michel Polnareff pour ses chansons et ses paroles que j'adore et Claude François pour le mythe qu'il a lui-même créé. Sa mort a bien sûr tout amplifié mais le fait d'avoir su gérer sa carrière comme il l'a fait, comme un showman, un businessman, je trouve ça vraiment très fort.


Facteur (Un long dimanche de fiançailles) ou chanteur (Podium) ?
J'ai une voix catastrophique mais je choisirais chanteur car je rêverais d'être une rock star. Si demain, d'un coup de baguette magique, je pouvais devenir Robbie Williams, ce serait vraiment trop classe. Il a une aura et une voix incroyable. Il chante vraiment trop bien.

Films du passé ou films contemporains ?
(Soupir embarrassé !) Là vraiment je ne peux pas choisir car c'est avant tout un bon scénario qui fait un bon film et pas le simple fait que l'histoire se déroule à une époque donnée. Les deux me plaisent mais lorsque je choisis de faire un film, ce n'est pas ce critère là qui entre en ligne de compte. J'adore jouer le quotidien mais j'aime aussi tourner dans les films d'époque car il y a ce côté « déguisement » comme quand on était tout petit. Les deux n'appellent donc pas au même plaisir.

  

Propos recueillis par Stéphane Argentin.
Autoportraits de Jean-Paul Rouve.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire