Société : les gens qui n'aiment pas La La Land sont-ils de gros connards ?

Mise à jour : 30/04/2017 07:57 - Créé : 14 février 2017 - Simon Riaux
Affiche française
1114 réactions

Engrangeant les millions de spectateurs et les critiques élogieuses, La La Land est d’ores et déjà un phénomène culturel, avant même son éventuel sacre du côté des Oscars.

La ferveur autour du film de Damien Chazelle est telle qu’il est devenu difficile d’émettre la moindre critique – même modérée – au sujet de la chose. Le Saturday Night Live ne s’y est pas trompé, nous offrant il y a peu un sketch au cours duquel deux policiers interrogeaient violemment un spectateur (l'acteur Aziz Ansari) pas totalement convaincu par la comédie musicale.

 

 

Par conséquent, nous avons décidé de donner un peu d’espace aux malheureux qui n’ont pas pris leur pied ultime devant La La Land. Car si une partie de la rédaction a été totalement charmée par cette fable acidulée, une autre est restée de marbre.

Par conséquent, et avec une rare violence, nous vous livrons aujourd’hui les raisons pour lesquelles La La Land, c’est bien mais pas top (attention, ce qui suit contient de gros morceaux de mauvaise foi).

 

Photo Emma Stone, Ryan Gosling"Dansons la Carioca..."

 

Non, les musiques ne sont pas géniales

Bien sûr, on nage là dans une relative subjectivité, mais soyez honnêtes. Aucune chanson de La La Land ne vous est restée en tête. Si, bien sûr, une réplique, un accord, un morceau de couplet. Vous avez frissonné devant City of Stars, fredonné un chouïa sur The Fools who Dream… Mais si vous les réécoutez en boucle depuis deux semaines… c’est justement parce que vous savez, au fond de vous que vous risquez de les oublier. Si, si. Avouez.

 

Photo Ryan Gosling, Emma Stone"Arrête de chanter bébé."

 

Oui, c’est long et chiant

Sur le papier, l’idée de quitter le genre de la comédie musicale après 50 minutes pour basculer dans le drame romantique neuneu, afin de bien montrer le désenchantement vécu par les personnages est cohérent.

À l’écran, on passe juste d’un tunnel rose bonbon à un marigot de néant absolu. La mise en scène sublime de Chazelle se mue en un truc à base de champ-contre-champ tout moche, où les comédiens paraissent totalement perdus. Un peu comme ces gens qui vous invitent à un festin dans un restau étoilé pour finalement vous trimballer à l’anniversaire d’un expert comptable au Flunch.

 

Photo Ryan GoslingUne comédie musicale sans comédie, ni musical ? C'est un concept. 

 

Non, ce n’est ni romantique ni émouvant

Vu sa conclusion, La La Land n’est évidemment pas le feel good movie vanté par sa promo. À moins bien sûr que vous considériez un lavement au Sprite comme une source de plaisir intense. Et malheureusement, les personnages sont bien trop stupides pour nous émouvoir vraiment.

Entre Ryan Gosling, incapable d’envisager le jazz autrement que comme un ado puriste et hystérique, et Emma Stone, dont la consécration consiste à se faire reconnaître au Starbuck du coin, pas évident d’être touchés par ces deux glandus.

On se doute que La La Land se voudrait une autopsie des affects de son époque (ça va on n’est pas teubés non plus), mais son écriture, digne d’un jouvenceau de 14 ans fraîchement largué par l’élue de son cœur, est souvent trop grossière – mon dieu, cette scène de rupture… pour convaincre.

 

Photo Emma Stone, Ryan GoslingTralala Land.

 

Non mais c’est quoi ces choré pourries ?!

Oh la belle idée de choisir pour tenir le haut de l’affiche d’une comédie musicale un duo de comédiens qui ne sait ni chanter, ni danser… C’est mignon, c’est chou, et ça nous rappelle combien ils sont humains, mus par des émotions qu’elles sont simples et que vous et moi on les connaît aussi.

Sauf que comme le moindre figurant, désireux de faire son trou à Hollywood, met le couple grave à l’amende dès que la sono ronronne, le contraste est d’autant plus gênant que Ryan s’est mis au piano pour l’occasion et que sa maîtrise est bien réelle.

Du coup, les voir, lui et Emma, claudiquer comme des pingouins sous MDMA dans tous les morceaux musicaux tourne à la pure torture, tandis que leurs cordes vocales rouillées en viendraient presque à rendre inaudibles les rares morceaux réussis.

 

PhotoSan Andreas : the Musical

 

Oui, la promo est une honte

Entre les « FILM DE L’ANNEE » et les « IMPOSSIBLE DE NE PAS AIMER CE FILM », il ne manque qu’un « NOUS TUERONS UN CHATON A CHAQUE CRITIQUE NEGATIVE » ou un « LES HATERS MOURRONT TOUS DE CHLAMYDIA PURULENTE » pour que le tableau soit complet.

Passons sur les déclarations mises en avant, proclamant que La La Land est le meilleur film d’une année commencée depuis moins de deux mois, pour nous concentrer sur l’essentiel. À vouloir souligner la quasi-unanimité autour du métrage, plutôt que sur ses qualités intrinsèques ou le plaisir ressenti à son visionnage, la promotion panzer du film restera dans les mémoires comme une des plus désagréables vues depuis longtemps.

 

affiche#Vomi

 

Si vous aussi, vous avez ressenti un des violents sentiments évoqués plus haut, estimez-vous vengé. Peu importe que des millions de fous furieux se ruent devant La La Land : le film est sans doute loin d’être parfait, mais il vaut mieux qu’un gros paquet de films sortis depuis un gros paquet de semaines (même si on n’a pas toujours envie de le reconnaître).

commentaires

Anonyme 21/02/2017 à 14:25

J'ai pas détesté mais j'ai carrément mieux apprécier son précédent film qui est une bombe et n'a pas connu le sucés de Lalaland malheuresement....Je cite "WHIPLASH" !!

Celine 18/02/2017 à 20:26

Wtf sur la première photo "dansons la carioca" c'est bien un fil de micro qui dépasse de la jambe de pantalon de Ryan G ?

do do land 17/02/2017 à 00:19

Je suis un fan total de CM mais alors là... Mais mon dieu, mais enfermez moi!! Je vais tout casser comme Balavoine... Bon, allez on va essayer d'être constructif. Mais on est bien d'accord on parle dun film qui crée 10 milliards de fois plus le consensus que les demoiselles, singing in the rain ou un amricain a Paris? Bien... Alors, on va reprendre sa vieille VHS (ah oui jai oublie de dire, jai 43 ans) et on va comparer : rythme, danse, chorégraphies, jazz, couleurs, mise en scène, costumes, INTERPRÉTATION, scénario ... Et ensuite on se reparle OK? Svp... Pincez-moi!j'attendais tellement de ce film... Snifffff

un blasé 15/02/2017 à 22:39

@ kobalt

Quatre étoiles et demi... My Baaad ;)

un blasé 15/02/2017 à 16:40

@ Tenia

Et alors ? As tu vu la structure de l'article d'A.V Club ? Intro puis sketche de SNL ... ?? Le non auteur d'EL s'est juste contenté de changer l'ordre des paragraphes.

Wouah, les apologistes d'EL ne cesseront jamais de me surprendre, même avec les preuves sous les yeux, huhuhuhuhu

David 15/02/2017 à 12:38

Je precise que la phrase meilleur film de l annee est sur l affiche car a l origine le film devait sortir en france vers novembre. Je me rappelle bien avoir vu au cinoche la bande anninnce avec une date du genre fin novembre du coup cest plus plausible. Sinon bon film tres bien realisé tres surestimé comme whiplash deja a l epoque

postman 15/02/2017 à 09:32

Pas vu mais j'ai bien ri.

MERCI !

(c'est moi où le ton et les articles de ce site s'améliorent de jour en jour ?)

Actar 15/02/2017 à 09:07

Le risque hollywoodien du genre ça s'appelle Sweeney Todd et dans le cas de ce La La Land je pense qu'on est à des milliards d'années lumière de la claque de Tim Burton

tenia 15/02/2017 à 08:13

@ Greg : pour un mec qui dit de regarder vers le futur plutôt que le passé, la musique du personnage de John Legend ressemble drôlement à de la mauvaise pop des années 80.

CHUBAK 15/02/2017 à 06:25

BRAVO!!!! SUPERBE ARTICLE!!!

Plus

votre commentaire