Carte Blanche à Dany Verissimo 5

Par Dany Verissimo
22 mai 2006
MAJ : 21 mai 2024
0 commentaire
default_large

“Sea, sex and sun…..”

C’est ce qu’on a essayé de faire, je dis bien essayé !
Pour ce qui est du sea, j’ai jamais vu un vent aussi froid (pas frais : FROID) sur un bord de mer sauf en Bretagne !
Le sex, trop trop éclatée pour quoi que ce soit et le sun a fait des ravages sur les épaules de chacun de nous, surtout sur les nordiques : Jess, Louie, Alex et Mathieu !


Pour gagner un peu de temps, on a décidé de se mettre déjà en tenue de soirée (en plein après-midi ?! Oui, je sais !) J’ai changé 3 fois de tenue jusqu’à obtenir un débat sur ma robe ANTIK BATIK : avec ou sans culotte ??? La robe a un long décolleté plongeant dans le dos et tous me conseillaient de la porter sans culotte, sauf Louie qui me disait de la garder. L’enlever pour la coupe de robe ou la garder pour pas passer pour une allumeuse ? Au bout de longues heures de prises de tête j’ai décidé de la mettre pour un autre évènement. Voilà, j’avoue , je me suis dégonflée !!! Et alors ?!

Ce soir c’est pas n’importe quelle fête, c’est celle d’EUROPA CORP et, bien sûr, j’ai envie d’être belle et qu’on me remarque mais j’ai pas non plus envie d’être un sapin de Noël qui va être la tête de turc de toute la soirée. Pour vivre, restons caché, c’est ça ? Bah voilà, j’ai envie de rester discrète, longer les murs, me mettre dans un petit trou de souris et rester dans mon coin.

Je crois que j’ai la trouille. De quoi ? J’en sais rien. Peut-être encore de ce regard des gens. Je maitrise mieux l’oeil de la machine que l’oeil humain. Je suis mal à l’aise. Quelques chose me turlupine. Je saute quand même dans la voiture pour aller chercher mes 2 invits sur Cannes. Il y a queue au bureau d’EUROPA CORP. Tout le monde veut y être à cette soirée. Pourquoi ? Pour voir Luc Besson ? Si on demande ce que représente Luc Besson sur la Croisette à des cinéphiles, c’est leur “cinéma-pop-corn”, le bon “cinéma-pop-corn” celui où lorsqu’on achète sa place de cinéma, on prend son bol de pop-corn pour passer un bon moment avec le film. Je suis de leur avis. Il y a ceux aussi auprès de qui il apparait comme le Génie de la lampe d’Aladdin, le faiseur de rêve, celui qui les propulsera en haut de l’affiche et ceux qui le voit comme un homme d’affaires qui se propage et répand ses racines dans la terre du Cinema français… Qui es-tu Luc Besson ? C’est sans doute ça qui me travaille, c’est de ne pas réellement savoir qui il est. Ne pas le savoir me laisse dans le doute : vais-je lui dire bonjour ? Vais-je (surtout) y arriver à lui dire bonjour ? Si je le fais est-ce que je vais le déranger ? Et si je ne le fais pas, est-ce qu’il va m’en vouloir ? Même débordé, il a toujours été là pour moi. C’est vrai qu’il n’a pas beaucoup de temps à consacrer mais il sait garder un contact avec les gens qui ont travaillé pour lui.
Je sais pas. Ca fait un moment que je ne l’ai pas vu et j’ai peur.

Mes amis veulent être à cette fête alors j’irai. Tant pis pour ma trouille, on en reparlera une autre fois. Allez “hop” en route, on se disperse et on va chercher ses places chacun de son côté ! Une panne d’ordi me force à repasser à la résidence mais en attendant, Mathieu remonte sur Paris, le boulot l’appelle et les au revoirs sont teintés d’une pointe de tristesse, celle d’un lendemain de fête. Il garde les lunettes sur le nez. On se sourit tous gentiment et on se dit qu’on se reverra de toute façon au “Pot des Québécois” comme tous les jeudi. Mais quand même….. Il y a un pincement au coeur. Sur les conseils de Gad Elmaleh qu’il a croisé dans une boutique de costards, il repart avec un costard à 1300 euros de chez Thierry Mugler ! Put…., Gad ! La prochaine fois retiens-toi ! Surtout en lui disant que ça lui va super bien, tu m’étonnes qu’il l’a acheté !!! Mathieu n’en veut pas à Gad, en plus de son costard il repart avec des souvenirs plein la tête et des coups de soleil plein le corps. Un autre part, un autre arrive : Rodolphe, le producteur de la bande.
Et vous savez le meilleur en revenant à la résidence ? Je me suis encore changer ! Eh oui, ENCORE la fameuse histoire de cette robe ! Si je l’avais choisie parmi toutes les robes qui ornaient le show-room d’ANTIK BATIK, c’est que je voulais vraiment la mettre. Je ne crois pas au hasard. Il fallait que je la mette, un point c’est tout. Pardon ? La culotte ?! J’ai trouvé une arnaque. J’ai trouvé une sorte de mini-boxer en maille noir à mettre que j’ai descendu à la moitié des fesses pour ne pas gâcher le décolleté ! (C’est vrai Messieurs, nous sommes des arnaqueuses, la vie est ainsi faite, nous trichons depuis l’aube des temps !) Alors c’est décidé, je mettrai cette robe avec des talons haut blanc, par solidarité fémine avec Emese que j’accompagnerai dans la souffrance en fin de soirée. On comparera nos cloques le lendemain au bord le piscine.

Retour Croisette. Maintenant armés de nos invitations, on a bien envie d’aller diner dans le Vieux Cannes. Il n’est que 20h, la fête commence à 21h30. On choisit LA CLE DE SOL, une crêperie. Une autre question me travaille : j’ai mon invit’, les autres aussi…. Comment font ceux qui ne l’ont pas ? Comme moi hier ??? Et si on est seul, qu’est ce qu’il nous reste comme autre solution ?! Je n’aurai iamais pu venir seule. J’ai pris goût à cette vie de groupe, ce qui me laisse penser que je pourrais sombrer dans une sorte de baby-blues à la fin du séjour. La soirée est dans une demi-heure. On est au dessert et j’ai l’estomac noué. Je crois qu’ils vont vraiment me manquer. Les images ralentissent comme dans un film, je les observe chacun leur tour rigolant, s’amusant et se lancant des vannes les uns aux autres. Ils vont me manquer. Ce sont mes amis et je les aime. Ce soir, on est tous ensemble pour faire la fête, tous ensemble pour aller à une seule et même fête celle d’EUROPA CORP. En route !

On se perd un peu sur la Croisette. C’est à cause de la montée des marches de l’équipe de Southland Tales. Tout le monde s’amasse. Moi aussi. Je me prends à rêver moi aussi. Pendant ce moment, je suis comme eux et je regarde les Stars monter. Quand je tourne la tête pour retrouver mon groupe, je vois que eux aussi sont en train de rêver. On a tous les yeux qui pétillent. Et puis y’a ceux qui continuent d’avancer. Ceux qui ne regardent pas pour ne pas se faire mal, pour se préserver. De quoi ? Doit-on s’empêcher de rêver parce que si on arrive pas au but que l’on s’est fixé, on sera déçu ? Et le chemin qui nous méne à ce but est-il si désagréable que ça ?! J’aime mon métier parce qu’il est mon rêve. Je ne rêve pas de grosses voitures ou de beaux vêtements, moi je rêve de pouvoir faire rêver les gens !
C’est ça mon truc, c’est ça que je m’efforce de faire. Je veux être un sentiment qui transporte le spectateur dans sa salle obscure, je veux qu’il pleure, je veux qu’il rit, je veux qu’il ait peur, je veux qu’il s’énerve. Je veux que pendant ce temps où il est assis dans sa salle cinéma, ‘il oublie ce qu’il était ou ce que pouvaient bien être ses emmerdes avant que la lumière ne commence à s’éteindre pour laisser apparaitre les premières images. C’est ce qui nous rassemble. Nous parlons tous le même language. Je regarde ceux du groupe qui, comme moi, se sont arrêtés. On se sourit et on reprend la route.
Les gens se bousculent à l’entrée. Il faut voir la tête des gens qui ne peuvent pas y entrer. Ils restent devant le barrage de la Sécu cherchant quelqu’un qui les reconnaitraient. Sauf que là, ça ne marchera pas. C’est la fête d’EUROPA CORP.


La fête a lieu sur la Plage du NOGA HILTON et c’est CUT KILLER et DAVID GUETTA aux platines.
Du beau monde à la fête : des réalisateurs (Olivier Dahan, Olivier Carbone, Thierry Guetta….) des producteurs (un des frères Weinstein) des actrices (Aissa, Sara Forestier, Mylène Jampanoï), des acteurs (Vincent Lindon) et des couples (le couple GUETTA, le couple Alexandra Lamy et Jean Dujardin, le couple BESSON…). Bien sûr il y avait aussi des distributeurs, des journalistes, et des agents.
C’était bon quand CUT KILLER était aux platines, grave ! J’ai même vu Luc s’éclater sur la piste de danse ! Luc….. J’y vais, j’y vais pas ???
J’y vais !
Au bout de trois tentatives, j’ai pu enfin lui dire bonjour. Plus je revenais bredouille, plus ça m’énervait et plus ça renforcait ma détermination ! J’ai réussi. Je l’ai vu et je lui ai parlé. Je voulais prendre de ses nouvelles, le remercier pour son écoute quand j’ai été démoralisé par certains moments de ma vie, pour sa bienveillance quand je me suis retrouvé sans personne pour me protéger et sa confiance sur mes choix artistique. Je lui ai simplement dit merci.

Ca a été une excellente soirée. On s’est tous bien amusés. On a retrouvé des amis, Alex (grand compositeur de score) et Myriam. Certains étaient fait comme des coings, mais on a continué sur la lancée des fous rires. Moi pendant un moment, j’ai dansé pieds nus sur la plage et continué à rêver les pieds dans l’eau, seule au Clair de Lune.
C’est magique Cannes.

Rédacteurs :
Tout savoir sur Dany Verissimo
Rejoignez la communauté pngwing.com
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires