Films

Taxi 5 a t-il vraiment été un succès… ou un bon gros échec ?

Par Geoffrey Crété
6 juillet 2018
MAJ : 21 mai 2024
41 commentaires

Le retour de la saga de Luc Besson, orchestré par Franck Gastambide, est-il une vraie renaissance ?

Affiche officielle

Retour sur le box-office de Taxi 5 de Franck Gastambide.

Vingt ans après le phénomène Taxi, orchestré par Luc Besson avec Samy Naceri et Frédéric DiefenthalTaxi 5 était présenté comme la renaissance de la franchise. Nouvelle équipe, nouvelle génération, même ambition : le cinquième épisode, de et avec Franck Gastambide, était donc attendu au tournant.

Le succès a t-il été au rendez-vous ? Et surtout : a t-il à la hauteur des enjeux ? Retour sur le box-office du film.

 

 

DÉMARRAGE 

Franck Gastambide et la production ont bien évidemment communiqué sur le beau démarrage de Taxi 5, troisième meilleur de 2018 avec plus de 320 000 entrées dès son premier jour. De quoi le placer derrière La ch’tite famille (plus de 451 000 entrées) et Les Tuche 3 (plus de 401 000 entrées). D’ailleurs, au moment de la publication, Les Indestructibles 2 vient de mettre tout le monde d’accord avec ses 694 361 entrées pour son premier jour.

Sauf que derrière le baratin promo classique, les chiffres : Taxi 5 a moins bien démarré que Taxi 2 (plus de 801 000 entrées), Taxi 3 (plus de 501 000 entrées) et Taxi 4 (plus de 450 000 entrées). Pour une suite, c’est un problème. Pour une suite censé relancer une franchise endormie et bloquée par des problèmes de gros sous, ça l’est encore plus.

En une semaine, le film avait attiré plus d’1,5 millions de spectateurs pour prendre la tête du box-office français. Là encore, il se place après la comédie de Dany Boon et Les Tuche 3, qui avaient atteint les 2 millions. 2 millions que Taxi 4 avait atteint, quant Taxi 3 allait jusqu’à 2,2 millions, et Taxi 2 approchait des 3 millions. Le cinquième épisode fait mieux que le tout premier (près de 800 000 entrées), fort heureusement.

 

Photo Franck Gastambide, Salvatore Esposito

 

PARIS VS FRANCE

Dès le démarrage, un net écart se dessine. Aux premières séances parisiennes, Taxi 5 attire moins de 1500 spectateurs, soit le quinzième meilleur démarrage de l’année à l’époque. Mais surtout le pire démarrage de la saga, loin du record de Taxi 2 (dans les 7700 spectateurs), et même de Taxi 4 (environ 4000). Environ 25 000 spectateurs se déplacent pour le premier jour dans la capitale, puis 189 000 lors du premier week-end.

Hors Paris, c’est beaucoup, beaucoup plus : plus de 331 000 dès le premier jour, et 1,2 million le premier week-end. Là encore, c’est moins que tous les épisodes après le premier, mais dans des proportions moindres. 

En fin de compte, sur les 3,6 millions d’entrées de Taxi 5, environ 612 000 viennent de Paris. Une tendance qui n’a rien de nouveau. Le premier Taxi avait attiré plus de 1,1 millions de Parisiens sur les 6,5 au total ; Taxi 2, près d’1,5 millions sur les 10,3 ; Taxi 3, plus de 718 000 sur les 6,1 millions ; et Taxi 4, dans les 512 000 sur les 4,5 millions d’entrées. Pas étonnant donc que l’équipe ait arpenté les routes de France pour animer de multiples avants-premières, comptabilisées dans le démarrage.

 

Photo Franck Gastambide, Anouar Toubali, Sissi DuparcNotons la mine de Franck Gastambide à droite

 

LIGNE D’ARRIVÉE

Double échec : avec 3,6 millions d’entrées, Taxi 5 marque le plus petit score de toute la série. Il se place derrière Taxi 4 (4,5), Taxi 3 (6,1 millions), le premier Taxi (6,5 millions), et le record Taxi 2 (10,3). Si le score est loin d’être honteux dans l’absolu, et ferait baver quantité de producteurs et réalisateurs, il ne peut être qu’une déception pour ce cinquième volet conçu pour relancer la marque.

Un échec d’autant plus notable que le budget de Taxi 5 est massif : 20,3 millions d’euros. Plus que les 17 de Taxi 4, les 14,5 de Taxi 3, les 10,7 du deuxième et les 8,1 du premier. Même avec l’inflation de l’euro, le cinquième reste le plus cher.

Par ailleurs, un Samy Naceri bien remonté contre l’équipe (qui l’a d’abord rejeté avant d’essayer selon lui de le ramener symboliquement pour calmer les fans), affirme que la production a gonflé les chiffres en achetant des lots de places pour les revendre à moindre coût aux comités d’entreprise. Aucune information officielle de ce côté néanmoins. 

Plus gros budget et plus petit score au box-office de la franchise : difficile de ne pas y voir un gros échec.

 

Photo Malik Bentalha, Franck GASTAMBIDE Première photo officielle, d’une époque où tout semblait possible (même le carton)

 

MOTHER RUSSIA

Mais tout n’est pas forcément noir. La saga Taxi a aussi brillé à l’international et principalement en Russie. Samy Naceri a d’ailleurs parlé encore récemment de la popularité des films dans le pays de Poutine, expliquant y être une sorte de superstar.

Sorti sur plus de 1200 écrans russes, Taxi 5 a attiré plus de 420 000 spectateurs. C’est l’un des plus gros succès du cinéma français à l’international en 2018, avec des sorties en Ukraine, en Bulgarie, en Belgique, en Indonésie ou encore en Roumanie.

Le film sera t-il sauvé par le monde ? Pas vraiment : en Russie, Taxi 5 attire nettement moins que les précédents volets, qui avaient pu grimper jusqu’à près de 3 millions d’entrées. Là encore, même constat donc.

 

Photo Franck Gastambide Gastambide sur le tournage

 

DIRECT À LA CASSE ?

Taxi 5 a t-il été un succès ? Dans l’absolu, oui, et il sera l’un des gagnants lors du bilan du box-office français de 2018, aux côtés des Tuche 3La ch’tite famille, et Black Panther (qu’il devance). Mais impossible de croire un seul instant que le film a été à la hauteur des attentes et exigences vu les enjeux autour de la marque, et les moyens mis à disposition.

L’équation est simple : le cinquième film a coûté plus cher que les autres, et a moins marché. Avec en plus l’idée qu’une franchise ne peut que gagner en popularité grâce aux épisodes précédents, ou être un échec.

De là à dire que Franck Gastambide et sa bande ont enterré la franchise, du moins pour un moment, il n’y a qu’un pas.

 

Affiche officielle

Rédacteurs :
Tout savoir sur Taxi 5
Rejoignez la communauté pngwing.com
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
41 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Jbolin

Ce n’est pas un TAXI réussi, car on ne retrouve pas le ton des précédents OPUS.
C’est trop cartoon, vraiment pas ancré dans le réel.
Tout sent l’artifice : je trouve que la greffe Ton Besson / Ton Gastambide n’a pas vraiment pris…

Pat

Pour ma part je n’ai vu que le 1er qui ne m’avait pas donné envie de me lancer dans ses suites.

Shagon

Gros échec, c’est abusé… Je ne sais pas si vous regardez le marché en berne depuis cette année mais les salles sont plutôt vides. Les comportements changent à grande vitesse. Dur d’atteindre les 500 000 entrées…
Alors reste les Disney Avengers et des Disney Pixar pour se bourrer de popcorn, mais on n’est plus dans les chiffres du siècle dernier du tout du tout du tout.

Pis c’était des francs…
Pis les gens en avaient…
Pis les places étaient pas 12 euros à Paris

Faut remettre dans le contexte hein quand on fait un bilan !

Raoul

Lol la question. Je ne connais personne qui ne soit allé le voir. Alors à mon petit niveau, cela me semble être un échec. D’ailleurs je ne connais personne qui soit aller voir les Tuche 3 our La Cht’ite famille. Peut-on parler d’un box office à deux vitesses? les 10 millions de beaufs de France, et le reste de la population?

Simon Riaux

@Shagon

Alors remettons un peu dans le contexte tiens.

La fréquentation des salles françaises est la plus haute en Europe et n’a jamais été aussi élevée depuis 50 ans (chiffres publics, dispos sur le site du CNC).

On ne qualifie pas Taxi 5 de gros échec, mais de succès public, néanmoins en deçà des attentes de ses producteurs et distributeurs.

L’inflation a joué bien sûr. Mais elle a joué dans bien d’autres domaines que le cinéma et une part non négligeable de la hausse du prix des places a été enclenchée par la désertification temporaire engendrée dans le courant des années 80 par l’arrivée conjointe de la vidéo et la diffusion massive de longs-métrages sur les chaînes hertziennes nationales. Le premier Taxi est sorti dans un contexte où les places avaient déjà considérablement augmenté.