Stronger, Night Call, La Rage au ventre : pourquoi Jake Gyllenhaal n'a t-il toujours pas d'Oscar ?

Geoffrey Crété | 5 février 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Geoffrey Crété | 5 février 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Jake Gyllenhaal n'aura pas d'Oscar en 2018 malgré le rôle calibré de Stronger.

Night CallLa Rage au ventreDemolitionOkjaEnd of WatchPrisoners : la question de l'Oscar inévitable de Jake Gyllenhaal est relancée presque chaque année, de nombreux cinéphiles ayant du mal à digérer que l'acteur soit écarté de la grande messe. Hormis une nomination pour Le Secret de Brokeback Mountain en 2006, nada.

Qu'il soit encore hors-course cette année malgré son rôle dans Stronger, où il interprète une victime des attentats de Boston de 2013 qui a perdu ses deux jambes avant de devenir un symbole face au terrorisme, repose encore une fois la question. Mais pourquoi donc ?

 

Photo Jake GyllenhaalDans Stronger

 

DES RÔLES EN OR

Pourquoi un Oscar est si régulièrement discuté ? Pas uniquement parce que Jake Gyllenhaal est talentueux, la saison des prix ayant la fâcheuse tendance à ignorer ce critère a priori obligatoire. Si l'acteur semble pour beaucoup mériter une reconnaissance publique et massive, c'est parce qu'il aligne depuis quelques années des rôles à performance, typiquement repérés par l'Académie.

Perdre du poids jusqu'à ressembler à une créature squelettique flippante dans Night Call de Dan Gilroy, prendre sept kilos de muscles pour devenir un bloc bestial dans La Rage au ventre d'Antoine Fuqua, interpréter un homme handicapé suite aux attentats de Boston dans un fameux film "tiré d'une histoire vraie" avec Stronger de David Gordon Green : Jake Gyllenhaal semble courir après un Oscar.

 

End of Watch

 

La chose semble même avoir été amorcée avec End of Watch, les expériences de l'acteur pendant de longs mois aux côtés de véritables policiers ayant été largement utilisées pour vendre le film, qui lorgnait vers Training Day dans ses espoirs d'Oscar - Denzel Washington avait été récompensé et Ethan Hawke, nommé, pour ce film scénarisé par David Ayer.

Dans une moindre mesure, Prisoners et Enemy de Denis Villeneuve, Demolition de Jean-Marc Vallée, Nocturnal Animals de Tom Ford et Okja de Bong Joon-ho auraient pu lui attirer une certaine attention. Il avait d'ailleurs été nommé aux BAFTA pour le thriller noir de Tom Ford, tandis que sa prestation azimutée dans le film du Coréen n'est pas passée inaperçue.

 

Photo Jake Gyllenhaal

Night Call 

 

DU SUCCÈS PUBLIC

Ce n'est pas une règle, mais une tendance claire : les Oscars aiment les films que le public aime en salles. Il y a toujours des exceptions, comme Phantom Thread cette année, qui n'attire pas les foules mais a décroché six nominations, mais il suffit qu'un film soit plébiscité par les spectateurs pour qu'il se retrouve dans la course théorique aux Oscars (Wonder Woman cette année, considéré par beaucoup comme incontournable), voire dans les hautes sphères des nominations (La Couleur des sentiments, giga-succès aux Etats-Unis, nommé comme meilleur film face à ceux de Martin Scorsese, Steven Spielberg ou encore Terrence Malick).

Si les films de Jake Gyllenhaal sont loin d'être de vrais succès massifs en salles, certains ont bel et bien rencontré le public. Avec son budget très serré d'à peine neuf millions, Night Call en a engrangé plus de 32 aux Etats-Unis (83% de son box-office total). La Rage au ventre a coûté plus cher (environ 30 millions), et en a amassé plus de 90 dans le monde, dont une bonne cinquantaine aux Etats-Unis. Nocturnal Animals, avec une trentaine de millions dans le monde pour un budget d'une vingtaine, reste timide. C'est loin des cimes du box-office, mais suffisamment convenable pour ne pas pâtir d'une réputation de bide.

Autre son de cloche pour Demolition, qui pour le coup a été un joli échec : une dizaine de millions de dollars de budget et à peine deux millions récoltés aux Etats-Unis. C'est encore pire pour Stronger, qui a coûté une trentaine de millions, mais qui plafonne actuellement à 6 millions et quelques dans le monde, dont 4 en domestique. Un accueil si glacial n'aura clairement pas aidé les chances de pousser Jake Gyllenhaal jusqu'aux Oscars, et aura même sûrement enterré les quelques espoirs du distributeur.

 

Photo Jake GyllenhaalDemolition

 

DU SUCCÈS CRITIQUE

Du côté de la critique, susceptible également de créer ou tuer les chances, Jake Gyllenhaal a là aussi la cote. C'est bien simple : la plupart des films construits comme des véhicules pour lui sont largement défendus et aimés pour ses prestations, et parfois uniquement pour cette raison.

Étant donné que La Rage au ventre et Stronger sont des films paresseux, qui reproduisent des formules archi-connues et profondément hollywoodiennes, il n'y a rien d'étonnant à voir l'acteur briller de mille feux. Rien de mieux qu'un fond terne et plat pour donner au sujet une dimension remarquable, et une stature plus grande encore que la réalité.

Ce n'est donc pas pour rien si l'affiche française de Stronger vend en grosses lettres capitales (plus grosses que le titre) l'interprétation de l'acteur : Jake Gyllenhaal est devenu le centre, le cœur et l'argument de vente ultime. Celui pour qui il est possible de se déplacer malgré un pitch gentillet qui n'augure rien de bon.

 

Photo Jake GyllenhaalLa Rage au ventre

  

... MAIS DES RÔLES TOO MUCH ?

Principale raison citée pour expliquer l'absence de reconnaissance pour Night Call : le film est trop sombre, torturé et extrême. En plus de ne pas caresser dans le sens du poil une industrie du spectacle qui a bien conscience de se noyer dans un océan de cynisme, comme le personnage du film.

Avec une nomination pour le meilleur scénario, le film de Dan Gilroy n'a pourtant pas été entièrement ignoré. Mais la concurrence a été rude, avec Michael Keaton dans BirdmanBenedict Cumberbatch dans Imitation GameSteve Carell dans Foxcatcher et Eddie Redmayne pour Une merveilleuse histoire du temps.

La dernière place et chance a été prise par Bradley Cooper pour American Sniper. Un coup-surprise puisqu'il n'avait pas été salué lors des habituels rendez-vous qui indiquent la température. Mais la noirceur abyssale de Night Call n'a pas fait le poids face au film de guerre hollywoodien de Clint Eastwood, bien plus dans les clous.

Ce qui n'explique aucunement l'absence de reconnaissance pour La Rage au ventre ou Stronger, bien plus lisses et classiques, et donc façonnés pour amadouer les membres de l'Académie.

 

Photo Jake Gyllenhaal

Prisoners

 

... MAIS PAS DE CHANCE ?

Au-delà du fait que Jake Gyllenhaal a tout du profil à ne pas réellement jouer le jeu de la saison des Oscars, où arpenter les soirées, inonder les VIP de sourires et organiser les chants de louanges est quasi-obligatoire, il y a aussi d'autres paramètres.

La Rage au ventre devait théoriquement lui valoir un minimum de gloire, comme Rocky (Oscar du meilleur film, Sylvester Stallone nommé comme acteur), Million Dollar Baby (Oscar du meilleur film, meilleure actrice, meilleur acteur second rôle, meilleur réalisateur) ou encore Fighter (Oscar pour Christian Bale, parmi d'autres prix et nominations). Le film de boxe d'Antoine Fuqua aurait souffert de purs choix stratégiques de Harvey Weinstein, alors encore ce mogul craint pour des raisons plus professionnelles à l'époque. 

Le célèbre producteur a tenté de lancer la campagne avant même que le film ne soit terminé, au Festival de Cannes en 2014, en montrant des vidéos d'entraînement d'un Jake Gyllenhaal en pleine promo de sa performance. L'année suivante, Jake Gyllenhaal était dans le jury, et Weinstein était de retour pour essayer de promouvoir le film. En choisissant une sortie aux Etats-Unis en plein été, loin de la saison des Oscars, il pensait lancer un bouche-à-oreille long et durable, à la manière de La Couleur des sentiments sorti en août. Sauf que La Rage au ventre n'a passionné personne, et s'est vite éteint. Que les autres poulains de Weinstein, Carol et A vif !, soient eux aussi des déceptions, n'a pas aidé.

 

Photo Jake GyllenhaalLa Rage au ventre

 

Weinstein a fini par prendre la parole avec une tribune dans The Hollywood Reporter en décembre 2015. Lui qui avait tiré les ficelles et rayonné sur les Oscars pendant des années, se sentait désormais laissé pour compte :

« C'est complètement déconcertant et je dois dire un peu énervant, de lire des pronostics de performances qui pourraient être nommées et ne pas voir le nom de Jake. Ce sont les mêmes gens qui il y a quelques mois, écrivaient qu'il délivrait une performance à Oscar ! Il méritait une nomination pour Night Call l'année dernière, et il en mérite une cette année ». Le règne de Weinstein était en train de se terminer. 

Jake Gyllenhaal sera t-il un Leonardo Dicaprio, dont l'Oscar pour The Revenant a été considéré comme largement mérité après plusieurs performances typiquement hollywoodiennes, parfois ignorées par l'Académie comme avec J. Edgar ?

L'acteur est attendu dans le mystérieux western Les Frères Sisters de Jacques Audiard et Wildlife de Paul Dano, où il a un second rôle. Il est aussi annoncé dans Rio, un thriller avec Michelle Williams et Benedict Cumberbatch, réalisé par Luca Guadagnino, propulsé cette année par le magnifique Call Me by Your Name. Là encore, c'est sur le papier une équation parfaite. Verdict l'année prochaine ?

 

Affiche française

Tout savoir sur Jake Gyllenhaal

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
TheMoon
06/02/2018 à 17:48

@Keedz,

L'impacte de Syriana à l'epoque de sa sortie a été trés puissant.

C'est un exellent thriller maintenant est-ce que le jeu de Clooney méritait un oscar?...

Jake G est un bon acteur, il recevra tôt ou tard un oscar...

sylvinception
06/02/2018 à 11:56

Night Call
Enemy
Prisoners
Stronger
Demolition
Nocturnal Animals
End of watch...

Ne serait-ce que pour une nomination catégorie "meilleur second rôle", RÉVEILLEZ-VOUS LES BUSES DE L'ACADÉMIE BORDEL!!

sylvinception
06/02/2018 à 11:49

"Jake Gyllenhaal sera t-il un Leonardo Dicaprio"

C'est encore pire que pour DiCarpacio, qui lui était au moins nominé - même s'il repartait bredouille avant The Revenant - Jake lui n'est JAMAIS nominé, et c'est pas loin d'être scandaleux.

@STEVE : il y en a beaucoup d'autres qui "cherchent à tout prix leur Oscar", de manière beaucoup plus "appuyée", et qui plus est dans des films moins bons.

Keedz
06/02/2018 à 09:49

Rien que pour Brokeback Mountain il aurait dû avoir l’oscar il est magistral dans ce film au lieu de ça c’ est Clooney qui l’a eu pour syriana un film que tout le monde a oublié

STEVE
05/02/2018 à 22:54

Il fait des films intéressants mais je n'ai jamais trouvé qu'il jouait assez bien pour mériter une statuette.
ET puis on sent trop qu'il cherche à tout prix son Oscar.

votre commentaire