Dark City : le film d'Alex Proyas reste un classique vertigineux

Geoffrey Crété | 25 octobre 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Geoffrey Crété | 25 octobre 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Dark City d'Alex Proyas a droit à une belle édition steelbook, le 25 octobre.

Avant I, Robot avec Will Smith, Prédictions avec Nicolas Cage et Gods of Egypt avec ses machins numériques des enfers, il y avait The Crow et Dark City, deux mémorables diamants noirs et vertigineux, qui ont marqué les années 90 et placé le réalisateur Alex Proyas parmi les grands espoirs de demain. 

La réalité a depuis brisé quelques rêves, mais le retour de Dark City dans une édition limitée steelbook Blu-ray ce 25 octobre est une occasion irrésistible de replonger dans cette œuvre fascinante.

 

 

CROC NOIR

En 1994, The Crow marque les esprits. L'univers noir a placé le réalisateur parmi les noms à suivre. La mort accidentelle de Brandon Lee sur le tournage a forgé un mythe morbide autour du film. C'était la deuxième réalisation d'Alex Proyas après Spirits of the Air, Gremlins of the Clouds, une odyssée post-apocalyptique barrée et fauchée, très remarquée en 1989. Et le succès critique et public n'est pas passé inaperçu.

Alex Proyas est dans la situation idéale pour concrétiser un projet ambitieux un peu fou. Il décide donc de ressortir une idée développée avant The Crow, en 1990 : l'histoire d'un détective dans les années 40, qui se perd dans les méandres d'une enquête insoluble. Parce que les indices et preuves ne font pas sens, et qu'il s'approche d'un mystère qui va bien au-delà de son esprit cartésien, il dérive vers la folie. En somme, Dark City a commencé comme l'histoire de Frank Bumstead, l'inspecteur incarné par William Hurt dans le film. C'est par la suite que Proyas décidera de recentrer le récit sur Murdoch, un protagoniste plus fort d'un point de vue émotionnel.

Il signe le scénario avec Lem Dobbs et David S. Goyer, dont il a lu et aimé le script Blade avant qu'il ne devienne un film avec Wesley Snipes.

 

Photo Rufus Sewell

 Rufus Sewell

DARK FOLIE

Quelque part entre Metropolis de Fritz Lang et un épisode de La Quatrième Dimension, comme un mix tordu entre le film noir et la science-fiction dure, Dark City est un cauchemar abyssal d'une force encore spectaculaire, près de vingt ans après. Le découpage, d'une précision saisissante, impose d'emblée une vision sensationnelle. Le sens du cadrage, la photographie de Dariusz Wolski que Proyas retrouve après The Crow (il est depuis devenu un collaborateur privilégié de Ridley Scott) et la musique de entêtante de Trevor Jones libèrent en quelques minutes une véritable décharge de cinéma.

Le réveil du héros dans une salle de bain, sous une lumière vacillante, entre un cadavre et un poisson rouge, est un modèle du genre : un parfait démarrage de polar, à la fois classique et diablement excitant dans un décor et un contexte si étranges.

 

Photo Jennifer Connelly

 Jennifer Connelly

 

Alex Proyas mixe les références avec une passion et une générosité irrésistibles, composant un fabuleux et mémorable univers aux dimensions étourdissantes. Impossible de ne pas trembler lorsque la vérité est révélée, et que le voile se lève sur cette ville obscure. C'est d'autant plus beau et poétique qu'il illustre la position de démiurge du créateur, capable d'élever ou déplacer des montagnes (ou des immeubles) pour créer un monde au milieu du néant grâce à la force de son esprit.

Les immeubles qui se déplient comme d'effrayants monstres gonflables, les silhouettes longilignes des étranges hommes blancs, leurs cervelles qui cachent des entités venues d'ailleurs, ou même un banc près de l'eau sous un lampadaire : Alex Proyas charge chaque scène d'une somme d'images géniales et mémorables.

Il y a aussi un casting excellent : Rufus Sewell et son regard de créature sauvage, Jennifer Connelly en beauté fragile, William Hurt impeccable dans une partition carrée, et Richard O'Brien (que Proyas a casté après s'être inspiré de son personnage dans The Rocky Horror Picture Show). Mais surtout un Kiefer Sutherland méconnaissable et fantastique en arrière-plan, avec sa face balafrée, son allure de petit monstre boiteux et son souffle court. Une très belle idée de casting du cinéaste, qui envisageait d'abord un acteur plus vieux, type Ben Kingsley.

 

Photo Kiefer Sutherland

Kiefer Sutherland 

 

DOUBLE CUT

Dark City a eu un destin noir. Suite aux habituelles projections test et aux retours mitigés, les producteurs New Line Cinema (une filiale de Warner) et Mystery Clock Cinema ont obligé Alex Proyas à remonter le film. Avec une quinzaine de minutes en moins et une voix off bien explicative pour livrer des clés importantes d'emblée, le résultat était censé être plus grand public.

Erreur : il engrange environ 27,2 millions de dollars dans le monde, dont 14,3 aux Etats-Unis, alors qu'il en a coûté officiellement 27. Le succès phénoménal de Titanic, encore en tête même s'il est sorti plus d'un mois avant, n'aide pas.

 

Photo

 

En 2008, le réalisateur livre une director's cut de 111 minutes, contre 100 pour la version sortie en salles. Il enlève sans surprise la voix off d'introduction, où Kiefer Sutherland expose quasiment la situation, et rajoute de nombreux dialogues en rallongeant des scènes. L'étalonnage et des effets spéciaux ont également été modifiés.

Interrogé en 2016, Alex Proyas explique qu'au fil des années, il y a eu des discussions sur des possibles suites ou adaptations en série, sans que rien ne se concrétise. Alors que le remake de The Crow patine depuis des années, espérons donc que Dark City reste protégé dans son armure noire et cosmique de film culte.

 

Dark City, disponible en édition limitée Blu-ray steelbook chez Metropolitan, dès le 25 octobre.

 

Photo steelbook

 

 

Tout savoir sur Dark City

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
lt
15/03/2018 à 23:11

un putain de classique excellent un univers a la metropolis avec un fond de scenario a la matrix un bon polar qui a pris tous les bons points de la sf franchement genial il en manque de ce genre de films

Geoffrey Crété - Rédaction
27/10/2017 à 14:47

@mathhatt

Cette édition n'a rien de nouveau de ce côté. La seule chose remarquable ici, c'est le steelbook édition limitée. Ce qu'il contient est une copie conforme de la précédente édition.

mathhatt
27/10/2017 à 14:44

Qu'en est-il de la qualité audio et vidéo par rapport aux éditions précédentes?

karlito
27/10/2017 à 12:00

Aucune mention sur le fait que le film est tellement "proche" (trop pour être honnête) des "Cités obscures" de Schuiten? Même le titre du film parle pour lui. Une des bédés raconte notamment une cité qui se construit autours des héros pour maintenir une illusion...

Maided
26/10/2017 à 13:45

Vu au ciné surtout attiré par l'ambiance et le fait que je suis fan de The Crow (qui est un bijou même si il ne respecte pas le comics).
Et j'ai pris une claque monumentale, Dark City reste un de mes films cultes.
Malheureusement Proyas n'a jamais plus réalisé de films de ce niveau préférant céder aux sirènes du blockbuster que d'offrir des œuvres d'une réelle créativité (même si j'ai apprécié I, Robot, et Gods of Egypte).
Pour moi c'est le même syndrome que Ridley Scott qui est passé de film à l'image digne de tableaux des plus grands maitres (Legend, Blade Runner, Alien) à des choses visuellement (et scénaristiquement) très conventionnelles...dommage...

Ben
26/10/2017 à 09:43

Vu également au cinéma, j'avais été soufflé par l’inventivité de l'histoire et jusqu'au twist final!
On oublie que Matrix est arrivé après et a finalement pompé pas mal d'éléments comme le look des manteaux noirs, le combat final dans les airs et surtout le gars qui comprend qu'un truc cloche et parvient à se libérer de sa condition!
En apparié j'ai beaucoup aimé Gods of Egypt! moche mais largement supérieur à bien des prods actuelles.

Joe Staline
26/10/2017 à 09:15

Vu au cinéma par hasard à l'époque, un soir, par manque d'envie de rentrer chez moi. Quel film, une vraie claque visuelle à l'époque. Et puis Jennifer Connelly, sublime.

Geoffrey Crété - Rédaction
26/10/2017 à 00:01

@bof

C'est un choix : on préfère se focaliser sur le film, sa production, plutôt qu'un classique descriptif du Blu-ray. On laisse chacun aller sur le site de Metropolitan s'il le souhaite pour les détails.

Mais pour répondre à la question : non, c'est une réédition en édition steelbook limitée, sans aucun contenu additionnel.

bof
25/10/2017 à 18:51

Vu à sa sortie au cinéma. J'en garde un excellent souvenir.

Merci pour l'historique: très intéressant! Dommage qu'il n'y ait aucun détail sur cette version steelbook: y a-t-il des différences de contenu avec le Blu-ray existant?

votre commentaire