Resident Evil : Vendetta - critique cataclysmique

Christophe Foltzer | 22 juin 2017 - MAJ : 13/05/2021 11:47
Christophe Foltzer | 22 juin 2017 - MAJ : 13/05/2021 11:47

La saga Resident Evil, en dépit de sa nouvelle orientation avec RE 7, est un univers vaste et complexe qui englobe plusieurs personnages et de multiples facettes. Et forcément, faut donner à bouffer à tout le monde. Au risque de provoquer une grosse indigestion. Parce que si la saga cinéma de Paul W.S. Anderson s'est enfin terminée sur de grands éclats de rire un brin consternés et que le reboot est déjà en route, Capcom s'occupe aussi lui-même de porter son univers sur le petit écran avec ses films en CGI. Et après Degeneration et Damnation, c'est au tour de Vendetta de nous offrir 1h35 de WTF le plus total.

RESIDENT DEBILE

La saga Resident Evil n'a jamais brillé par la profondeur ou l'originalité de ses scénarios mais avait créé un contexte suffisamment solide pour que la maison tienne un minimum, avec Raccoon City, les S.T.A.R.S., Umbrella, Wesker et tutti quanti. En ouvrant son lore à l'occasion de Resident Evil 4, avec ses Illuminados et ses Plaguas, la saga entrait dans le chemin dangereux de l'éparpillement et de la surenchère, qui a trouvé son paroxysme dans Resident Evil 6, grosse défouraillade bourrine, vainqueur du concours du plus grand nombre de clichés dans une seule oeuvre et déroute totale de l'aspect horreur de la saga.

Vendetta nous promettait dans sa promo de revenir aux bases d'une certaine manière, avec un manoir, des zombies, Chris Redfield et une ambiance sombre à couper au couteau. Et c'est exactement ce que le film nous offre.... durant le premier quart d'heure. En effet, nous suivons Redfield et une escouade en mission au Mexique pour coincer Glenn Arias, vendeur d'armes biologiques et sauver une indic' du BSAA portée disparue avec son mioche. L'équipe investit un grand manoir désert, en pleine nuit, qui fait beaucoup penser à celui de Resident Evil 1.

 

Photo Resident Evil : Vendetta

 

Et ce n'est pas un hasard puisque l'hommage est sacrément appuyé en reprenant le décor exact, des éléments emblématiques ainsi que quelques péripéties. Tout se passe mal, Chris perd encore une équipe et se retrouve face à Arias qui semble s'amuser avec ses nerfs. La suite sera une course-poursuite entre les deux, avec au beau milieu Rebecca Chambers et Leon Kennedy qui veulent chacun sauver le monde libre. Et c'est sacrément crétin.

Les films CGI de la saga n'ont jamais brillé par leur intelligence et se vautraient dans le cliché à loisir, mais là on assiste quand même à un défilé de clichetons qui rendent un peu tristes avec un scénario qui ne tient pas la longueur plus de 2 minutes (d'ailleurs, il n'est jamais vraiment invoqué), des personnages en contradiction avec ce qu'ils sont à l'origine (Chris en mode militaire teubé, un méchant romantico-prout-prout, Rebecca qu'est devenue médecin biologiste, Leon alcoolo qui en a marre de l'horreur du monde), une surenchère action surréaliste, des dialogues creux et plats et de gros problèmes de rythme.

 

prologue introduction

 

BIO HASARDEUX

Le problème c'est, qu'en l'état, Resident Evil Vendetta est davantage un jeu dont on nous présenterait le montage des cinématiques qu'un véritable film avec une structure claire et solide. Outre le générique de début qui arrive au bout de 17 minutes, les séquences de dialogue et d'exposition d'une énorme lourdeur ("Car oui en fait nous sommes des scientifiques chargés de trouver un vaccin contre le virus de Neo-Umbrella dans un monde qui se barre en couille et d'ailleurs tu me confirmes que l'appareil devant moi sert à synthétiser rapidement le remède mais pas suffisamment vite pour que je ne meurs pas dans une attaque bio-terroriste dont j'entends déjà les premiers bruits", ce genre...), des retournements débiles et attendus, l'histoire manque cruellement de cohérence et sert avant tout de prétexte à de grosses scènes d'action.

Et question action on est servis, entre Leon qui se la joue donc John Wick, des affrontements qui font davantage penser à du pâtinage artistique qu'à autre chose, une course-poursuite sur l'autoroute avec des chiens zombies complètement WTF et le gros monstre final habituel sur le toit d'un immeuble avec le secours d'un hélicoptère.

 

Photo

 

A la rigueur, ce serait sympa si le film entier n'était pas qu'une succession de ces scènes explosives et s'il s'intéressait un minimum à l'histoire qu'il essaye de raconter (et qui se prend quand même un minimum au sérieux). L'autre souci, c'est la rigueur technique. Si les progrès sont évidents tant certains visages sont criants de vérité, la constance qualitative de l'ensemble est assez bancale puisque, d'un plan sur l'autre, nos héros perdent enprécision et en humanité, même si on est loin du traitement graphique de Dégéneration. Les animations des personnages sont elles aussi inégales et passent du franchement réaliste (quand ils ont des armes en main) au terriblement artificiel (dès qu'ils se battent à mains nues). La réalisation n'a rien d'exceptionnelle et la musique du légendaire Kenji Kawai pêche par un manque d'inspiration évident et se révèle plus fonctionnelle qu'autre chose.

Bref, ce Vendetta ne tient pas ses belles promesses mais constitue un bon moment pour les fans hardcores de la saga. Mieux que la saga ciné, nous sommes encore bien loin d'une adaptation ultime des aventures de Resident Evil.

 

Affiche

Résumé

Imparfait et bancal, Resident Evil Vendetta est plus une grosse cinématique d'un jeu vidéo qu'un véritable film et se révèle particulièrement frustrant. Entre problèmes de cohérence, soucis de rythme et moments totalement WTF, il risque de laisser son public le plus exigeant sur le carreau. Mais avec des bières et des potes, il peut trouver sa raison d'exister. Dommage...

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(4.8)

Votre note ?

commentaires
rebecca
01/03/2019 à 23:24

je suis d'accord j'ai adoré ce qu'il a fait en plus il y'a de l'action et c'est dure de faire ça crée l'histoire l'inventer Resident Evil Vendetta aaaaaaaa! Rebecca Chamber ma préféré. Enfin un personnage ajouter ce serais bien qu'ils mettent Jill dans le prochain animation de Resident Evil

Mimy13
14/04/2018 à 09:17

Au diable vos critiques! Moi j’ai adoré!

Pog
06/07/2017 à 02:39

@Atchii

"Critique objective" ? Y'a vraiment encore des gens pour penser qu'une critique peut être objective ? Sérieusement ?

Atchii
06/07/2017 à 00:28

Je trouve la critique plutôt bien faite mais j'aimerai sincèrement qu'on arrête l'utilisation de terme débile comme WTF on a des mots français pour exprimer des passages ahurrisants / surprenants etc ...

Bientôt on aura droit à des " OMG la scène de combat elle est trop WTF j' ai trouvé ça trop nul LOL #critiqueobjective #WTFresidentevilvendetta #écranlarge " .

Will
05/07/2017 à 21:24

La critique à etait ecrite par un ado ? Meme si ce Vendetta n'est pas le meilleur de la serie, on a la sensation de lire un com de jv.com d'un ado aigri.

Zardoz
25/06/2017 à 23:36

@Safsprin

Insupportables les gus dans ton genre qui se la jouent pseudo experts en critiques de critiques, qui viennent étaler une simili science qui n'est rien d'ordre qu'un avis, qu'un ressenti, avec la conviction navrante de détenir la vérité, qui saura écraser l'Autre.
Ridicule de venir prétexter que les mecs auraient pas vu le film, auraient copié l'avis des autres, auraient des arguments débiles, etc.

Si moi je te dis que t'es minable avec ton pavé aigri, que t'es juste incapable d'entendre l'avis d'autrui sans mépriser et rabaisser, que tu critiques l'opinion des autres tout en vomissant la tienne comme si c'était parole véridique et sacrée... ça aura la même valeur que ce que tu racontes : une valeur plus qu'inutile et embarrassante, qui transpire l'agacement et l'incapacité à faire autre chose qu'un monologue. Si t'es pas capable de lire les mots des autres lorsqu'ils sont différentes des tiens, franchement reste dans le monologue, ouvre un blog et ferme les commentaires. Ce sera plus adapté et certainement plus paisible.

Misère que c'est dramatique de voir ces rubriques commentaires et cette espace appelé internet devenir le contraire absolu de l'échange, avec des mots comme "troll", "plagiat" et autres "vous comprenez rien parce que pour moi c'est ça" lancés à tout va pour prendre des postures de pseudo experts. Car bien sûr, c'est bien connu, il n'y a qu'une vérité dans l'avis, le ressenti et la sensibilité en matière de cinéma et jeu vidéo....

Putain que c'est lassant de croiser ton prototype/stéréotype à tous les coins de forums/commentaires et compagnie... En quoi est ce compliqué et problématique de venir publier un long message passionné, respectueux, pour partager ton avis, humblement et de manière agréable, pour éventuellement lancer un échange, en ouvrant plutôt qu'en fermant la discussion ? Est ce si dur que ça de croiser un avis différent du tien ? Est ce que dans ta tête, ça signifie automatiquement et systématiquement que l'Autre t'agresse, a tort, est stupide, n'a rien vu ni compris ? Y a t-il la nécessité de venir gerber sa colère accumulée à droite à gauche, comme la goutte d'eau qui fait déborder le vase ?

Si la critique avait été ultra positive, aurait on eu ton contraire, alias le gars qui trouve ça nul et serait venu critiquer et agresser le site pour dire que c'était des guignols ? Et serais tu venu le contrer ?

Tant de questions ordinaires, devenues le leitmotiv de la moitié des cases commentaires....

L'otarie javanaise
25/06/2017 à 22:09

Ce film est quand même à la limite du mauvais. Le scénario est affligeant, le méchant discount
est d'un ennui à mourir. En comparaison les deux films d'avant sont bien mieux.
Ces scènes d'action complètement abusées (Je savais pas que Léon avait un passé d'acrobate de cirque...il a attendu CE film en particulier pour tout dévoiler...le petit coquin).

Il y a quand même du bon avec des animations faciales très bonnes et même parfois excellentes, le plaisir de revoir Chris et Leon dans le feu de l'action, et bien sûr le dézingage de zombies. Débranchez votre cerveau pour éviter la consternation durant (presque tout) le film.

Christophe Foltzer
25/06/2017 à 20:11

@safsprin :

Plagiat ? Quel plagiat ?

Safsprin
25/06/2017 à 01:46

Oui parce-que plagier l'avis des autres pour en faire une critique, pour moi c'est ça le degré 0 de la réflexion. Trouvez-vous une personnalité et revenez parler après.

Safsprin
25/06/2017 à 01:41

Insupportable ces mecs à se la jouer cinéphile de comptoir avec leurs remarques disgracieuses "huh c tro clichay" "le film bri pa pour son scénario" "c trop wtf loul ptdr" alors qu'ils sont censés savoir que la série suit cette routine depuis le début et que ça faisait parti de son charme puisque ça plaisait aux fans, alors pourquoi critiquer un parti pris qui existe depuis maintenant 20 ans comme si ça allait changer quelque chose pour la suite ou comme si vous alliez refouler de potentiels spectateurs alors qu'ils s'attendaient justement pas à voir autre chose ? Parce-que c'est un film ? Et les jeux vidéos, c'est pas suffisant pour remplir votre quota de Backgrounds, ah bah non les JV c'est de la merde aussi n'est-ce pas ? On joue les aigris et on se sent à contre-courant de la masse lobotomisée. Et ça joue les choqués parce-que ça voit deux Doberman infectés lâchés en pleine ville courir après une bécane, c'est pas comme si la série nous avait habitués à bien plus impressionnant et Ô combien même ce serait pire, faudrait peut-être saisir que la série a eu l'habitude de surenchérir à chaque épisode depuis RE2. D'ailleurs pour préparer vos petits coeurs sensibles, je vous avertis à l'avance que dans RE8, on verra certainement Chris Redfield arrêtez des tirs de roquettes à bout portant avec ses gencives, vous voila prévenus et comme ça vous vous abstiendrez peut-être à l'avenir de pondre des critiques pareils qui pue l'ignorance et le seum à plein nez. " Rebecca qu'est devenue médecin biologiste" Parce-que c'est censé être incohérent avec le personnage qu'on connait à l'origine ? La nouvelle recrue des S.T.A.R.S qui confectionne des Sérums contre les poisons, qui soigne ses coéquipiers, qui utitise ses compétences de chimistes pour venir à bout d'une plante, ça vous rappelle rien ? Bref c'est bien beau de faire du troll bien gras en prenant chaque personnage du film en lui attribuant une fonction et un abjectif discréditant mais même là vous vous plantez. En plus je sais pas pourquoi mais j'ai l'impression de relire une critique que j'ai vu il y a très longtemps mais qui parlait de RE6, c'est exactement les mêmes tournures de phrases, les mêmes arguments et les mêmes expressions, genre le coup du "un méchant romantico-prout-prout" c'était pour parler de Simmons à la base pour son obscession vers Ada,

"Leon alcoolo qui en a marre de l'horreur du monde)," à l'origine pour désigner Chris qui se bourre la gueule au début de sa campagne dans RE6

"Rebecca qu'est devenue médecin biologiste" à l'origine pour parler de Sherry pour désigner que c'est incohérent qu'elle bosse dans la sécurité national sauf qu'évidemment là ça n'a aucun sens puisque vous l'avez remplacé par Rebecca.

Bref c'est peut-être pour ça que votre critique est illogique et complètement débile, vous avez C/C une critique de RE6 et vous avez remplacés le scénario et les persos dont appuyait la critique par ceux de Vendetta sans même faire attention à si certains arguments était en adéquation avec le sujet traité. Vous avez vraiment pas de race.

C'est bien beau de se la jouer Prolos Critiquos mais commencer déjà par voir le film et ensuite nous pondre une vraie critique avec vos arguments à VOUS si vous voulez échangés des avis et si vous voulez donner des leçons en commentaire car là vous avez aucunes crédibilités à voler les critiques des autres.

Plus
votre commentaire