Your Name : critique émue

Christophe Foltzer | 15 juin 2018 - MAJ : 22/06/2019 16:24
Christophe Foltzer | 15 juin 2018 - MAJ : 22/06/2019 16:24

Makoto Shinkai fait figure d'éternel outsider dans l'animation japonaise distribuée en France. Spécialisé dans les courts et moyens métrages, son nouveau film sort dans nos salles. L'occasion de voir s'il arrive enfin à raconter une vraie histoire.

LE FIL DE LA VIE

Puisque le Japon est dans une recherche intense d'un successeur au Studio Ghibli depuis quelques années, plusieurs noms ont émergé de l'ombre avec de sérieuses qualités artistiques et une grande richesse thématique. Le regretté Satoshi Kon évidemment, mais aussi Mamoru Hosoda (Le Garçon et la Bête) et Makoto Shinkai, probablement le plus discret d'entre tous qui mène sa barque tranquillement dans son coin. Moins flamboyant et représenté que ses pairs, il n'en reste pas moins un excellent directeur artistique fort d'un univers riche et d'une cohésion thématique que l'on retrouve bien entendu au coeur de Your Name, son nouveau long-métrage.

 

Photo your nameC'est quoi ton nom ?

 

Car le postulat de départ ne surprendra guère l'habitué de son oeuvre: deux adolescents, un garçon citadin et une fille rurale, échangent leurs corps au gré de rêves mystérieux sur fond de comète millénaire qui passe dans le ciel, et apprennent à se connaitre de l'intérieur avant de se rendre compte qu'ils s'aiment et chercher à se rencontrer IRL.

Un synopsis des plus classiques, cousu de fil blanc pourrait-on dire, si Makoto Shinkai ne s'amusait pas à brouiller les pistes en mélangeant les temporalités, mêlant à son intrigue des éléments à priori sans grand rapport pour arriver au final à un résultat plus confuse que réellement complexe. Et c'est d'ailleurs le plus gros problème du film.

 

PhotoLa comète

PARADOXE TEMPOREL

Habitué aux formats plus court, Makoto Shinkai ne maitrise pas encore la narration propre à un long-métrage, ce qui se ressentait déjà dans Voyage vers Agartha. Ici, les ruptures de rythme sont nombreuses et arrivent sans vraiment crier gare, tout comme d'embarrassants raccourcis scénaristiques qui nous font perdre le fil de l'intrigue et la progression psychologique de ses personnages. Déroutants, ces nombreux décrochages risquent fort de faire sortir le spectateur néophyte du film, bien que les plus aguerris devront eux-aussi fournir un certain effort pour ne pas perdre le fil.

En fait, on a l'impression que le réalisateur (et scénariste) s'est attaquée à une histoire beaucoup trop ambitieuse en regard de son expérience sur le long-métrage et qu'il se perd en chemin, ne sachant pas quelle histoire choisir au final. L'histoire intimiste du couple qui se découvre et s'oublie ? Un village menacé par une catastrophe venue de l'espace ? A vouloir tout traiter en même temps, Makoto Shinkai s'emmêle les pinceaux et débouche sur un film d'autant plus confus qu'il n'a pas vraiment établi de façon solide son argument fantastique.

 

Photo Your NameLa messagerie du futur

Cela signifie-t-il que le film est raté ? Absolument pas. Comme à son habitude, Makoto Shinkai nous en met plein les yeux avec ses décors magnifiques, sa photographie irréelle et son animation douce et séduisante. On se laisse porter par le rythme foncièrement mélancolique du film, qui nous arrache quelques larmes, l'ambiance joliment crépusculaire et, une nouvelle fois, la direction artistique absolument incroyable parviennent sans peine à nous faire accepter les nombreux défauts de structure et de construction du film.

Ce qui rend ce rendez-vous d'autant plus manqué puisque, dans son ADN, Your Name contient tout ce qu'il faut pour devenir un chef-d'oeuvre. Que nous aurions d'ailleurs davantage vu en série télé (au regard de son histoire), qu'en long-métrage d'1h50.

 

Affiche française

Résumé

Visuellemment somptueux, Your Name paye le prix d'une histoire fouillie, peu adaptée aux contingences du long-métrage et qui se prend régulièrement les pieds dans le tapis. Il n'en reste pas moins que l'on se laisse porter par le film, trés émouvant et qu'au final, on ne regrette pas le voyage. Réservé cependant à un public déjà connaisseur de l'univers de son auteur-réalisateur.

commentaires

Joss
16/06/2019 à 11:19

"mêlant son intrigues d'autres éléments à priori sans grand rapport" -> il faudrait corriger ;-)
=> "mêlant à son intrigue d'autres éléments a priori sans grand rapport"

gege
16/06/2019 à 00:27

moi j'ai adoré et c'est quand même 100 fois mieux que tous les marvel réunis

Foudanime
15/06/2019 à 23:15

Le WIP de son prochain film au festival d’annecy a fait légèrement peur niveau scénario... Weathering with you, ou quand météo France s’insert dans le shojo

Number6
15/06/2019 à 23:11

Quand tu pars de l'optique de tout comparer à Miyazaki...

Chris11
15/06/2019 à 21:18

Les animés japonais qui réussissent à obtenir quelques écrans en France sont de plus en plus aseptisés et sans intérêt.
Celui ci ne fait pas exception à la règle, je me suis ennuyé d'une force... Aucune magie, aucun rythme, c'est juste joli graphiquement mais totalement creux et vide. A des années lumière d'un Miyazaki.

Babar77
15/06/2019 à 20:54

Très très surévalué même si pas si déplaisant... Je pense que s'il n'y avait pas eu la mode de la théorie du genre à la fin et tous les gays friendly/sense8 à la con ce film n'aurait jamais connu autant de succès et n'aurait jamais eu autant d'écho...

Dae-Soo
15/06/2019 à 20:53

Je n'ai que très rarement vu d'animés japonais, et pourtant j'ai été totalement conquis !
La preuve que ce n'est pas réservé aux habitués de l'auteur...
Je crois au contraire que quiconque veut se lancer dans la japanimation devrait commencer par ce film. Et après passer aux Miyazaki

Christophe Foltzer - Rédaction
29/12/2016 à 18:54

Oui, on pense souvent à 5cm par seconde en long-métrage durant le film, effectivement...

Hasgarn
29/12/2016 à 17:16

Makoto Shikai, c'est le gars qui fait des nuages magnifiques avec des histoires franchement... alambiqués. Il y a 5 centimètres par seconde qui est vraiment chouette, mais les autres, c'est franchement pas ça.
Bref, à voir il n'y a pas de doute pour la direction artistique toujours au top avec Shinkai. mais faut pas en attendre plus, comme d'hab, à ce que je lis ^^

votre commentaire