Comment c'est loin : la critique 100% pure Orelsan

Christophe Foltzer | 24 juin 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Christophe Foltzer | 24 juin 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Orel et Gringe ont la trentaine, vivent à Caen, s'ennuient ferme dans leur vie et veulent devenir des stars du rap. Sous contrat avec des producteurs depuis 5 ans, ils n'ont pas réussi à terminer une seule chanson. Quand les patrons tapent du poing, ils n'ont plus le choix : ils ont 24h pour composer un bon morceau sous peine de perdre la chance de leur vie.

STUPIDE STUPIDE STUPIDE ? NON

Depuis quelques années, Orelsan s'impose de plus en plus comme un rappeur avec lequel il faut compter. Après deux albums solo couronnés de succès, il a sorti avec son ami Gringe un concept-album en 2013, imaginé comme un buddy-movie, Orel et Gringe sont les casseurs flowteurs, dont Comment c'est loin en est une adaptation. Si le personnage est plus que sympathique et ses textes percutants, on regardait d'un oeil suspicieux ce premier film, qui donnait peu d'informations au moment de sa fabrication, craignant de se retrouver face à un biopic en forme d'égotrip à la 8 Miles. Or, c'est tout l'inverse qui se passe et c'est tant mieux.

Epaulé par une solide équipe dirigée par Christophe Offenstein (En solitaire), Comment c'est loin se révèle être en réalité une très bonne comédie douce-amère sur la lose, l'ennui, la dépression de la jeunesse actuelle et la peur de la réussite. Portrait aussi touchant que drôle des années précédant la percée de l'artiste, Comment c'est loin évite le piège de l'autoréférence narcissique et des clins d'oeil appuyés en racontant avant tout une vraie histoire avec de vrais personnages.

 

photoLe fameux abribus

C'ETAIT PAS FACILE, ILS L'ONT FAIT

Si le film n'est pas à l'abri de quelques maladresses, il faut saluer la performance et la sincérité de la démarche, l'aboutissement d'un cycle de carrière du rappeur. Comment c'est loin balaye toutes les inquiétudes du spectateur dès sa première séquence et le pari est réussi en étant totalement conforme à l'univers exposé par Orel depuis des années. En convoquant le Clerks de Kevin Smith et les comédies de Judd Apatow, Orelsan réalise en fait un film très touchant, en marge des genres, parcouru par des morceaux musicaux envoûtants et des dialogues savoureux et percutants.

A travers le film, c'est le portrait d'une jeunesse écrasée par la misère sociale, la mort des illusions, le poids des échecs de la génération précédente ou la peur de la réussite a remplacé la peur de l'échec. Un constat terrible qui ne laisse que peu d'espoir à ces héros, perdus dans leurs existences, se raccrochant à ce qu'ils peuvent pour ne pas sombrer définitivement. Et franchement, on n'en attendait pas tant.

 

Affiche

Résumé

Aussi drôle que touchant, Comment c'est loin est une réussite totale et dépasse son statut de simple comédie pour nous livrer un portrait d'une génération perdue aussi drôle que désillusionné. Bravo Orel, tu nous as tous bien eu sur ce coup.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(5.0)

Votre note ?

commentaires
votre commentaire
29/12/2015 à 15:57

un film nulle

miko
29/12/2015 à 15:56

nuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuulllllllllllleeeeeeeeuuuuuuuuuhhhhhhhhhhh
beuh

Loupouloup
08/12/2015 à 18:43

Donc ce serait évident et indiscutable que le duo n'écrive absolument pas et subisse limite le truc ? Ce serait impossible de ne pas les créditer scénaristes, et impossible qu'ils puissent écrire leurs dialogues ou collaborer à leur écriture, ou aux "thèmes" de chaque épisode ?

Et puis ça parlait pas complot pour moi. Ca parlait du process de production, qui donne logiquement plus de poids aux gens sous les projecteurs, et notamment des trucs comme Bloqués. Si leur film est bien, tant mieux, et je suis le premier à rester curieux (après tout, Nous trois ou rien a été une bonne surprise). Si c'est pas bien, et qu'on ressort en se demandant pourquoi ça a été produit alors qu'il y a des histoires plus originales dans la moitié des courts-métrages d'inconnus (comme ça arrive souvent en sortant d'une salle de ciné), on pourra en reparler.

Cervo
08/12/2015 à 17:31

ça n'a rien à voir avec "mener l'enquête", ça a juste à voir avec le fonctionnement de la production.
Canal annonce une nouvelle série du mec de Bref. Il l'écrit. Il est le scénariste. On embauche deux personnes pour jouer le truc. Comme l'idée c'est bien de mêler leur image et leurs personnages, il faut qu'ils repassent un coup dessus pour "se le mettre en bouche", ils sont aussi payés et crédités comme co-scénaristes. C'est une nécessité légale et c'est plus pratique fiscalement.
Mais ça fait pas d'eux les scénaristes du bousin.

De même mettre en parallèle une mini série effectuée en quelques mois et dans la précipitation après l'arrivée de Bolloré et un film en préparation sur 3 ans, c'est débile. ça ne veut rien dire.

Je n'aime pas Bloqués, et 'jai pas vu le film. Je dis juste que dans le cas présent, le complot "canal est partout ils nous refilent leurs gars", c'est n'importe quoi.

Loupouloup
08/12/2015 à 12:02

Orel et Gringe sont crédités comme scénaristes de Bloqués : c'est un fait. Alors sauf si quelqu'un a mené l'enquête ou est dans l'équipe de la série, ça me semble un peu abusé de les désolidariser du truc.

Nystiss
05/12/2015 à 09:51

serpico Sauf que Bloqués n'a pas était écrit par Orel et Gringe (Orel a un peu aidé) mais par Kian Korandini (celui qui réalise bref) et la série n'a rien avoir avec le film. J'ai regardé le film je l'ai trouve touchant, et les chanson (très travaillés si on s'y attarde bien) m'ont fait hurlait de rire car elles sont très absurdes si ont les regarde de manière adulte.

petite jean
29/10/2015 à 14:46

J'ai tellement hate, et je pense que bloqué n'est pas entierement controlé par les casseurs flowters c'est pour ça que c'est un peu plat. Mais ce film promet

Eyhi
15/10/2015 à 14:21

"Comme c'est loin" est scénarisé par Orelsan (crédité sur Bloqués, qui est de pire en pire à chaque nouvel épisode, donc oui c'est tout à fait pertinent d'en parler), Stéphanie Murat (Max avec JoeyStarr et Mathilde Seigner) et Chris Offenstein (En solitaire).

On tient quand même pas les meilleures plumes du ciné français soyons honnêtes. Ca peut être une belle surprise, comme ça l'a été pour le journaliste là, mais a priori on peut redouter ce film. Surtout après lecture du synopsis officiel...

Natla
15/10/2015 à 10:13

Non mais Cervo tes arguments sont tout aussi débiles que ceux que tu critiques !
Tu estimes que rien n'a été inventé depuis les années 30 et Aristote ? Euh ok si tu en es convaincu.

Donc ça voudrait dire qu'on met dans le même sac Pulp Fiction, Shortcuts, Adaptation, Sixième sens et des tas d'autres films qui questionnent et s'amusent avec la forme et le fond, et le pitch de Comme c'est loin, ou Le nouveau stagiaire avec De Niro ?

Tu affirmes fièrement que les arguments d'untel sont nuls, mais honnêtement relis les tiens. Ils sont plus bêtes encore. Tu t'emballes.

Un pitch oui, ça veut dire quelque chose, c'est souvent sur ça qu'on décide de voir un film ou pas. Celui-ci est aussi banal qu'une formule de rom com.

Et la sortie simultanée de album/Bloqués (ils sont acteurs ok, mais c'est une promo parfaite sur Canal chez les jeunes)/ce premier film, c'est évidemment pas fortuit. Toi qui est expert en la matière, tu es de mauvaise foi.

Bilan : t'es un gros comique qui se prend bien, bien au sérieux....

Big-nos
14/10/2015 à 22:29

Salut à tous, perso je suis allé voir l'avant première à Elbeuf
Verdict : le film est bien réalisé et tout, ça colle parfaitement à leur univers
Ceux qui aiment déjà vont apprécier le film
Ils sont super cool, proches du public
Et ce film n'a rien à voir avec bloqués sur canal, bien que ça corresponde également à leur univers
Après il est compréhensible que des gens soient hermétique à cet humour et cet univers, mais cela ne donne pas le droit de dire que c'est de la merde, dites que vous n'aimez pas et puis c'est tout ^^

Plus
votre commentaire