Hunger Games : La révolte - 1ère partie : critique révoltée

Christophe Foltzer | 7 avril 2022
Christophe Foltzer | 7 avril 2022

Hunger Games : La révolte - 1ère partie est ce soir à 21h15 sur TMC.

Dans le monde des young adults à gros budget, la saga Hunger Games avec Jennifer Lawrence a su se démarquer de ses pairs grâce à un fond politique unique. Hunger Games : La Révolte, 1ère partie, premier chapitre d'une conclusion qu'on nous annonçait épique tient-elle ses belles promesses ?

HUNGER SIESTE

Après le climax raté de l'opus précédent, Hunger Games : La révolte - 1ère partie se devait de proposer une conclusion enflammée, propre à réveiller du spectateur révolté par le totalitarisme du Président Snow. De ce strict point de vue, le film est un échec total. Le métrage se perd dans un rythme d'une lenteur effarante, sacrifiant toute tension dramatique et diluant le charisme de ses personnages.

Si l'on comprend la volonté commerciale de scinder ce film en deux parties, le résultat laisse cruellement à désirer. Le film aurait pu raconter son histoire entière en seulement deux heures, sans dilater la narration. On ne compte plus les séquences de remplissage, de surexplication, de pause inutile. De ce fait, jamais le spectateur n'est jamais partie prenante du drame qui se joue devant lui.

 

Photo Jennifer LawrenceJennifer Lawrence, toujours présente

 

C'est d'autant plus regrettable que le film possède de grandes qualités. Ne serait-ce que sa facture visuelle et technique, pas transcendante, mais cohérente avec les précédents films. Les comédiens ensuite, bien qu'ils aient à gérer des personnages dont la psychologie est réduite à peau de chagrin, se révèlent convaincants, même si l'exubérance de certains, tels que Elizabeth Banks ou Stanley Tucci, nous manque un peu. On reconnaitra encore une fois à Jennifer Lawrence le mérite d'incarner son rôle sans aucune retenue, de s'y plonger à corps perdu, tandis que la petite nouvelle de la bande, Julianne Moore, compose un personnage trouble qu'on aurait aimé voir plus développé.

 

Photo Jennifer Lawrence, Julianne Moore Merci les comédiens

STAR GAMES

Hunger Games a surpris dès le départ par sa vision cynique du monde, des médias, d'une jeunesse sacrifiable et sacrifiée. Ce troisième volet ne dépareille pas, poussant encore un peu plus loin sa critique de l'information puisqu'il est ici question de créer une figure emblématique de Résistante et de livrer une bataille de communication.

Dans ces moments, Hunger Games 3 se révèle particulièrement brillant et ressemble à ce qu'il aurait dû être. Mais malgré une noirceur peu commune dans ce type de productions, tout semble avoir été entrepris pour masquer son fond révolutionnaire, sa critique du star-system et de la propagande moderne.

 

Photo Josh HutchersonMon cerveau est tellement lavé qu'il est plus propre que ma chemise

 

Katniss Everdeen devait logiquement se transformer en madone manipulée tant par son camp que par celui d'en face, chacun jouant sur des ressorts émotionnels propres à la déstabiliser, mais elle perd énormément en profondeur, car son combat intérieur est traité par-dessus la jambe. De geai moqueur, elle finit par devenir simple girouette. Une caricature si outrée qu'on finit par se demander si elle n'est pas volontaire.

 

Affiche

Résumé

Hunger Games : La révolte - Partie 1 navigue entre un fond passionnant et une exécution paresseuse, qui annihile totalement son propos. Restent quelques séquences impressionnantes et prenantes.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(2.3)

Votre note ?

commentaires
Flo
12/04/2022 à 14:27

Il y a du mieux… Certes il y a encore des twists qui ne sont pas très bien amenés (le chat, ou le final).
Et des codes spécifiques aux Young Adults, mais qui arrivent à être utilisés à bon escient : l’héroïne aime toujours deux garçons, chacun à sa façon (qui choisir ?). Mais comme Peeta est toujours traité de manière sensible, tel un damoiseau en détresse, c’est plus incongru, original.
Et l’économie de moyens dans certaines scènes est plus salutaire qu’on ne le croit – le gros bombardement, montré et ressenti seulement par le son et via la peur des victimes impuissantes.
Reste que le fait de concentrer uniquement le parcours de Katniss au sein de l’armée de rebelles offre une perspective intéressante quand on se rend compte que le Jeu (médiatique) n’a en fait pas du tout cessé, faisant s’entrechoquer cette fois deux types de propagandes, l’une oppressive et l’autre libertaire… Mais toutes les deux reposant sur une manipulation de la vérité, sur le Contrôle. Et où la sincérité émergente devient même une opportunité exploitable pour gagner des points. En fait, c’est Hollywood…
Rien ne change, pire encore quand l’ambiance guerrière au milieu de ruines et de destructions (dont une séquence d’extraction militaire typique, mais reposant sur une diversion télévisée) ne fait que nous rappeler des contextes réels bien connus, dont l’ukrainien actuel… et leurs images télévisées, aussi bien terribles que politisées.

Ethan
07/04/2022 à 21:34

Je suis fan
Je comprends pas la déception de certains

Pon
22/02/2015 à 19:56

Ce film est une arnaque. Pendant 2 heures, il ne se passe presque rien.

RiffRaff
24/11/2014 à 09:04

Clairement pas au niveau...
L'histoire ne décolle jamais vraiment et les scènes d'action de la bande-annonce sont concentrés dans 10 minutes de film dans le premier tiers... Le reste n'est que remplissage, les personnages sont traités par dessous la jambe(qui peut dire que julianne moore est bien exploitée, j'ai vu le film hier et j'ai déjà oublié le nom de son personnage).
Dommage, l'ambiance et le sous-texte sont intéressants, mais le traitement est déplorable, ce troisième volet amplifie les défauts du deuxième.

Daniel Larusso
23/11/2014 à 08:50

Je ne voulais absolument pas voir le 1er (j'y voyais trop sur sorte de Battle Royal pour pré-ados boutonneux...)
Puis la surprise fut finalement supportable, voir même agréable!
Puis le 2ème opus: trop long, qulque peu ennuyeux avec un manque d'action flagrant et aucune scène ne venant tirer le spectateur de sa léthargie, trop dilué dans des sous histoires et un montage anarchique qui fait perdre le fil d'une histoire qui devient à mon sens bien trop longue pour pas grand chose!
Donc pour le 3, j'attendrais la vidéo ou le passage Canal+

sylvinception
20/11/2014 à 16:19

Pas l'ombre d'un bout de sein ou de fesse de Jenny Lo à l'horizon, qui l'eut cru ??

Karim1331
19/11/2014 à 20:55

d

Liojen
19/11/2014 à 18:24

Le premier m'avait ennuyé à mourir, le second à relevé un peu le niveau (a partir de l'entrée dans l'arène). Inutile pour moi d'aller perdre 3h pour un film (presque) sans action...

votre commentaire