Godzilla : critique du roi des monstres

Simon Riaux | 17 mars 2018 - MAJ : 18/02/2020 09:50
Simon Riaux | 17 mars 2018 - MAJ : 18/02/2020 09:50

Nanti d'un jeune réalisateur talentueux, accompagné d'un casting éclectique, Godzilla le film s'avance impérialement sur un chemin jonché de mines. Emblème d'un cinéma aussi adulé que moqué, figure légendaire d'une saga dont le grand public ne connaît finalement qu'une poignée de clichés, il fallait un miracle pour que l'expérience se différencie notablement des salves continues de blockbusters et de leurs vagues d'effets numériques. Plus qu'un miracle, c'est à la confirmation du talent de Gareth Edwards que nous assistons, l'avènement d'un artiste dont l'inspiration comme la sincérité terrassent un public qui n'en demandait pas tant.

ÉROTIQUE DU MONSTRE

Premier constat : Gareth Edwards s'inspire avec intelligence des Dents de la mer, décidant de retarder au maximum le dévoilement de ses titans. Et une fois les créatures en action, le metteur en scène s'échine à quasiment toujours conserver un point de vue ainsi qu'une échelle humaine sur les situations apocalyptiques qu'il décrit. Le résultat est littéralement tétanisant, nous permet de retrouver toute la puissance viscérale et symbolique de l'œuvre originale, tout en conférant à Godzilla une aura magnétique, qui irradie chaque scène, quand bien même le monstre en est absent.

 

Photo Aaron Taylor-JohnsonAaron Taylor-Johnson

 

De même qu'il retient les monstres jusqu'à son climax tellurique, Gareth Edwards aborde le genre auquel appartient Godzilla (le blockbuster de destruction massive) avec une intelligence et une dignité déjà présentes dans Monsters, son précédent film, et qui font cruellement défaut au cinéma hollywoodien contemporain.

 

Point de pornographie du chaos ici, ni de massacre de foules numérisées. L'artiste respecte trop la gravité des évènements qu'il dépeint pour traiter cyniquement du cataclysme qu'il filme. Le métrage ne s'attarde pas complaisamment sur les immeubles détruits, ne jouit pas de l'horreur et cherche au contraire à nous la faire ressentir de plein fouet. La mort n'est pas reléguée au hors champ, menace réellement les protagonistes, se révèle parfois saisissante alors que la caméra s'attarde sur un homme pulvérisé, balayé sans sommation par le Roi des monstres.

 

photoUne bien belle bête

 

TRAGÉDIE MONSTRE

Un autre point fort du film est sa gestion des personnages. Si l'œuvre ne prétend pas révolutionner les canons du genre, elle les travaille avec soin. À nouveau, la comparaison avec son contemporain Pacific RIm est éclairante, nulle trace de side kick indigne dans les parages, tous les rôles se voient conférés une chair et une humanité palpable, à l'exception peut-être d'un Ken Watanabe engoncé dans un rôle en forme d'hommage au Godzilla originel.

En revanche, la destinée de la famille Brody s'avère un délicieux mélange de classicisme et de rigueur dramatique. Aaron Taylor-Johnson, tout de fragilité et de colère mêlées, est à ce titre un parfait premier rôle, dont la relation avec la Bête devrait faire verser une petite larme aux affiocionados de Miyazaki. 

 

photoHello Muto !

 

WE CALL IT... BLOCKBUSTER

S'il est impressionnant en diable, Godzilla n'oublie heureusement pas de nous divertir et se rappelle que les enfants que nous étions étaient aussi excités qu'effrayés par les créatures qu'ils découvraient à l'écran. Gareth Edwards décide de réserver toute sa puissance de feu pour un climax délirant en forme de choc des titans d'une ampleur tout simplement jamais vue au cinéma. L'angoisse disparaît alors au profit d'une euphorie juvénile, dont la maîtrise révèle un art de la mise en scène hallucinant.

 

Photo Aaron Taylor-Johnson, Bryan CranstonUne famille bientôt disloquée

 

Après avoir joué deux heures durant d'un rythme endiablé avec nos émotions les plus fortes, le metteur en scène clôt son récit avec un panache hors du commun, qui lui permet de synthétiser instantanément toutes les influences et aspirations du film. Et Godzilla d'imprimer nos rétines en un plan final dévastateur, où se superposent le monstre, l'icône, le vengeur et le protecteur quasi-mystique d'une Terre menacée par une humanité inconséquente.

 

Affiche française

 

Résumé

On attendait beaucoup de Godzilla et sans doute pas encore assez, tant le film de Gareth Edwards ringardise instantanément la concurrence, tout en s'imposant comme un bouleversant hommage à tout un pan du cinéma populaire.

Autre avis Geoffrey Crété
Il y a un réalisateur derrière ce Godzilla, qui créé une atmosphère fantastique, des scènes sensationnelles, et de pures visions apocalyptiques. Ne manquaient plus que des scénaristes pour écrire une intrigue et des personnages.
Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(4.2)

Votre note ?

commentaires

Simon Riaux - Rédaction
18/02/2020 à 09:39

@corle

Nope, la note n'a jamais changé.

corle
18/02/2020 à 08:08

vous etes de mauvaise fois ecran large, a sa sortie vous avez mis 5 étoiles et aujourd'hui je constate qu'il est à 4 ? pourquoi?

Alexandre Janowiak - Rédaction
18/03/2019 à 10:01

@NX

ce Godzilla est celui sorti en mai 2014, il est donc visible depuis un moment.

En revanche, personne n'a encore vu Godzilla : Roi des monstres à la rédaction, il arrivera seulement en juin prochain dans les salles.

NX
18/03/2019 à 04:44

Et comment avez vous vu le film qui n'est aps encore sortie?

Gemme
17/03/2019 à 20:52

Les goûts et les couleurs ... mais j’ai adoré ce film. Vu et revu. Idem que ses films de « combats «  qui sont somptueux. Merci écran large j’en ai marre d’entendre que du bashing sur ce film.

Flash
17/03/2019 à 19:40

Film frustrant, on attend toujours que l'action démarre, et quand on se dit que ça va depoter, on passe à une scène suivante.
Trois étoiles et c'est bien payé.

?
17/03/2019 à 19:35

Tout l'inverse pour moi, rarement d'accord avec Écran Large mais là la note me convient très bien.
Le ton du film est très bien mené tout du long et e fait un très bon film (pour un blockbuster).
Curieux de voir la suite, après le médiocre " Skull Island"

matt
17/03/2019 à 19:19

@JB : + 1

JB
14/05/2016 à 11:26

On avait été voir le film ensemble avec deux potes, et on l'avait trouvé incroyablement chiant. Sans parler du jeu d'acteur de Bryan Cranston qui était mauvais, et Godzilla qui jouait à cache-cache pendant tout le film.

J'ai du mal à croire une telle note chez Ecran large pour un film autant bourré de défauts.

votre commentaire