The Amazing Spider-Man : Le Destin d'un héros - critique qui tisse dans un violon

Simon Riaux | 7 juillet 2019
Simon Riaux | 7 juillet 2019

The Amazing Spider-Man : Le Destin d'un héros repasse ce soir sur TF1 à 21h05

The Amazing Spider-Man, reboot motivé uniquement par le désir de Sony de conserver les droits du personnage, s'était avéré insignifiant mais lucratif. La poule aux œufs d'or était donc de retour avec une suite censée offrir au studio l'opportunité de créer un univers extensible à la Avengers.

ON SE FAIT UNE TOILE ?

 

La mission qui incombe ici à l'homme araignée tenait du challenge kamikaze : séduire simultanément petits et grands, embarquer les fans de Twilight, réussir une avalanche de séquences d'action tout en préparant le terrain pour les éventuels Spider-Man 3, Venom et autres Sinister Six. Voilà qui explique sans doute que le métrage s'étale sur 141 minutes, se préoccupant plus des cases qu'il doit cocher que de sa matière première : les personnages.

 

Tous sont sacrifiés sur l'autel de l'efficacité cool. Andrew Garfield est un nigaud bourré de tics, Emma Stone se prend pour Jean-Paul Sartre, tandis que Jamie Foxx rend un vibrant hommage au Robert De Niro du Fan. Seul Dane DeHaan tire mollement son épingle du jeu (du moins jusqu'à sa pathétique transformation), même s'il joue de toute évidence dans un autre film que ses petits camarades.

 

 Dane DeHaan

Ouuh qu'il est vilain

 

Réduits à des marionnettes pathétiques, les personnages n'ont plus qu'à s'affronter dans d'interminables joutes numériques, aussi abouties techniquement qu'irrécupérablement laides. Car si Marc Webb avait fait preuve d'une certaine retenue dans le précédent film, il ose beaucoup plus de choses dans The Amazing Spider-Man : Le Destin d'un héros. Et le résultat n'est pas beau à voir.

 

TISSE MOI PAS DANS LES YEUX !

 

Pillage en règle de Matrix, vannes lourdingues, bad guy électrique porté sur le dubstep et toiles d'araignées transformées en outils de drague, le réalisateur compose un ahurissant catalogue de fautes de goûts. Jusque dans ses dialogues, l'inanité de l'ensemble se fait sentir et finit par handicaper lourdement le jeu des comédiens, que l'on a pourtant tous connus très bons ailleurs.

 

Image 686546LOL. Non.

 

L'ensemble ne serait pas si irritant s'il offrait au spectateur un minimum d'enjeux dramatiques. Hélas ces derniers n'interviennent que dans les quinze dernières minutes du film et s'articulent autour d'un rebondissement connu de tous les lecteurs du comics. La charge dramatique de cette ultime bobine, loin de nous toucher, agace plutôt, tant les dialogues ont pris soin d'en souligner l'arrivée deux heures durant. Peut-être eut-il été plus pertinent de s'inquiéter de l'évolution de nos héros, plutôt que de les empêtrer dans un script de bleuette adolescente resucée de Twilight.

 

Image 686410

Résumé

Écrit avec un cynisme sidérant et réalisé avec un je-m'en-foutisme inédit, The Amazing Spider-Man 2 est un des plus mauvais films de super-héros jamais vu.

commentaires

Rudy Mako
09/07/2019 à 04:53

Les Spiderman avec Garfield sont meilleurs que ceux De Tom Holland, que je trouve trop molasses

Jérôme
08/07/2019 à 12:16

En phase, ce film est une purge. Et en VF, le bad guy est simplement atroce. On retiendra tous par contre la scène du saut dans le vide.

Marc
08/07/2019 à 06:05

Quelques points de la critique qui interpellent:

"La mission qui incombe ici à l'homme araignée tenait du challenge kamikaze : séduire simultanément petits et grands [...]* réussir une avalanche de séquences d'action tout en préparant le terrain pour les éventuels Spider-Man 3..."

Attirer un large public, proposer des séquences d'actions et placer ses pions pour d'éventuelles suites, cela n'a rien d'exceptionnellement cynique pour un blockbuster hollywoodien. A ce jeu-là, TASM2 est d'ailleurs loin d'être le plus racoleur du lot.

*"[...]embarquer les fans de Twilight[...]"

Déduction personnelle ? Car le genre super-héros n'a pas vraiment attendu après Twilight pour attribuer à ses personnages des romances au minimum compliquées, avec ce que cela implique en incertitudes, ruptures, etc...

"Pillage en règle de Matrix,[...]"

L'occasion d'utiliser une technique ayant graphiquement fait ses preuves pour donner un autre point de vue sur le fonctionnement du spider-sense. (Mais dans ce cas, le premier Spider-Man pillait déjà Matrix, ce qui est encore plus problématique et cynique pour le coup).

"[...]vannes lourdingues,[...]"

Spider-Man, n'est, en effet, pas le héros à l'humour le plus subtil qui soit. De là à y voir une faute de goût, tant la tchatche et le répondant sont souvent indissociables du personnage.

-[...]toiles d'araignées transformées en outils de drague[...]

Rien d'ahurissant là non plus normalement, ce n'est pas la première fois qu'il est possible de voir un super utiliser l'un de ses pouvoirs dans un contexte plus sentimental (le vol nocturne de Superman avec Lois, Peter Parker et MJ à la belle étoile dans Spider-Man 3...). L'idée de la toile est même exploitée assez astucieusement, en prenant compte de l'architecture New-Yorkaise et renvoyant à la séquence de révélation du premier TASM, là où la toile servait à Peter pour avouer ses sentiments (et son secret) à Gwen. Avec une écriture et une réalisation plus paresseuse, un SMS aurait largement fait l'affaire. Là ils ont préféré utiliser les capacités du personnage, ce qui n'est pas l'idée la plus je-m'en-foutiste qui soit.

Gregdevil
07/07/2019 à 23:43

Et encore. Vous êtes trop généreux dans votre note.
Du niveau d'un Catwoman de Pittof.
Quel honte un traitement pareil

Greg
07/07/2019 à 23:34

En effet affreux, alors que le premier Amazing était pas désagréable.

Flash
07/07/2019 à 22:51

Encore pire que le premier, a le mérite de remporter le titre de pire Spiderman version cinéma.

Number6
07/07/2019 à 21:44

Alors pas taper pas taper hein, mais j'adore ces deux amazing spidey, et encore plus ce second. Évidemment, Sam raimi tutoie les cimes, et même un spidey 3 décrié sera toujours meilleur que la plupart des films de superslips, mais j'ai une affection pour Garfield en spider cat.

Geoffrey Crété - Rédaction
07/07/2019 à 21:40

@patman

Aucun problème à entendre votre avis, on ne prend pas ça comme un jugement mais une discussion cinéphile :)

Et on est parfaitement capables d'aimer un spectacle pour le fun. Mais sachez que lorsque c'est le cas, comme sur Thor : Ragnarok, on nous reproche alors d'être trop bon public, d'avoir des goûts douteux, d'être payés par Disney etc. Preuve que peu importe ce qu'on dit et pense, on nous collera une étiquette ;)

patman
07/07/2019 à 21:06

Pas trop d'accord non plus avec votre critique. Le film est fun, et laissait envisager dans son final un Sinister Six maintes fois promis (mais toujours pas d'actualité hélas).
Sans vouloir vous juger, je trouve que quand on critique ce genre de film (film de super-héros), faut pas vouloir mettre la barre trop haut, le but recherché est le fun et que je trouve que c'est réussi.
J'aime autant la trilogie de Sam Raimi, le dyptique de Marc Webb ainsi que Homecoming et probablement Far from home (dès que j'irai le voir), désolé ^^

Elvis
07/07/2019 à 20:28

Peu être pas génial.....mais tout simplement plus fun et plus mémorable que homecoming ....spider man homecoming est vraiment mou ..mais alors mou .....c est du foutage de gueule

Plus

votre commentaire