Crazy, Stupid, Love : Critique

Simon Riaux | 22 août 2011
Simon Riaux | 22 août 2011

À première vue, le canevas éculé de Crazy stupid love n'a rien d'engageant. On se demande bien ce que va pouvoir nous offrir de nouveau la rencontre entre un quarantenaire à la masse, laissé groggy par un divorce qu'il n'a pas vu venir, et un salvateur playboy, bien décidé à jouer les love coach de la dernière chance. De la nouveauté, il ne faudra effectivement pas trop en attendre du film, qui parvient cependant à nous faire rire à maintes reprises, malgré ses défauts, qui ne sont d'ailleurs pas ceux que l'on redoutait.

 

 

Si le synopsis sent le réchauffé (pour rester poli) le soin apporté à l'écriture des différents personnages et des dialogues a de quoi réjouir. Les bons mots fusent (vous découvrirez pourquoi et comment les hommes ont remporté la guerre des sexes) et les dialogues sont toujours empreints d'une réelle étude de caractères. Les comédiens usent avec bonheur de ce matériau, notamment Marisa Tomei, toujours aussi impayable en amante azimutée, et si tout le casting se révèle d'une grande pertinence, force est de constater que les échanges entre Steve Carell et Ryan Gosling sont des plus savoureux. Les deux compères parviennent même à nous surprendre dans le dernier tiers du film, alors que leurs trajectoires semblent s'inverser, et que les deux comiques se muent en un duo humain et complexe.

 

 

On regrettera hélas que le film soit trop long d'une vingtaine de minutes, notamment à la fin, qui aurait mérité d'être dégraissée et délestée d'une séquence finale qui pue les bons sentiments, et n'a clairement rien à faire là, tant elle tranche avec le ton doux-amer de l'ensemble. Le long-métrage aurait pu se terminer dix minutes plus tôt sur une scène hilarante, aux rebondissements totalement délirants et très réussis, qui amenait de la plus excitante des manière les personnages au bout de leur logique.

 

 

Résumé

 

Au final, le plus plaisant, et sans doute le plus touchant dans Crazy Stupid love, est que le film parvient à parler d'amour au sens le plus étendu du terme, en en abordant les problématiques via des personnages d'âges, de milieux et d'aspiration opposés. C'est cette sincérité dans la démarche, qui n'a rien à voir avec la surabondance de bons sentiments ou de clichés, qui finit par emporter le morceau et nous faire pardonner les maladresses d'un script trop bavard.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire