Critique : Hard

Tonton BDM | 19 mai 2011
Tonton BDM | 19 mai 2011

Partant d'un point de départ ambitieux (propice à traiter des thèmes tels que le deuil, le mensonge, la vie de famille, les fantasmes, la relation de tout un chacun au porno...), la première saison de la série Hard, produite pour Canal+, pèche par manque de temps. Six épisodes de 26 minutes, résumé et générique compris, cela ne laisse au final à la scénariste/réalisatrice que deux heures et des brouettes pour aborder le gros de son univers et de ses personnages, et si l'on excepte l'héroïne, beaucoup peinent à exister par autre chose que des punchlines.

C'est vraiment dommage, car la série française proposait des personnages secondaires parfois bien vus et globalement attachants, mais sur lesquels on aurait aimé s'attarder au delà du simple gimmick : six à huit épisodes d'une heure auraient probablement permis à Cathy Verney d'éviter certains raccourcis narratifs, qui apparaissent ici comme autant de façons faciles de tomber dans la caricature et l'amalgame (il faut faire attention à savoir de quoi on parle quand on aborde le glissement entre porno et prostitution). Parallèlement aux séquences intervenant dans le monde du porno, si les deux enfants de la famille sont certes amusants dans leurs obsessions adolescentes (la zoologie pour le fils, la manie des listes pour la fille), ils souffrent surtout d'un traitement global beaucoup trop superficiel et simpliste, surtout quand on le compare à d'autres séries françaises, telles que Fais pas ci, fais pas ça, qui prend bien d'avantage le temps de s'attacher à ses personnages. Idem pour la love story et le personnage de Roy Lapoutre, qui auraient mérité d'avantage de temps.

Au final, Hard bénéficie certes d'un rythme soutenu, qui évite à la série d'aborder des thématiques annexes, mais on regrette le manque de développement – et même d'audace – du projet, qui semble un peu trop « expédié », à la façon d'une éjac précoce. Cela dit, en l'état, la série de Cathy Verney se suit sans déplaisir, provoquant même, ça et là, quelques francs éclats de rire. En espérant que la deuxième saison parvienne à – sans mauvais jeu de mot – redresser la barre !

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire