Critique : L'Arbalète

César Léoni | 14 décembre 2010
César Léoni | 14 décembre 2010

L’affiche parle pour le film, L’Arbalète est un nanar pur sucre avec une bonne dose de plaisir coupable. L’Italie a eu Les Nouveaux barbares, la France sort L’Arbalète. Des terrains vagues, des néo-nazis, des bandes de voyous ethniques et du cuir, toujours du cuir. Daniel Auteuil chausse la défroque d’un flic & voyou chargé de rétablir l’ordre dans les terrains vagues et de combattre un poulet boiteux, incarné par Marcel Bozzuffi, figure de méchant culte des années 70/80.

Sergio Gobbi, spécialiste ès navets, y va à fond dans le Z et ne rechigne à aucune caricature. Les asiatiques font des arts martiaux, la pute a un grand cœur, les méchants sont ultra-sanguinaires. Bref, L’Arbalète est un régal pour les amateurs d’exploitation vulgaire et décérébrée.

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire