American pie : Critique

Laurent Pécha | 26 août 2007
Laurent Pécha | 26 août 2007

Après un gros passage à vide dans les années 90, les comédies américaines '' teenagers '' se sont multipliées à l'aube du nouveau millénaire. Leurs qualités intrinsèques font qu'on les oublie aussitôt visionnées. Ce n'est pas le cas d'American pie, succès surprise de l'été 1999.

Dès la première scène (un jeune adolescent se fait choper par ses parents en train de regarder une chaîne porno), on sait qu'on n'a pas mais alors pas du tout affaire à l'éternelle comédie pour ados. Le décor est vite planté : il va s'agir de sexe et on va le faire sans aucune retenue.

Sur un canevas des plus basiques, quatre jeunes lycéens font le pacte de perdre leur virginité avant la fin de l'année scolaire, Paul Weitz livre l'une des comédies les plus drôles de ces dernières années. Instantanément on pense à Porky's ou à American college. Il y a de la graine de film culte dans l'air.

 

 

Par un humour des plus graveleux (la scène où un jeune boit la bière remplie de sperme ou la cultisime scène de la tarte aux pommes qui donne le titre au film), le réalisateur dresse un constat saisissant de la jeunesse américaine : des jeunes écervelés qui ne pensent qu'à tirer un coup. Bien sûr, on est loin de la véritable satire, ce qui compte avant tout c'est de faire rire. Mission accomplie sans aucune difficulté. On se remémore ainsi bien longtemps après la projection l'hilarante scène du strip tease du jeune Jim retransmis à son insu via internet.

Le film ne serait pas aussi drôle si les jeunes acteurs n'étaient pas aussi bons. La facilité avec laquelle les américains nous dégottent de jeunes talents laisse pantois d'admiration. Ils sont tous parfaits et on a réellement l'impression qu'ils se sont éclatés sur le tournage. Le plaisir est communicatif et on sort d'American Pie conquis et ravis.

 

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(4.5)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire