L'Amour de l'or : Critique

Maud Desmet | 29 avril 2008
Maud Desmet | 29 avril 2008

L'Amour de l'or aurait pu tout autant s'appeler Ken et Barbie à la plage, tant cette pseudo chasse au trésor se révèle être une vraie arnaque, n'étant finalement que fadeur et bêtise. 

Fadeur de la mise en scène, d'abord. Andy Tennant, le réalisateur notamment de Fashion Victim et de A tout jamais-une histoire de Cendrillon (aurions-nous dû nous méfier ?) est visiblement incapable de filmer une scène d'action. Il prend un malin plaisir à tuer dans l'oeuf toute possibilité de suspense et tout souffle d'aventure, alors même qu'il raconte une histoire qui avait de quoi, si ce n'est faire travailler les méninges, au moins divertir, avec ses trésors et son couple sexy qui se rabiboche sur des plages ensoleillées. 

 

 

La profonde bêtise du film, outre un scénario plutôt léger, on la doit aux acteurs, qui surjouent des personnages tous totalement idiots, sans exceptions. Même ce bon vieux Donald Sutherland ne s'en sort pas indemne. Les tablettes de chocolat et le bronzage californien de Matthew McConaughey passent pour de la discrétion et de la sobriété à côté de son jeu caricatural et clownesque (dans le mauvais sens du terme). Les acteurs peuvent au moins s'estimer heureux, Kate Hudson et son rôle improbable d'étudiante en histoire nunuche en tête, du gros chèque qui est venu récompenser le peu d'effort accompli pour ce navet même pas sympathique.

Cette idylle au soleil ne sera certainement pas le film de l'été. Le réalisateur aurait mieux fait de s'arrêter à la première séquence, la meilleure et la seule à être drôle, où, par une série de petites catastrophes anodines, le bateau entier du « héros » coule, alors que celui-ci est en train de plonger tranquillement sous la mer. Aurions-nous dû y voir un signe ?

 

 

Résumé

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire