Critique : Tokyo Godfathers

Vincent Julé | 25 février 2005
Vincent Julé | 25 février 2005

Protégé de Katsuhiro Otomo (Akira, Steamboy), le réalisateur japonais Satoshi Kon s'émancipe en 1997 avec le thriller animé, et dérangé, Perfect Blue, qui aura d'ailleurs les honneurs d'une sortie dans les salles françaises. Il nous revient aujourd'hui avec son troisième film, Tokyo Godfathers, alors que son précédent, Millenium Actress, longtemps attendu, arrive enfin sur nos contrées le 5 avril prochain (voire notre news).


Dans ce conte de Noël azimuté, la comédie et le drame se rejoignent dans un même excès. La mission que se sont donnés nos trois sans-abri de retrouver la mère du bébé qu'ils ont sur les bras semble à première vue bien mal partie, voire quasiment impossible. Sauf, bien sûr, si le hasard, ou plutôt la magie de Noël, n'y met pas un peu du sien. Une fois accepté ces arrangements avec le destin, le spectateur se laisse entraîner au gré de rencontres rocambolesques : des yakuzas, un tueur portoricain, un chauffeur de taxi mal loti…


La jaquette du DVD cite La vie est belle de Frank Capra en référence. La comparaison est osée, même s'il n'est pas entièrement faux que la structure et le rythme de Tokyo Godfathers évoquent les comédies américaines des années 40 et 50, celles de Howard Hawks pour ne pas le citer. Le choix de l'animation plutôt que de la prise de vues réelles, au-delà du passif du réalisateur, représente un vrai défi pour le genre. D'où un travail minutieux accordé aux décors, hyperréalistes, et aux expressions des visages, variées et parfois volontairement accentuées. Les créateurs n'ont d'ailleurs pas hésité à tourner certaines scènes en live, avant de les transposer en dessins animés. Le rendu à l'image est saisissant.


La comédie pure ne doit pas pour autant faire oublier un propos social sous-jacent, car chacun des trois protagonistes a son histoire qui l'a amené à vivre dans la rue. Un humanisme bienvenu, bien qu'un peu naïf parfois, qui finit de parachever ce joli conte pour grands enfants.

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire