The Night Comes For Us : critique qui rote ses dents

Simon Riaux | 22 octobre 2018
Simon Riaux | 22 octobre 2018

Pour qui cherche de la série B relativement variée et passablement agressive, Netflix a des airs d’El Dorado. Une impression qui se confirme encore avec l’arrivée sur la plateforme de The Night Comes For Us de Timo Tjahjanto. Sorte de turbine à viande martiale, plutôt énervée.

AMPUTÉ EN CROÛTE

Ito (Joe Taslim) travaille pour les triades. Malheureusement, ça ne va pas super fort, les gens sont un peu sur les nerfs et le cours de la machette les encourage à s’ouvrir joyeusement le bide et se faire des guirlandes de tripes. Il ne faudra pas en attendre beaucoup plus en matière de narration, tant The Night Comes For Us ne s’embarrasse jamais de ce qu’il pourrait bien raconter.

 

photoLe billard, un jeu qui fout les boules

 

On assistera donc ici à une série de vignettes mettant en scène les improbables bastons d’un homme aux airs de char d’assaut indestructible, dont les penchants pour le démembrement et l’émasculation sont l’essentiel des ressorts narratifs. C’est là une des différences majeures de The Night Comes For Us avec les deux métrages auxquels il sera fatalement comparé, à savoir The Raid et The Raid 2 : Berandal.

Gareth Evans y faisait montre parfois d’emphase ou de longueurs, mais privilégiait un récit très fonctionnel, aux enjeux toujours clairs, qui prenait soin de justifier comment et pourquoi les personnages se métamorphosaient progressivement en rondelles de salami. Timo Tjahjanto s’en cogne gentiment et préfère s’appesantir avec délectation sur la violence extrême qui émaille son film.

 

photoAllumer le feu...

 

PAS CHAIR PAYÉ

Et il faut dire que de ce côté-là, les amateurs de pelloches sur-vénères et jusqu’au-boutistes seront servis. Le récit enchaîne les confrontations, les massacres et les sévices jusqu’à plus soif, le tout servi par une mise en scène nerveuse, qui ne recule devant aucun borborygme ni bris d’os gouleyant. On appréciera la vélocité de la caméra, le plaisir communicatif transmis par ce découpage faussement dingo, toujours gourmand de désaxer l’image pour mieux accompagner les mouvements qui rythment les innombrables affrontements.

Toutefois, préférant enregistrer avec l’angle le plus complaisant possible les mutilations qui s’enchaînent, plutôt que de capturer l’action avec inventivité, Timo Tjahjanto prend le risque de lasser, voire de provoquer l’ écœurement. En effet, pour divertissant et intense qu’il soit, le film oublie parfois que l’action martiale est plus affaire de mouvement, de chanson de geste, que de gorasserie perpétuelle.

 

photoOn ne se bat pas la bouche pleine

Résumé

Le récit est trop artificiel pour convaincre, la violence trop complaisante pour ne pas écoeurer, mais The Night Comes For Us demeure une série B intense et sympathique.

Lecteurs

(4.5)

Votre note ?

commentaires

raph7000
23/12/2018 à 01:13

On sera pas du même avis.
Ce film est un pur bijou ! On a pas le temps de respirer et c'est pour le mieux. Seul le milieu du film nous laisse une pose, une tension psychologique. La photo du film est magnifique, les acteurs extrêmement bon, on reconnait les têtes montantes du cinéma indonésien - entre autre Iko Uwais-, bref tout dans ce film est beau et stylisé jusqu'au bout. Pour ce qui est du scénario, il part d'une ligne pour nous dévoiler une narration puzzle. Pas d'introduction ou peu des persos car on apprend à les connaître tout au long du métrage (c'est d'ailleurs très asiatique). La chorégraphie des bastons sont époustouflantes et parle plus qu'un dialogue de 12 pages.
Bref. Un film destiné à être culte selon qui aurait mérité une sorti cinéma. Un coup de (poing) coeur. 5/5

J.Pinkman
25/10/2018 à 20:26

Un poil...BEAUCOUP je pense ^^.

Non puis, j'ai adhérer aussi a l'univers autour, au perso, et a cette violence (digne d'une anime jap bien gore). Puis franchement juste tacler le scénario (qui reste simple ok), mais a coté de ca, tout dans le film est sur élever.

Les meilleurs films n'ont pas forcément les meilleurs scénar (bien le contraire), même si oui, plus travailler ne m'aurais aucunement gêner hein.

Je vous trouve quand même bien dur (pas qu'ici, en général je parle), sur beaucoup de chose. Mais bon, ensuite c'est chacun bien sur, no soucie (et au moins vous argumenter). Bon le prochaine film d'action que j'attend, c'est le Baba Yaka perso ^^.

Simon Riaux - Rédaction
25/10/2018 à 14:10

@A.J. Pinkman

Oui enfin on est du même avis quoi. Vous êtes juste un poil plus sensible à l'orchestration de l'action, et moins dérangé par la nullité du scénar.

J.Pinkman
25/10/2018 à 14:03

La vache....Je croit qu'on sera jamais d'accord vous et moi Simon ^^ (a part sur la série Haunting Of Hill House, mais la, vous auriez perdu en crédibilité en disant le contraire...sa va, je déconne) !

Donc pour revenir a ce film.

Très franchement j'avais beaucoup aimé le dernier film du réa (Headshot), malgré le scénario maigre et a prétexte (un peux comme ici hein), c'était super bien foutue au niveau de la réa et des combat, camper par le toujours impérial Iko Uwais.

Sauf qu'ici, j'ai nettement préférer l'univers du film (avec c'est triade, c'est codes), c'est méchant tout droit sortie d'un jeu vidéo. Avec c'est laquais, et leur mini boss (Le boucher, les filles), pour arriver au boss final ^^.

D'ailleurs le film peut étre un mixe entre The Raid et Mortal Kombat. Je suis sérieux, ont a quasiment que des "fatality" (si vous connaissez les jeu...). Quel violence la vache, c'est tellement rare de voir ca dans se genre de films d'action (pousser a sont paroxysme), qu'un Tarantino n'aurait pas renier.

Les combat du film sont splendide, oui vraiment. Je sais que ca peut paraître bizarre de dire ca. Mais les chorégraphie sont tellement bien orchestrer que ca en devient tellement "beau". Même si a la manière des The Raid, ca garde se coté agressif, violent, mais toujours lisible. Que ca soit les combat au corps a corps, ou les gun fight (dont 2 scène superbement mis en scène).

Je dois dire qu'ici les personnages sont tous trés charismatique (a part quelque second rôles). J'ai la encore nettement préférer c'est personnages que dans le dernier films du réa. Notamment celui d'Iko Uwais (pas forcément l'antagoniste du film), qui livre ici une prestation trés solide, et qu'il lui change (comme dans 22 Miles d'ailleurs). Ce qui j'avoue, me fait trés plaisir, sa tenue et sont style de combat sont juste parfait pour le perssonage créer.

Joe Taslim qu'ont avait pu voir dans le 1er The Raid (et Fast 6), incarne le rôle principal, et comme dans The Raid, le mec est tout de suite charismatique. Il a pas besoin de gros dialogue pour qu'on s'attache a lui (et pourtant le passé du gars n'aide en rien), et pour qu'ont le suivent.

Par contre dommage que Taslim et Uwais n'ont que quelque scène ensemble tant leur alchimie fonctionne toujours aussi bien (combat ou or combat).

Et toujours un ÉNORME plaisir de revoir Julie Estelle (Hammer Girl dans The Raid 2, Headshot). Qui ici a juste l'uns des meilleur rôle du film (et de sa filmo). Une prestance de fous, elle impose dans c'est scène d'action, ou juste par quelque dialogue, elle bouffe littéralement chaque scène du film.

Je ne dirait trop rien des combats qui parcourt le film. Mais franchement ca faisait un LONG moment que je m'était pas autant régaler...(The Raid 2 pour tout dire). Et celui de Julie Estelle et ceux d'Iko Uwais sont juste phénoménal.

Gros gros kif pour tout les amoureux du genre, et pour les fans de The Raid (qui sont en manque), vous savez quoi regarder maintenant (autre que les films en boucle ^^) !

En y repensant...C'est dingue de voir comment le film met la fessé a nombre de films d'action américains (aussi facilement) !!!

Ps : Je viens d'apprendre d'ailleurs que le réa en avait d'abord fait un comics. Ce qui peut aussi donner sens au coté trés esthétique de la violence (ont dirait une anime), et a c'est méchant trés "styliser" !

4/5

Greg
23/10/2018 à 17:27

Autant "Headshot", malgré quelques scènes d'une réelle bravoure, m'avait déçu et laisser sur ma faim, autant son avant-dernier "May the Devil Take You" s'était révélé une trés agréable surprise.
Le genre horrifique collant parfaitement avec le style de Timo Tjahjanto.
Du coup, assez impatient de découvrir The Night comes for Us.

cepheide
23/10/2018 à 10:22

c'est pas la fete aux arts martiaux. j'ai faim et c est pas ce truc dégeu qui m'ira. a quand un film du calibre de fighter in the wind, the raid, le maitre d'arme, flashpoint...

Simon Riaux - Rédaction
23/10/2018 à 10:09

@paris

Et sinon, c'est pas trop dur de vivre dans un cliché vieux de trente ans. La météo y est comment ?

paris
23/10/2018 à 09:42

si seulement un film d'action français pouvait ne serait-ce arriver à un dixième de ce résultat,vous l'encenceriez,mais la critique lourde sur les films étrangers un peu basané et bridés et la complaisance sur nos navets révèle juste l'absurdité et la bêtise de ces courtisans gratte-papier,la critique certe,le deni d'une oeuvre non

Akitrash
22/10/2018 à 15:21

Les Mo Brothers sont connu pour leur productions inégales... Je trouve l'analyse de'EL juste... Car après un Killers assez décevant (faisant déshonneur au manga dont il s'inspire...) et un Headshot assez excitant mais brouillon, ce dernier film reste juste une bonne série B... Scènes d'actions bourrines, scenar qui se tient, gore à souhait... Mais ça tire en longueur... Iko Uwais joue les plantes vertes... Plans de coupe trop visibiles...Surjeux... N'en reste un petit film d'action trash sympatoche, et qui fait la part belle aux combats féminins...

Hank Hulé
22/10/2018 à 15:03

Soulignons cependant la qualité de la réalisation lors des combats et du montage. C'est ultra lisible et pas haché comme dans un Bay/Berg.
Pour le reste, on se croirait dans un porno où les scène de cul sont remplacées par des scènes de fight ultra gore. A petites doses, quoi...

Plus

votre commentaire