Thunder Road : critique prodige

Geoffrey Crété | 9 septembre 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Geoffrey Crété | 9 septembre 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Thunder Road, c'est le premier film de Jim Cummings, acteur, réalisateur, scénariste. Et nul doute que ce nom reviendra sur le devant de la scène tant ce premier essai est une torpille parfaitement décalée, aussi drôle que corrosive, capable aussi bien de provoquer un rire aux éclats qu'une chaude larme. Typiquement le film qui mérite d'être vu et soutenu, alors qu'il vient de remporter le Grand Prix à Deauville 2018.

TONNERRE SOUS LES AUSPICES

Thunder Road rappelle Moi, toi et tous les autres. Pas pour ce qu'il dit, mais pour ce qu'il est : la révélation fracassante d'un visage, d'un corps, d'un univers inattendus, aussi étranges que séduisants. Comme Miranda July, Jim Cummings est acteur, réalisateur et scénariste, et a lui-même assemblé le décor de sa naissance parfaite au cinéma. Il s'y est donné un faux beau rôle et un vrai cadeau. Et comme elle, il s'inscrit faussement dans des sentiers balisés pour mieux surprendre, et donner une ampleur folle à son numéro, devant et derrière la caméra.

En l'occurrence, Thunder Road a tout du petit drame indé typé Sundance : dans une petite ville du sud des Etats-Unis, un policier un peu dépressif, séparé de sa femme, en difficulté dans son rôle de père, commence à dérailler suite à la mort de sa mère. Le programme aurait pu être parfaitement balisé, mais c'était sans compter sur la douce folie de Jim Cummings, qui interprète un clown triste passablement déstabilisant, aussi flippant que minable.

 

photo, Jim Cummings Joyeuses funérailles

 

SALE MARIAGE ET UN ENTERREMENT 

Avant Thunder Road le long-métrage, il y a eu Thunder Road le court-métrage, présenté et récompensé à Sundance en 2016. Les coulisses expliquent en partie la douce folie à l'écran, Jim Cummings ayant vendu les alliances de son mariage échoué sur les plages des séparations pour financer son essai, inspiré par l'anecdote d'un ami entendue dans un jacuzzi. Il n'y avait alors qu'un plan-séquence, où un policier craque lors de l'enterrement de sa mère, et se lance dans une mauvaise chorégraphie sur Thunder Road de Bruce Springsteen.

Par un cheminement qui donne parfois de petites merveilles, comme le récent The Strange Ones, le court est devenu long-métrage. L'histoire s'ouvre sur le même sketch doux-amer dans l'église, qui dévoile avec une sincérité désarmante ce protagoniste curieux, éternel égaré qui semble avoir été rejeté du cinéma de Quentin Dupieux ou Michel Gondry. Au-delà du gag, a priori évident, qui repose sur le décalage, la scène illustre tout le propos de Thunder Road : brouiller la ligne entre le rire et les larmes, la moquerie et la gêne, la tendresse et la pitié. 

Et si se donner le premier rôle a tout d'un pari narcissique sur le papier, il relève plutôt de la pulsion autodestructrice à l'écran tant le rôle est un incroyable numéro d'équilibriste kamikaze. N'hésitant pas à étirer le malaise et l'étrangeté, à fixer sa propre caméra comme un flingue sur la tempe de ce beau loser, et donc sur son propre travail de comédien, Cummings crée un espace inattendu, déstabilisant et fragile, où le spectateur est amené à voir et vivre des choses bien étonnantes.

 

photo Une fillette aussi flippante que son père

 

GUEULE D'ANGEREUSE

Et c'est bien lui qui illumine tout le film, du début jusqu'à ce magnifique plan final rivé sur son visage. De sa moustache un peu ridicule à ses yeux électrisants, de son corps d'Apollon en sommeil à ses gestes de grand môme maladroit, Jim Cummings est le cœur du film. Et il bat à la chamade, frôlant autant l'hystérie que la dépression abyssale. Impossible de ne pas être totalement captivé par son interprétation folle, qui ne cesse de souffler le chaud et le froid.

C'est grâce à son charme fou, et sa manière attendrissante et étonnante d'écrire cet homme esseulé et gauche, que Thunder Road surpasse ses défauts. A commencer par une intrigue un peu classique et limitée, à laquelle il manque ce grain de folie ou cette originalité qui anime le héros. Mais l'important n'est pas là, et le film ne le cache jamais. Montage et cadrages épousent sobrement et simplement le numéro, quand certaines parenthèses (le beau jeu de mains avec sa fille, l'étonnante opération dans un restaurant rythmé par une superbe musique) viennent dynamiser le récit.

 

photo, Jim Cummings Une gueule inoubliable

 

Dans ce décor américain typique, c'est l'acteur (plus que le réalisateur) qui explose. Pas de demi-mesure, de niaiserie calibrée, de performance dans les clous et de démonstration maîtrisée. Ici, il y a l'impression de voir des vagues (d'émotion, de folie, d'énergie) venir s'écraser sur les fauteuils de la salle de cinéma, à intervalles réguliers. On ressort de Thunder Road un peu lessivé, un peu perdu, mais avec une évidence en tête : Jim Cummings est un acteur de génie.

 

Affiche fr

Résumé

Thunder Road, c'est la révélation fracassante de Jim Cummings, réalisateur de talent mais surtout acteur incroyable, véritable tornade émotionnelle d'une sincérité, d'une violence et d'une tendresse ahurissantes.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(5.0)

Votre note ?

commentaires
David
19/04/2020 à 22:50

Quand on clique sur le lien de Jim Cummings, on se retrouve sur le mauvais Jim Cummings, lequel est accusé de viol.
Ce serait bien de rectifier l’erreur.

dams50
09/09/2018 à 19:49

"rejeton de Dupieux et gondry"
Marrant : l'affiche m'a rapidement rappelé le perso d'Eric Judor dans Wrong Cops, dans son rôle de flic compositeur de techno-trance-progressive allemande (de mauvaise facture, faut bien le dire) et qui fait le difficile lorsqu'il s'agit de revendre sa Roland TR-808. Trop drôle.
Ici, avec cette affiche, je me suis de suite demandé : mais qu'est-ce que c'est ce flic qui fait son David Getta (ou son Travolta, c'est selon).

votre commentaire