Criminal Squad : critique musquée

Simon Riaux | 21 février 2018
Simon Riaux | 21 février 2018

Projet coincé dans les arcanes hollywoodiennes depuis près de 15 ans, Criminal Squad met aux prises des braqueurs minutieux et ultra-violents avec une bande de policiers également radicaux. Soit le véhicule idéal pour Gerard Butler et tous les spectateurs en manque de bourrinerie testostéronée.

PATATE DE FORAIN

Avec l’avènement du film de super-héros et des giga-blockbusters tout public, c’est une certaine idée du cinéma d’action musclé qui s’est quasiment évaporée. Un rétrécissement du genre d’autant plus évident que les divertissements ouvertement virilistes n’ont pas forcément la côte à l’heure où l’industrie remet justement en question la représentation des minorités et des genres dans plusieurs de ses productions.

C’est donc à la bonne heure que surgit Criminal Squad, avec ses gros loubards tatoués, ses flics recuits au Jack Daniels, et ses hordes de vilains pas beaux bouffis de créatine. Lesté d’une dizaine de kilos pris pour le rôle, Gerard Butler trimbale sa trogne de guerrier néo-beauf avec un charisme absolument impérial, et nous ferait presque croire à son personnage de super-flic super-badass porté sur la violence gratuite, l’alcool mal distillé, les femmes de petite vertu et l’amour paternel.

 

Photo Gerard Butler

Police de proximité

 

Le  projet semble avoir profité de son interminable développement pour happer quantité d’identités remarquables issues de productions populaires. On reconnaît ici un appel du pied lourdingue à Heat, des œillades bien épaisses qui vont de William Friedkin aux Expendables (kamoulox !), une bonne pincée de Training day et une structure qui repompe sciemment une phase devenue emblématique de GTA V. Pour opportuniste que soit la démarche, elle n’en est pas moins très efficace et confère à l’ensemble une richesse décomplexée très stimulante.

 

Photo Pablo Schreiber Pablo Schreiber

 

GONADES DE MERCENAIRE SNACKEES

Scénariste rodé aux productions qui fleurent bon l’aisselle de mercenairesChristian Gudegast passe ici pour la première fois derrière la caméra. Et s’il s’exécute sans génie, on sent le metteur en scène perpétuellement soucieux de la lisibilité de l’action, toujours maître de son récit, lequel est emballé avec une énergie et un classicisme bienvenus.

 

Photo Gerard Butler

Gerard Butler expliquant la déontologie à un méchant bureaucrate vegan

 

En revanche on regrettera que le film, qui maintient son ambigüité morale jusque lors de son final, choisisse de manière bien trop académique son camp lors d’une ultime confrontation, quand il ne s’efforce pas de nuancer ses protagonistes à coups de lance-roquette émotionnel. Ainsi, voir le gros Gégé parader après avoir lutiné comme un gagnant la compagne stripteaseuse de son nemesis gangsta, avant d’aller pleurer des larmes de margarine devant les chtites nenfants dont il a perdu la garde est gentiment ridicule.

Au final, Criminal Squad a beau être bas du front, trop mécanique dans sa structure et ne pas totalement assumer sa gloriole masculiniste de supermarché, il parvient sans mal à ressusciter une forme de divertissement dont les traits sont si épais qu’ils ne vont pas sans une certaine innocence, qui décuple encore le plaisir pris devant ce thriller aux airs de match de catch cosmique.

 

Affiche française

Résumé

Criminal Squad bouffe à tous les râteliers avec l'élégance d'un missile sol-air dans un magasin de porcelaine. Régressif, neuneu, mais hautement réjouissant.

Lecteurs

(3.9)

Votre note ?

commentaires

Pat Rick
23/03/2020 à 17:25

Ca se laisse voir mais ce n'est pas extra.

Juju26
21/03/2020 à 23:21

Mdr. Il part de la salle de contage des billets pour arrivé dans les toilettes par le système d'aération. Un peu n'importe quoi. Peu crédible ce film.

Raoul
27/02/2020 à 12:04

Vu ça sur Canal , eh bien c'était top! On manque de ces films dont on était abreuvé dans les années 90. J'ai trouvé par contre un sévère manque de rythme lors de la partie du braquage à la FED avec la coupure de courant etc. D'ailleurs j'ai pas trop pigé ce qu'ils y ont fait. Mais sinon, parfait.

RCXIII
19/03/2018 à 22:09

Film très sympa mais mineur. Le problème du cinéma moderne est qu'on a beaucoup de m***, également quelques œuvres techniquement impeccables mais qui ne soutiennent pas la comparaison avec leurs ainées, et enfin les bons films. Celui-là appartient à la 2e catégorie : on sent que tout a été fait dans les règles de l'art, c'est très appréciable et rare de nos jours. L'impact des balles se fait sentir, les dialogues percutent, le méchant n'est pas un gros mégalo, et bien sûr Gérard Butler. Mais il manque le petit truc qui le ferait sortir du lot, le réalisme est un atout qui joue un peu contre lui car on aurait aimé au minimum un final plus explosif. Ca serait mieux passé si l'intrigue avait été concentrée pour plus de nervosité mais avec une montée en puissance aussi longue (2h20) le dernier quart d'heure fait un peu léger. Un film hautement recommandable au cours duquel on prend un plaisir certain...mais il sera vite oublié.

Polocostla@gmail.com
25/02/2018 à 14:52

Franchement redescendez sur terre et arrêtez de planner avec vos critiques à deux balles, comparer avec de l'incomparable c'est médiocre. Effectivement j'ai ressenti du Heat à plusieurs moments dans le film en particulier à la fin ou je m'attendais presque au même dialogue. Après il y a presque un petit clin d'oeil à la Usual suspect, ce que j'ai trouvé un peu bâclé tout de même.
Bref c'est un bon divertissement, c'est ce que j'attendais de ce film. Je m'attendais quand même à un peu plus d'action pour le final ou du moins un peu plus de ruses entre badass de haut niveau.
Les bons film se font rare, la crédibilité est souvent douteuses. Ce film mérite un 4* et non cette note de 3,5. Il y a un peu trop de léchages de culs dans ce monde du cinéma.
Cordialement.

Mx
21/02/2018 à 21:53

Ce film n'a rien à voir avec the town, qui est plus en retenue, là on a affaire à une série b du samedi soir avec des gros guns et des gros muslces, et en prime gerard!!!!!!!

Si déjà les scènes d'actions sont lisibles, c déjà un très bon point, sa devient tellement plus rare, de nos jours, il est vrai que john wick (surtout le premier), et les autres font de la résistance, mais c peu!

Simon Riaux - Rédaction
21/02/2018 à 16:40

@Geoffrey

Si on peut même plus faire comme les lecteurs...

Geoffrey Crété - Rédaction
21/02/2018 à 16:24

Une partie de la rédaction ne valide pas le message de Simon et ignorera son troll sur Blade Runner 2049.

Mais effectivement, comparer des notes sur des films aussi différents que ça (qui n'ont absolument pas les mêmes ambitions, et n'offrent donc absolument pas la même chose), ça a ses limites.

Simon Riaux - Rédaction
21/02/2018 à 14:12

@Sylvinception

Bah voui, il est évident que deux rédacteurs différents vont évaluer exactement de la même manière et sur EXACTEMENT les mêmes critères deux oeuvres aussi radicalement différentes.

Ceci dit, Criminal Squad est très, très supérieur à BR2049

sylvinception
21/02/2018 à 13:43

Et 3 étoiles à Blade Runner 2049.
(soupirs...)

Plus

votre commentaire