In the Fade : critique qui bombe

Mise à jour : 19/02/2018 23:17 - Créé : 17 janvier 2018 - Simon Riaux

Accueilli assez négativement à Cannes (en dépit du prix d’interprétation remporté par Diane Kruger), mais sacré meilleur film étranger aux Golden Globes, In the Fade tente de donner à voir la difficile jonction entre film à thèse, drame social, intimiste, et récit de vengeance. Un mélange que même l’excellent Fatih Akin semble incapable de digérer.

 

Photo Diane Kruger
19 réactions

 

HEADSHOT ON

De prime abord, le film se penche sur des personnages et des trajectoires de vies éminemment Akiniens. Ex-toxicomane, Katja a trouvé la paix auprès de Nuri, ex-trafiquant de stupéfiants, reconverti en entrepreneur et d’origine Turque. Le couple a un enfant, symbole vivant de l’aboutissement salvateur de parcours erratiques. Ce fragile et bel équilibre est pulvérisé par un attentat à la bombe dans lequel périssent l’époux et le fils de Katja.

De ce point de départ, le metteur en scène paraît d’abord vouloir tirer une chronique du deuil, le récit d’une impossible reconstruction dans une société au bord de l’éclatement. Hélas, le cinéaste déraille rapidement vers une pseudo-réflexion sur le mal, la vengeance, et la violence qui sommeille en chacun. Et dès lors, In the Fade verse dans un simplisme proche de la débilité légère, quelque soit l’angle par lequel on tente de l’attraper.

 

Photo Diane Kruger

Un couple explosif

 

MABOUL KITCHEN

Katja assiste médusée à l’enquête puis au procès, qui désignent deux nazis. Sont-ce leurs activités criminelles qui les relient au passé de Nuri, ou leur idéologie mortifère. Non seulement Akin gère de manière plutôt odieuse la fausse tension née de ce questionnement, rapidement avorté, mais il enchaîne sur une proposition problématique.

Avec un souci de la cohérence et de la crédibilité proches du néant, il pousse sa narration vers le film de procès, pour nous montrer avec quelle facilité la défense des accusés les protège du juste châtiment qui devrait être le leur. Le metteur en scène veut-il pointer du doigt la complaisance supposée de l’occident pour ses bourreaux ? Jouer la carte d’un suspense en carton ?

 

Photo Diane Kruger

Si si la vengeance

 

Et quand le tout s’embourbe salement dans la partie consacrée à la vengeance proprement dite, c’est à la fois pour la glorifier, la dénoncer et sous-entendre que chacun est susceptible d’en être l’objet. Au-delà cette posture contradictoire, intenable (et passablement con), le récit est encore miné par la mise en scène de Fatih Akin, totalement atone, dépourvue de la moindre idée, quand elle ne verse pas dans le symbolisme craspec (John Woo lui-même n’abusa pas tant des colombes…). Exception faite de l’incandescence de Diane Kruger, rien n’est à sauver dans ce film opportuniste et irresponsable.

 

Affiche officielle

Résumé

En dépit d'une performance remarquable de Diane Kruger, Fatih Akin s'embourbe dans un récit qui agite maladroitement des concepts tantôt simplistes, tantôt odieux, auxquels il semble ne rien entendre.

commentaires

themys 18/01/2018 à 10:21

on essai de nous faire croire que c'est dans " l'air du temps " .... et oui le, terrorisme .....mais evidement tout le monde sait que ce ne sont pas des neo nazis (nauséabond par ailleur ) qui aujourd'hui massacrent dans les attentats . le réalisateur est turc , alors les grecs en prennent plein la tete .......... c'est encore la meme chose qu'on montre au gens : le racisme , mais evidement que d'un coté hein , faudrait pas choquer les musulmans intégristes .

Arriflex 17/01/2018 à 17:21

Ayant eu la chance de voir ce film en Mai, votre critique confirme ce que je pense de cette bouse. Sauf que moi je suis encore plus virolent que vous contre lui, pour moi c'est la plus grosse bouse jamais réalisé, un pure pure produit de propagande, mais pire genre la justice va relâcher des neo nazi skinhead, même avec les meilleurs avocats du monde un terroriste n'a aucune clémence, même si il y a des vices de forme... De plus In the Fade est un film ouvertement raciste et anti-Grec, désolé mais on connait les tensions entre la Grèce et l'Allemagne donc déjà des ça pue à ce niveau, mais en plus en provenance d'un réalisateur Turc, ça pue encore plus, surtout quand on connait la haine absolue entre les Grecs et les Turcs...
Bref, un film à éviter.
Juste mon opinion.

votre commentaire