24 heures chrono saison 9 épisode 7 : Critique Live Another Day

Geoffrey Crété | 10 juin 2014
Geoffrey Crété | 10 juin 2014

Après quatre ans d'absence, 24 heures chrono est de retour dans une mini-série spectaculaire de 12 épisodes, intitulée Live Another Day. Après huit saisons mémorables, marquée par des années fantastiques et d'autres dramatiques, Jack Bauer va t-il renaître de ses cendres ou confirmer sa triste fin ?

 

ATTENTION SPOILERS

Critique épisode 7 :

Enfin. Arrivé dans sa deuxième moitié de saison, Live Another Day offre enfin une scène mémorable, à la hauteur des attentes : une course-poursuite explosive dans les rues de Londres, où Jack tente d'échapper aux missiles d'un drone. Une fantastique idée qui donne à la séquence une énergie revigorante, et rappelle que la nature première de 24 heures chrono est la lutte contre le temps (les héros échappent aux missiles à hauteur de quelques précieuses secondes). Difficile toutefois de comprendre la construction de la scène, qui s'écroule brusquement dans un embouteillage inutile qui casse le rythme et pousse un peu loin la suspension d'incrédulité - Jack est bloqué dans une rue au moment exact où les Al-Harazi ont décidé de repositionner le drone, qui sinon les aurait dégommés immédiatement.

Hormis ce moment de bravoure gonflé aux money shots (explosion d'un hôpital, plans sur un bras déchiqueté, explosion d'une façade, explosion d'une voiture), ce septième épisode n'offre rien de bien agréable à se mettre sous la dent. L'intrigue se déroule donc de la plus paisible des manières, s'obstinant à user des cordes les plus faiblardes de la série (un président qui décide de se rendre aux terroristes pour protéger les innocents, un membre de son cabinet piégé par ses mensonges) au détriment des plus efficaces (pas de vraie taupe, pas de mort brutale).

Enfin, force est de constater que la gente féminine n'a pas les honneurs de cette saison 9. En plus d'une Chloé à la frontière de l'inutile, qui n'aura d'autre choix que de mourir pour avoir eu une raison d'être de retour, Audrey et Kate sont condamnées aux rôles de figurantes. Un constat amer puisque la série a offert à la première de beaux moments dans la saison 5, et oblige la deuxième à marcher dans les pas de Renée Walker, l'un des personnages les plus mémorables de 24 heures chrono.

 

 

 

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire