Steve Bochco, le créateur de NYPD Blue, est mort

La Rédaction | 2 avril 2018
La Rédaction | 2 avril 2018

Son nom était bien connu des amateurs de séries américaines et autres spectateurs friands d'écriture. Steven Bochco est mort à l'âge de 74 ans.

Après plusieurs années de combat contre la leucémie, le producteur et scénariste s'est éteint chez lui, dans son sommeil. Bien avant que les séries ne deviennent un médium à part entière, une forme artistique faisant souvent jeu égal avec le 7ème Art, il fut l'un des artisans fondamentaux, qui permirent à ce format de faire de gigantesques pas en avant.

Pour qui s'intéresse aux évolutions du format sériel, il est souvent considéré que HBO a précipité les shows télévisés dans le monde de l'excellence et de la pure cinégénie avec Oz, puis Les Sopranos. Pour éclatante que soient ses réussites, elles éclipsent souvent une étape fondamentale, dans la capacité de ce type de production à embrasser le réel.

 

Photo Steve BochcoSteve Bochco

 

 

La Carrière de Steve Bochco est d'une richesse impressionnante. Nommé à un premier Emmy Award une première fois dès 1971, grâce au pilote de Columbo, qu'il écrivit et que Steven Spielberg réalisa, il devait rester du côté des flics, mais en offrant au genre le réalisme qui lui faisait défaut.

Ses deux œuvres maîtresses sont Capitaine Furillo / Hill Street Blues et NYPD Blue. Ces deux productions deviendront tour à tour des pièces maîtresses des programmations de NBC et ABC.

 

PhotoCapitaine Furillio (Dennis Franz à droite)

 

 

Flics au bord de la crise de nerfs, pourris, vieux briscards, ratés, travailleurs infatigables, badernes à la dérive... Les récits de Bochco ne s'intéressent pas tant, comme les autres procedurals, à des enquêtes, pas plus qu'ils ne figent une figure déréalisée de l'enquêteur. Il est question ici de replacer le policier au sein du corps social, de questionner ses problématiques, ses démons. À bien des égards, Bochco pavera le chemin qui permettra l'approche sociologique et naturaliste de The Wire.

Le comédien Dennis Franz, qui joua dans plusieurs des shows de Bochco symbolise en grande partie l'apport du producteur et scénariste au genre, ou comment il devient soudain possible de représenter un flic aux méthodes discutables, voire largement corrompues, alcoolique et irascible, loin des stéréotypes moraux et physiques accolés à la fonction.

 

Photo

NYPD Blue (Dennis Franz à droite)

 

commentaires

Rorov94
02/04/2018 à 21:47

Les beaux jours de feu LA 5:
L'émission«à fond la caisse»avec le mec sur un canapé en 3D au générique.
Puis arrive l'intro(l'appel du jour),générique piano mélancolique sur fond de rues pourries de NY traversées par une voiture de police...HILL STREETS BLUES!
J'ai le coeur qui fond les mecs!
Pour ceux qui connaissent pas ce MONUMENT de l'histoire de la tv us.
Renseignez vous.
Les scores et les récompenses sont hallucinants.
Rip MR BOCHCO.Merci d'avoir égayé mes soirées pendant mon adolescence.Mes condoléances à votre famille et vos proches.
Ps:svp,passez le bonjours à AARON SPELLING,STEPHEN J CANELL,IRWIN ALLEN,QUIN MARTIN,GLEN A LARSON...Ils manquent à énormément de monde.

ComprendsPas
02/04/2018 à 17:19

Quelle tristesse...
Je me rappelle très bien des premières saisons de NYPD Blue, une véritable révolution à l'époque. J'avais aussi adoré Murder One (surtout la première saison), qui avait eu la malchance d'être diffusé à la même heure que URGENCES à sa grande époque d'où des audiences médiocres durant ses deux saisons d'existence.
RIP Monsieur Bochco.

minos
02/04/2018 à 15:56

https://www.dailymotion.com/video/xgw3zu

Eddie9Felson
02/04/2018 à 11:39

RIP
Capitaine Furillo : que de souvenirs télévisuels! J’adorais cette série qui passait - comme tant d’autres - sur la 5 avant que cette chaîne ne disparaisse. Aujourd’hui, elle aurait retrouvé toute sa raison d’être! En avance sur son époque...

votre commentaire