Séries

Missions : que vaut la série de science-fiction française entre Interstellar, Contact et Moon ?

Par Alexandre Janowiak
1 juin 2017
MAJ : 21 mai 2024
15 commentaires
Photo

A l’heure où les séries françaises s’épanouissent dans les genres de la comédie (Dix pour Cent) ou d’espionnage (Le Bureau des Légendes), Missions a l’audace de s’attaquer à la science-fiction. Récompensée de plusieurs prix dans différents festivals notamment celui de la critique à Séries Mania, on a voulu savoir ce que valait vraiment la série de Julien Lacombe, Ami Cohen et Henri Debeurme.

 

Affiche

 

MISSION TO MARS

Missions raconte la première colonisation humaine de la planète Mars. Une équipe de six scientifiques et astronautes, accompagnée d’une psychologue (Hélène Vivies) et du milliardaire suisse à l’origine du projet spatial, s’envole donc pour la planète rouge. L’objectif, marquer l’histoire de leur empreinte en étant les premiers hommes à marcher sur Mars.

Malheureusement pour eux, et comme il fallait si attendre, l’expédition ne va pas se dérouler comme prévue. Après 10 mois de voyage dans l’espace, les membres de la mission Ulysse vont d’abord apprendre qu’ils se sont fait doublés par la Nasa. L’agence américaine a, en effet, mis au point une technologie permettant de faire le voyage Terre-Mars en seulement trois semaines. Mais leur arrivée sur la planète va surtout être semée d’embûches, de trahisons, de découvertes fascinantes et d’événements mystérieux angoissants.

 

Photo

 

MARS EST AU RENDEZ-VOUS

Lors de la découverte des quatre premiers épisodes de Missions (qui en comptera au total dix pour sa première saison), un sentiment de réjouissance ressort immédiatement. La réjouissance de voir une série française oser et tenter quelque chose d’ambitieux dans le paysage télévisuel actuel. Malgré leur petit budget et leurs moyens techniques restreints, les créateurs réussissent à créer une véritable identité visuelle à leur show.

La série nous promet Mars et durant tout ce début de saison la promesse est tenue. Ici pas question de faire des allers-retours incessants sur Terre pour résoudre les problèmes que vit l’équipage. Les membres de la mission sont livrés à eux-mêmes face à leurs doutes et leurs questionnements. Et rapidement le voyage se transforme en huis clos anxiogène et asphyxiant pour eux et pour nous à notre plus grand plaisir.

 

Photo

 

Si nous ne révèlerons pas en détails le scénario de ces quatre épisodes, on peut dire que Missions a du culot. Celui de ne pas hésiter à sacrifier certains de ses personnages. Celui de créer une mythologie à part entière et des perspectives métaphysiques rarement vues au cinéma ou à la télévision tout en se servant de la véritable histoire de l’humanité. 

Alors évidemment au fil du récit on ressent l’influence évidente des grands films de science-fiction américain : Mission to Mars visuellement, Contact pour son héroïne, Interstellar pour la relation père-fille du personnage central, Moon avec cette sensation de huis-clos ou encore Seul sur Mars pour son second degré. Mais dans ces quatre épisodes, la série ne se contente jamais de copier ses modèles et séduit par son authenticité. 

 

Photo

 

FAUX CONTACT

Bien entendu Missions est loin d’être exempt de défauts. En seulement quatre épisodes, le passionnant récit principal est gêné par le nombre trop important de sous-intrigues (dont certaines semblent avoir été oubliées en cours de route). Si son format de 26 minutes par épisode l’empêche d’avoir des temps morts, il l’oblige en revanche à tout accélerer : les recherches, les problèmes, les twists et tous les rebondissements en général. On a la sensation que la série ne prendra jamais le temps de développer plus en profondeur des points importants.

On pourrait également revenir sur la direction d’acteur parfois trop légère et sur la bande originale au son synthé plutôt réussie mais trop similaire à celle de Stranger Things.

 

Photo

 

Sur quelques aspects, Missions subit son budget étriqué. Mais malgré tout, le show du trio français Julien Lacombe, Ami Cohen et Henri Debeurme s’annonce très réussi. Véritable série de science-fiction visuellement et scénaristiquement, lorgnant en même temps sur les pans du thriller et de la comédie, Missions est intrépide et généreuse. A mi-parcours le contrat est donc déjà bien rempli.

Missions arrive ce 1er juin sur OCS. Vous pouvez d’ores-et-déjà découvrir les trois premières minutes du pilote ci-dessous.

 

 

Rédacteurs :
Tout savoir sur Missions
Suivez-nous sur google news
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
15 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
nova

Merci pour le spoil de la mort d’un personnage central !

Rorov94

Ne regardez pas cette série,c’est de la MERDE!
Fauché,bricolé,tourné avec un smartphone dans un terrain vague de bobigny,des acteurs qui cachettonent,sfx demo playstation 2…
Ne mattez pas ça!sinon y’aura une saison 2…

jacamel

ce que j’aime bien chez Rorov94, c’est son sens de la mesure et la finesse de ses commentaires toujours très constructifs, élégants, jamais déplacés …pas comme certains qui n’ont pas vu le film, la série etc, et qui ont déjà un avis très tranché sur l’objet en question !!!
Continuez Rorov94, continuez ! vous êtes sur la bonne voie.

Fantome

Malheureusement les séries françaises arrivent toujours en retard. Il y a dix ans on aurait surement trouvé cette série géniale, mais en 2017, quand on a à côté une série comme The Expanse…

Atréides

@Fantome

J’ai beau avoir essayé avec l’envie d’aimer : The Expanse, je trouve ça très banal, voire mauvais… Pas vraiment de la référence en terme de SF pour moi. (et d’ailleurs, même si on aime, faut reconnaître qu’il n’y a rien de révolutionnaire dans The Expanse : on pourrait sûrement dire qu’elle arrive « en retard », ou qu’on n’attendait pas ce genre d’histoire, encore, pour renouveler la SF…)