Heroes saison 2 : les héros sont fatigués

Ilan Ferry | 6 juillet 2008
Ilan Ferry | 6 juillet 2008

Attention cet article révèle des éléments clés des saisons 1 et 2

 

Dire que l'on attendait impatiemment la saison 2 de Heroes après un premier finale saisissant d'intensité tient du doux euphémisme. Malheureusement pour les fans, la déception ressentie à la vue de ce second volume se révèle presque aussi grande que l'attente qu'elle avait suscitée. Etat des lieux d'un succès trop rapidement acquis.

 

 

 

 

Grandeur et décadence

Que raconter maintenant que nos héros ont découvert leurs pouvoirs et enfin épousé leurs destinées ?  Qu'aura apporté le sacrifice des frères Petrelli ? Hiro sera-t-il perdu à jamais dans le temps ? Qui fera office de grand méchant après la disparition de Sylar et la mort de Lindermann ? Autant de questions auxquelles la deuxième saison se devait de répondre avec autant de brio que la première. Toutefois à la lente mais efficace mise en place instaurée par cette dernière, cette nouvelle saison répond par une propension à ne jamais aller au fond des choses, préférant plus que jamais tourner autour du pot. Un constat qui se traduit par l'importance donnée aux nouveaux personnages et des histoires parallèles mal agencées. Traduction : cette nouvelle fournée joue constamment sur la frustration en privilégiant certaines sous intrigues au détriment d'autres beaucoup plus intéressantes. Parmi celles-ci on retiendra (pour de mauvaises raisons) l'escale beaucoup trop longue d'Hiro au Japon féodal, prétexte à un renversement de situation trop facile, ou encore la cavale de fugitifs mexicains eux aussi pourvus de super pouvoirs.

 

 


 

 

De nouveaux visages et une nouvelle menace

Toute série se doit de sortir régulièrement son lot de nouveaux personnages et cette année Heroes a sorti la grosse artillerie pour le plus grand plaisir des séries maniacs. A commencer par la star incontestée de cette deuxième saison, j'ai nommée la charmante Kristen Bell (inoubliable Sarah dans Sans Sarah rien ne va mais surtout ex Veronica Mars) diabolique à souhait en mutante instable. L'autre challenger reste David Anders (ancien ennemi mortel de Jennifer Garner dans Alias) qui incarne ici un héros ambigu et intimement lié au destin d'Hiro. Du coté des gentils, la ravissante Dania Ramirez fait son apparition dans le rôle d'une fugitive mexicaine, un rôle de composition puisque l'actrice avait déjà incarnée une mutante dans l'oubliable X-Men 3, tandis que le jeune Nicholas D'Agosto fera tourner la tête de Claire. Cette année, nos Heroes auront fort à faire entre un virus mortel menaçant de décimer l'humanité et un serial killer aux étranges pouvoirs, ça vous rappelle quelque chose ?

 

 


 

Le calme avant la tempête

Un succès fulgurant et une attente trop fébrile des fans auront eu raison de cette deuxième saison qui ne s'est pas montrée à la hauteur du haut de ses 11 petits épisodes. Loin d'être totalement ratée (certains arcs scénaristiques restant tout de même forts intéressants), cette saison réserve de bonnes et de mauvaises surprises mais fait surtout office de hors d'œuvre avant un 3eme volume qui s'annonce, on l'espère, mouvementée. Wait and see...

 

 


 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire