Dragon Ball Super Episode 69 : Sacré Docteur Slump !

Christophe Foltzer | 5 décembre 2016 - MAJ : 09/03/2021 15:58
2
default_large

En attendant son prochain arc épique, il faut bien occuper le terrain, et Dragon Ball Super est un maitre du genre. Pas les plus grands épisodes, mais au moins une bonne tranche de rigolade. C'est déjà ça.

Bulma participe à un concours d'inventeurs. Une sorte de Prix Nobel dans l'univers de Dragon Ball. Mais alors qu'elle s'attend à recevoir la récompense, cette dernière est donnée au Professeur Senbei Norimaki, du village Pingouin, alias le Dr Slump, parce qu'il a créé une machine qui permet de matérialiser le désir le plus cher de son utilisateur. Mais pas de bol, le fantôme de son rival, le Dr. Mashirito, surgit avec sa fille robot Aralé, qu'il manipule à l'aide d'une boisson énergisante et qui commence à tout détruire pour s'amuser.

Face à la puissance de la gamine, Végéta ne fait pas long feu. Goku, qui a laissé tomber son emploi de garde de l'évènement à temps partiel, s'en mêle et l'affrontement entre les deux adversaires risque de détruire la planète. Bulma utilise la machine de Slump pour créer le plat le plus délicieux de l'univers afin d'attirer Beerus, en pleine sieste, et ce dernier atomise Mashirito en un instant. Lorsqu'il va supprimer Aralé, le plat lui donne de terribles maux d'estomac et il est obligé de partir. Tout est bien qui finit bien, Aralé est redevenue normale et les deux amis se saluent en se promettant de se revoir un jour.

 

Photo Dragon Ball Super Episode 69

 

 

MADELEINE DE PROUT

Les néophytes et les plus jeunes spectateurs risquent de ne pas comprendre grand chose face à cet épisode de Dragon Ball Super qui plonge à fond dans l'humour scato et débile de Toriyama. Il faut savoir qu'avant Dragon Ball, l'auteur avait déjà connu un franc succès avec Dr. Slump (diffusé aussi chez nous dans le cadre du Club Dorothée), histoire débile sur fond de science-fiction et véritable marque de fabrique du Toriyama du début des années 80 porté sur la gaudriole à base de fille-robot super forte, de professeur pervers, d'extra-terrestres débiles et de cacas roses brandis au bout d'un bâton. Sûr que cela risque de faire bizarre aux fans des Saiyens qui ne sont pas prévenus.

 

Photo Dragon Ball Super Episode 69

 

Aralé et Goku s'étaient déjà rencontrés lors d'un cross-over lorsque notre héros, encore enfant, affrontait l'Armée du Ruban Rouge pour retrouver les Dragonballs, mais leurs chemins ne s'étaient plus croisés depuis 25 ans au bas mot. C'est donc un événément pour les fans de la première heure et la preuve que Toriyama n'a jamais perdu sa verve débilo-absurde pendant toutes ces années puisque cet épisode est particulièrement crétin. Un peu moins que ce que l'on pouvait en attendre certes, mais il fait néanmoins diablement plaisir. Retrouver Aralé et Norimaki autant en forme est un vrai bonheur et si l'affrontement entre les deux héros se résume à un duel de boule d'énergie, l'univers de Dragon Ball se paye une petite récréation où chacun en prend pour son grade. Végéta est ridiculisé, Beerus termine l'épisode avec une bonne gastro, Goku est de nouveau obligé de se taper des emplois nases et une bonne partie de l'épisode a pour ressort dramatique le célèbre Caca-kun, le caca rose planté sur un bâton qui fascine toujours autant Aralé.

 

Photo Dragon Ball Super Episode 69

 

Un épisode "spécial" donc, réservé aux fans hardcore de l'univers de Toriyama et qui laissera les autres de marbre. Mais comme nous faisons partie de la première catégorie, nous nous sommes bien marrés. Et la parenthèse récréative n'est pas finie semble-t-il puisque l'épisode de la semaine prochaine tournera autour d'un match de baseball entre Beerus et son frère, faisant la part belle à Yamcha et sa célèbre technique du loup. On s'occupe comme on peut...

 

Fans de combats cosmiques et de drama, passez votre chemin, Dragon Ball Super a actuellement 3 ans d'âge mental. Si la majorité des fans pourra se plaindre, il ne s'agit que d'une parenthèse contextualisant la série dans l'oeuvre entière de Toriyama. Et, de ce strict point de vue, c'est une vraie réussite. N'cha !

 

Dragon Ball Super Episode 69

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
commentaires lecteurs votre commentaire !
Yso
06/12/2016 à 12:54

" Sûr que cela risque de faire bizarre aux fans des Saiyens qui ne sont pas prévenus "

Moins que l'aspect loufoque, permanent, de Dragon Ball Super. Moins qu'un, Vegeta, avec une totote où en soubrette. Moins qu'un, Goku, qui n'est plus qu'un attardé où qui n'a jamais embrassé Chichi. Moins que le néant qualitatif dans le coup de crayon. Moins que l'absence totale de rythme dans les combats. Moins qu'une transformation avec des cheveux roses où bleus dégueulasses. Moins que les cheveux bleus de Trunk du futur. Peut-être moins que le générique random chanté par le nez.

Faut pas sous-estimer la capacité des fans à encaisser un Toriyama en roue libre!

Pseudo
06/12/2016 à 00:12

Ridicule punaise.

votre commentaire