True Detective Saison 3 Episode 7 : le Yolo King approche

Simon Riaux | 18 février 2019 - MAJ : 18/02/2019 18:25
5
photo, Mahershala Ali

L’heure des chocs et des révélations se profile dans True Detective, alors que Wayne et Roland plongent enfin dans leur passé, et que nous découvrons les ramifications inattendues d’une double disparition des plus sordides.

ATTENTION SPOILERS !

 

photoL'heure du grand déballage approche

 

FANTÔMES CONTRES FANTÔMES

Nous retrouvons Wayne (Mahershala Ali) alors qu’il rejoint Roland (Stephen Dorff) aux côtés du corps de Purcell (Scoot McNairy). Le père des deux enfants disparus en 1980 semble s’être suicidé, au sommet du mirador qu’explora Harris une décennie plus tôt. Pour Roland, pas de doute à avoir : Purcell s’est suicidé par sa faute et celle de son collègue, trop prompts à pousser l’homme dans ses derniers retranchements. Entre les deux enquêteurs, la tension est à son comble.

Les fans remarqueront, alors qu’Amelia interroge une femme proche des Purcell, la fabrication d’une couronne qui n’est pas sans rappeler les ornements funèbres des meurtres de la première saison. Non seulement toutes deux se déroulent dans le même univers, mais interconnections s’y multiplient. C’est également dans cette scène que nous découvrons une photo inquiétante, où les enfants Purcell, déguisés pour Halloween, semblent suivi par un couple d’adultes habillés en fantôme.

L’instinct d’Amelia (Carmen Ejogo), ne la trompe pas, et elle s’empare du cliché. Malheureusement, cette piste, visuellement et thématiquement excitante, restera lettre morte durant cet épisode.

 

photoLe réalisateur Daniel Sackheim (au centre) avec ses comédiens

 

CHAMBRE AVEC INTERVUE

En 2015, les questions entourant les zones d’ombre de l’enquête se font plus pressantes, alors que la productrice de documentaire pressure progressivement Wayne. La figure d’un homme noir et borgne ne cesse de réapparaître, tandis que chacune de ses questions souligne plus nettement la possible existence d’une conspiration.

 

photoTom Purcell va se faire envoyer sur les roses...

 

L’interrogation qui doit désormais être élucidée, et qui ne fait plus grand doute, est : qu’ont donc enterré les deux flics dans leur passé ? A nouveau, la journaliste dresse un parallèle direct avec l’enquête de Matthew McConaughey et Woody Harrelson. Dans les deux cas, un schéma curieusement voisin émerge : notables puissants, corruption généralisée, usage de symboles empreints de religiosité... Pourrait-il s'agir d'une seule et même conspiration ?

Mais Wayne ne flanche pas, et laisse son interrogatrice sur les roses. Est-il incapable de se souvenir ? Refuse-t-il d’ouvrir une porte bien trop ténébreuse ? S’il se tait, c’est pour mieux partager avec son partenaire d’hier les miettes d’informations qu’il a pu glaner. Malheureusement, ces interrogations sont les nôtres depuis le premier épisode, et si ce chapitre veut nous donner un peu plus de biscuits, il le fait si timidement et si tard, qu'on a désormais bien du mal à s'y intéresser. Sans compter que la série paraît ne rien vouloir faire de la liaison entre le fils de Wayne et Montgomery (Sarah Gadon).

 

photoLe mystère de la Chambre Rose...

 

FOLLOW THE MONEY

En 1990, Amelia tente d’éclairer les ténèbres du parcours de Lucy Purcell, pour mieux découvrir combien elle voyait régulièrement son cousin. Pour sa part, Wayne découvre que la mort de la mère éplorée a tout d’un assassinat maquillé, probablement ordonné par le clan Hoyt, et perpétré par un ex-flic à leur solde : Harris James.

Leurs questionnements se prolongent jusqu’en 2015, alors qu’ils interrogent une ancienne domestique de la famille Hoyt. De son témoignage se dégage la figure d’un bien étrange Mr. June, afro-américain et borgne, qui n’est pas sans évoquer la figure fantomatique qui a déjà fait surface en divers points de l’enquête.

Mais en 1990, l’attention du duo se portait bien plus sur Harris James. Traître au corps des policiers, probable homme de main, il apparaît alors comme le chaînon manquant de l’investigation, celui par lequel la mort s’est abattue sur la famille Purcell, celui par lequel le malheureux Woodard a été transformé en victime expiatoire.

 

photoUn passé hanté

 

LA MORT LUI VA SI BIEN

L’heure est donc à la justice expéditive. Roland et Wayne, remontés à bloc, arrêtent illégalement Harris James (Scott Shepherd), afin de le torturer et de l’interroger. Une grosse bastonnade, une tentative de fuite et une paire de coups de feu plus tard, Harris James s’étouffe dans son sang et les flics contemplent, médusé, l’ampleur de leur échec.

C’est là la source de leur désaccord et de leur séparation, Roland considérant que Wayne l’a manipulé pour le bien de ses obsessions et névroses, l’amenant à compromettre toute l’enquête et ultimement à tuer un homme. C’est le lendemain de cet épisode pour le moins éprouvant que Wayne reçoit chez lui la visite du clan Hoyt.

 

photoFlics sous tension

 

L’épisode se conclut alors qu’il monte dans une voiture noire, garée devant chez lui, sous les yeux médusés d’Amelia. Si ces derniers plans sont des plus excitants, ils dévoilent également les importants problèmes de construction qui président à True Detective.

Au final, bien peu de séquences de ce segment se seront révélées indispensables. Entre les engueulades à rallonge, les confrontations répétitives et les phases inutilement dilatées, seules la confrontation avec Harris James, une poignée de discussions entre nos héros, et la scène finale relèvent durablement le niveau. Alors que nous naviguons entre kidnapping, abus, trafic et meurtres d'enfants, tout cela manque cruellement de chair, de mise en danger, de souffre.

 

YOLO KING

Il ne reste donc plus qu’un ultime épisode à True Detective pour tenter de se racheter. En effet, si cette saison 3 est très loin d’être désagréable ou douloureuse à regarder, son incapacité à générer de la tension est assez incroyable. Ainsi, ce nouveau chapitre contient quantité d’éléments attendus : conspiration croissante, éclats de violence, enjeux décuplés, avancements dans l’enquête.

 

photoWayne Harris face à son plus noir secret

 

Mais non, la mise en scène demeure d’une mollesse stupéfiante, et surtout, True Detective paraît de moins en moins à même de générer de la tension. Certes, tout n’est pas raté, les comédiens sont une nouvelle fois au firmament, tandis que pour la première fois depuis plusieurs épisodes, la maladie de Wayne est utilisée de manière pertinente.

En effet, alors que le vieil homme se souvient de lui, brûlant ses affaires après le meurtre dont il a été complice, nous assistons à une très belle et ambiguë remise en question du temps, alors que le jeune Wayne semble sentir sur lui le regard du moi du futur.

C’est là une belle idée, dont on espère qu’elle ne sera pas abandonnée lors de la conclusion de cette 3e saison.

La saison 3 est diffusée sur OCS chaque lundi à 21h sur OCS City.

Notre critique des cinq premiers épisodes est à retrouver ici.

 

photoQuel est l'ultime secret qui les unit ?

commentaires lecteurs votre commentaire !

Hank Hulé
19/02/2019 à 20:01

Quand même très mou et le mini twist est totalement gratuit

Nicolas
19/02/2019 à 14:15

Une très bonne saison.

krimo
19/02/2019 à 00:49

bandes de ringards.prometheus continue à regardé plus belle la vie ,et laisse les séries intelligentes pour les grandes personnes

Marc
19/02/2019 à 00:38

je suis cette série de True Detective. depuis le premier épisode, je suis captivé par ces flashback dans le passé le présent une histoire sombre mais tellement passionnant.

prometheus
18/02/2019 à 23:38

A la lecture de votre note, j'ai fini par lire votre commentaire. Et chose unique a ce jour pour cette série depuis son existence, je me decide à zapper l'épisode... Quelle déchéance c'est dingue... J'imagine mal ube 4eme saison à terme.

votre commentaire