Sherlock Saison 4 - Episode 2 : Hantise

Christophe Foltzer | 10 janvier 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58
7
saison 4

Après un season premiere en demi-teinte, Sherlock s'enfonce encore un peu plus dans le WTF et nous livre ce qui est probablement son épisode le plus intense. Attention, SPOILERS.

La mort de Mary a eu des conséquences désastreuses sur notre duo préféré. Les ponts sont coupés depuis deux semaines entre Sherlock et Watson. Le docteur est hanté par sa femme et sa nouvelle psy voit bien qu'il lui cache des choses. Le détective, quant à lui, ne sort plus de chez lui et se défonce la tête à longueur de journée, surveillé de près par les hommes de Mycroft. Pourtant, une étrange visite le sort de son marasme : la fille de Culverton Smith, philanthrope milliardaire, vient le voir pour lui avouer que son père est un tueur mais qu'elle a oublié l'identité de sa cible parce qu'il l'a drogué peu après lui avoir fait ses aveux.

 

Photo Sherlock Saison 4 Toby Jones

 

Sherlock s'enfonce alors dans une quête obsessionnelle pour prouver que l'homme est un meurtrier mais tout joue contre lui et il a besoin de l'aide de Watson. Il le rallie à sa cause contre sa volonté, usant mille et uns stratagèmes et ils se retrouvent à passer la journée en compagnie du philanthrope, dans l'hôpital qu'il a financé, pour le provoquer. Mais Smith ne se démonte pas et joue sur l'ambiguité. Découvrant que la personne qui est venue chez lui n'était pas sa fille, Sherlock pète les plombs et attaque le suspect, rapidement maitrisé par Watson. Hospitalisé dans l'établissement de Smith, Sherlock reçoit sa visite et ce dernier lui dévoile son vrai visage. Il est bien un tueur. Sherlock lui demande de l'éliminer. Il ne s'agissait que d'un stratagème du détective, honorant ainsi la promesse faite à Mary de sauver Watson de lui-même après son décès. Trop fier pour accepter son aide, le docteur devait voler au secours de son ami qui, de ce fait, devait plonger dans ses ténèbres pour que ça ait l'air vrai, en jetant son dévolu sur la pire crapule en liberté. Watson arrive in-extremis pour sauver son ami, Smith est arrêté et confesse ses crimes mais après que les deux amis aient fait la paix, un évènement inattendu se produit. La psy se révèle être Eurus, la soeur cachée de Sherlock et Mycroft, c'est elle qui s'est faite passée pour la fille de Smith et elle braque un pistolet en direction du bon docteur. Alors que Sherlock comprend de son côté que cela fait probablement partie du plan posthume de Moriarty, Eurus ouvre le feu.

 

Photo Saison 4 Episode 2

 

PERTES ET CONSEQUENCES

Imaginez le délire terrifiant de Renton dans Trainspotting étalé sur une heure et demie et vous aurez une bonne idée de la teneur de ce nouvel épisode. Et c'est assez incroyable, disons-le franchement. On se demandait bien comment la série allait gérer la disparition de Mary et les retombées de ce drame sur les autres personnages et nous ne sommes pas déçus. Alors bien sûr, il est encore plus évident que la structure initiale de Sherlock n'existe plus et n'intéresse plus ses créateurs et, quelque part, c'est tant mieux, surtout vu ce qu'ils viennent de nous offrir. Il faudra cependant accepter de se faire balader pendant une bonne partie du métrage, de ne rien comprendre et de pardonner les incohérences apparentes, pour en goûter toute la saveur.

Car, oui, ce nouvel épisode est très exigeant et ne s'embarrasse pas de notre avis pour dérouler son propos. Cela est évidemment à double tranchant puisque, du coup, on ne comprend pas vraiment l'arrivée de Culverton Smith dans l'intrigue, d'autant que son versant maléfique nous est exposé dès le début. On pourrait dire que l'on se retrouve ici face à un épisode de Columbo sous acides si l'intérêt de cet épisode ne résidait pas ailleurs. Et c'est heureusement le cas. Car, cet épisode de Sherlock est tout entièrement dédié à ses personnages et à son duo star en particulier. Nous y découvrons des hommes brisés, qui ont coupé toute communication et qui s'enfoncent chacun dans un déni apparent en plongeant dans leurs propres ténèbres. Ce qui nous assure de grands moments de folie de la part de Benedict Cumberbatch (décidément très en forme) ainsi qu'une des plus belles scènes de mémoire récente, lorsque Martin Freeman nous prouve une fois de plus quel extraordinaire acteur il est lorsque Watson s'effondre, laissant enfin exprimer son chagrin.

 

Photo Saison 4 Episode 2

 

Il y est question de deuil, d'amour, de confiance perdue, de trauma et de nécessaire reconstruction, le tout opéré avec une telle subtilité humaine dans son écriture qu'elle donne le vertige. La mise en scène, trop tape-à-l'oeil la semaine dernière, multiplie cette fois les effets avec davantage de bonheur et se révèle plus fine en nous gratifiant toutefois de quelques moments visuellement impressionnants mais beaucoup mieux maitrisés (cf. la scène du thé). C'est aussi l'occasion pour Mme Hudson de dévoiler son véritable jeu, celle qui ne semblait être qu'une concierge exploitée s'impose enfin comme la mère de substitution qu'elle était depuis le début et la garante bienveillante de l'amitié entre les deux hommes. Comment ne pas mentionner aussi l'extraordinaire performance de Toby Jones en Culverton Smith, ce grand gamin absolument dégueulasse avec ses dents bizarres, ivre de lui-même et avide de reconnaissance qui se montre proprement terrifiant dans ses derniers instants ? Et c'est surtout le plus bel exemple de l'humanisation de son héros avec le sacrifice qu'il est prêt à faire pour sauver son ami et une révélation importante sur son mode de fonctionnement. En effet, alors qu'on le prenait pour l'homme le plus cérébral du monde, il ne serait en fait que guidé par ses émotions. Que voilà une piste intéressante !

Si cette saison 4 déconcertera encore plus les fans d'enquêtes policières avec nouvel épisode, on ne peut que reconnaitre avec quelle maestria le duo Moffat - Gatiss vient de nous faire accepter la transition vers le coeur de la série qui s'apparente de plus en plus à une relecture de leur série Jekyll qu'à une adaptation moderne de Sherlock Holmes.

 

Exigeant, épuisant, intense, fou et magnifique, ce nouvel épisode de Sherlock ne plaira pas à tout le monde c'est une évidence. Mais pour peu qu'on accepte les nouvelles règles du jeu, c'est un grand moment de télévision qui nous attend et une plongée dans la détresse humaine comme nous en avons rarement eu ces dernières années. Chapeau.

 

Photo Saison 4 Episode 2

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
commentaires lecteurs votre commentaire !
kaly
11/01/2017 à 15:57

Excellentissime épisode et brillant article, bravo!

postman
11/01/2017 à 08:58

Un grand moment de télé ! vivement la suite...

Snake
11/01/2017 à 03:16

Entièrement d'accord avec votre critique, excellent et dense épisode, vivement la suite !

Olivier637
10/01/2017 à 20:04

Super episode. Immense prestation de martin freeman quand il craque.

Respect.

Copeau
10/01/2017 à 16:02

Excellent épisode...quelle attente insupportable pour le 3ème !

Melchior
10/01/2017 à 14:28

C'est sûr, insulter les gens, c'est une excellente manière de communiquer avec eux.

SVP
10/01/2017 à 13:50

Vous pouvez faire en sorte qu'on puisse fermer la publicité (de merde, oui oui) sur tablette. Ça nous éviterait d'ouvrir une page, d'être bloqué par la pub et de fermer la page pour la réouvrir. Merci.
P.S. : Au bouffon qui n'a pas pensé à ça : change de boulot pine d'huitre. Et à l'âne qui l'a embauché : pense avec ta tête pas avec tes pieds.

votre commentaire