Nine Perfect Strangers : après Big Little Lies, un retour gagnant pour Nicole Kidman et David E. Kelley ?

Maeva Antoni | 21 août 2021
4
Photo Nicole Kidman

La mode des séries avec des personnages en vacances continue et semble vouloir être un palliatif à la pandémie. Et Nine Perfect Strangers poursuit cette tendance avec sa petite secte malfaisante portée par un casting cinq étoiles. Nicole Kidman incarne une gourou camouflée en super-héroïne du bien-être qui va faire vivre à ses nouveaux pensionnaires brisés une remise en forme qui s'apparente davantage à un traitement de choc.

Les 3 premiers épisodes de la nouvelle série de David E. Kelley sont disponibles sur Amazon Prime Video et ils peinent à nous faire accrocher. Après autant de succès (Ally McBeal) que de flops (Monday Mornings), le showrunner semble en al d'idées assez fortes pour donner vie à Nine Perfect Strangers.

 

photoUne série qui creuse déjà sa tombe ?

 

Big Little Strangers  

Nine Perfect Strangers réuni de nouveau le trio composé de l’actrice Nicole Kidman, du showrunner David E. Kelley et de la romancière Liane Moriaty après la série Big Little Lies de HBO. De plus, la série Hulu, filiale de Disney, signe la troisième collaboration entre Kidman et Kelley avec également à leur actif la mini-série The Undoing ciglée HBO. Quasiment une affaire de famille cette histoire et on peut dire que cela ce ressent clairement. Il est dès le générique assez évident que des relents de Big Little Lies sont arrivés jusqu'à sur Hulu.

Même ambiance maritime et même genre de groupe de personnages beaux et riches avec de vilains secrets destructeurs. Même casting cinq étoiles, ici avec Melissa McCarthy, Bobby Cannavale, Michael Shannon, Regina HallLuke Evans ou encore Samara Weaving. David E. Kelley est en terrain connu, ce qui explique peut-être la certaine nonchalance de la série à traiter ses enjeux.

 

photo, Nicole Kidman, Samara WeavingJe te tiens, tu me tiens...

 

Plus belle qu'autre chose, la série Nine Perfect Strangers semble avant tout être un exercice de style. L’ensemble des épisodes réalisés par Jonathan Levine (Warm Bodies, Larguées) offrent une belle cohérence dans la mise en scène. Et il faut dire que la cinématographie est souvent bien plus séduisante que la drôle de secte naturaliste menée par Nicole Kidman qui campe le personnage de Masha.

Car là où le gourou Masha peine parfois à laisser transparaitre le côté pseudo-mystique des lieux, la caméra et la lumière, elles, y parviennent aisément et avec beaucoup de talent. Les flous, les accents de lumière solaire, la beauté folle des décors australiens (alors qu'ils sont supposément en Californie, chose à laquelle on ne croit pas une seconde), tout ici donne une impression de paradis si fort qu’on est presque délicieusement mal à l’aise. Une telle perfection ne peut qu’être factice.  

 

Photo Nicole Kidman"Auriez-vous deux minutes pour parler de la légalisation de la marijuana ?"

 

The Adam Sandler Strategy 

Nine Perfect Strangers c’est beau, peut-être même trop beau. Car le showrunner et le réalisateur semblent ne pas y avoir mis le même effort. En effet, la série parait porter plus d’intérêt à représenter avec une sensualité quasi-morbide la confection d’un smoothie qu’à la cohérence de son histoire. Tout est toujours caché et retenu jusqu’à la dernière minute tant la volonté de fabriquer des twists est forte, alors on finit par avancer à l’aveugle.

Difficile de s’attacher aux personnages, de comprendre les enjeux quand tout est passé au silence, du moins jusqu'a présent. Et à force d’attendre, on finit logiquement par démêler le tout seul, alors le grand twist tombe à plat, toujours trop tard.  

 

Photo Bobby CannavaleStar de série, un boulot pas facile tous les jours

 

Alors la question est, que sont venu faire autant d’acteurs de haut vol dans cette histoire mal ficelée ? On a envie d’y voir une simple affaire de ce qu’on appelle La stratégie Adam Sandler. L’acteur de Punch-Drunk Love - Ivre d'amour est connu pour choisir ses films en fonction des lieux de tournages, et c’est ce qui a peut-être motivé la troupe de Nine Perfect Strangers. Un lieu idyllique dans l’arrière-pays Australien, isolé de tout et tout le monde alors que la pandémie faisait rage sur le reste du globe. Jackpot.  

Car il faut dire que rarement autant de talents réunit n’avaient réussi à faire aussi peu d’étincelles. Pas toujours vraiment engagé, le casting de la série semble parfois jouer dans différentes productions en même temps. Certains trop dans le comique (Cannavale et McCarthy cabotinant gentiment) et d’autres trop dans l'intensité (le duo mère-fille de Asher Keddie et Grace Van Patten), en conséquence on obtient un mélange hétérogène bourré de grumeaux. 

 

photoMême Melissa McCarthy mouille la chemise

 

Des insectes dans la secte 

Trop de personnages, ainsi logiquement certains ne sont pas bien développés alors qu’on est ici presque à mi-saison. Comme celui de Lars (Luke Evans) qui est monocorde et trop mystérieux pour qu’on lui trouve pour le moment un intérêt. Mais le problème principal reste Masha. Supposée être le centre, elle n’est qu’un géant aux pieds d’argile. Gourou faussement énigmatique et vêtue d’un cosplay d’Elfe du Seigneur des Anneaux, Masha semble déjà morte de par le jeu monosyllabique de Kidman et son visage terriblement peu expressif

Là où elle est encore le plus “vivante” c’est lorsqu’elle se prend pour Dieu, cachée dans sa pièce secrète truffée d’écrans de surveillance pour mieux observer ses cobayes et tisser sa toile. La mono de colo un peu loufoque se transforme alors en narcisse psychotique grâce à son visage vide (quant à savoir si c’est intentionnel...). Mais les rares petits coups de génie de la série se noient au milieu des quinze milles micro-intrigues lancées dès le début aux visages du spectateur qui a du mal à garder tous les fils en tête. 

 

photo, Nicole KidmanJoie ? Peur ? Surprise ? Personne ne le sait...

 

On ne sait plus sur quel pied danser avec Nine Perfect Strangers. Un coup trop, un coup trop peu et souvent fainéante, la série joue à fond sur le suspense pour finalement ne pas réussir à en créer. Cependant, avec une telle brochette d’acteurs, même s’ils ne sont pas toujours au top de leurs potentiels, la série n’est jamais vraiment mauvaise et arrive même à faire sourire de temps à autres. Après trois épisodes, il manque surtout une bonne dose de folie, d’étrange ou même un semblant de lutte de la part des cobayes volontaires.

Reste à savoir si les prochains épisodes vont pimenter ce début assez fade. Car au final, le principal malheur de la série est un sérieux manque de timing en suivant de près la série The White Lotus créée par Mike White, qui remporte autant les critiques que la palme de l’intrigue bien travaillée. Même thématique mais avec bien plus d'acidité, la série HBO fait de la nouvelle venue une pâle copie. Nine Perfect Strangers à un potentiel gros comme ça mais qui est laissé pour le moment à la dérive par des acteurs et un showrunner en mode vacances au spa.

Les trois premiers épisodes de Nine Perfect Strangers sont disponibles en France sur Amazon Prime Video depuis le 20 août.

 

Affiche française

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
commentaires lecteurs votre commentaire !
Columbia
28/08/2021 à 13:34

La serie est originalele covid fait que l on remet en question pas mal de nos acquis.j ai beaucoup aimé l aambiance feutrée et intrigante.shannon est parfait.arrztons de tout critiquer .cette serie vaut le detour

MrDy
22/08/2021 à 20:01

On dirait que son visage est un mix entre le sien et Tom Cruise.

Tom’s
21/08/2021 à 16:48

Si faire peur était le but c’est réussi, elle arrive a etre inquiétante d’un simple regard, mais arbore un visage figé retravaillé, la mode est au pommette en 2021, ou comment cette femme au physique déjà avantageux, et au jeu surprenant, devient une caricature, elle doit avoir le syndrome du je me rend pas compte et surtout j’en ai pas besoin( ses lèvres refaites) et personne pour la raisonner visiblement.

Paflechien59
21/08/2021 à 13:02

Elle était si belle, maintenant on dirait une poupée barbie lisse sans expressions faciales, vraiment dommage (elle doit avoir le même chirurgien que Courtney Cox et Meg Ryan)

votre commentaire