Edens Zero saison 1 partie 2 : critique d'une aventure cosmique sur Netflix

Elliot Amor | 25 novembre 2021
Elliot Amor | 25 novembre 2021

Après une première moitié sortie sur Netflix au mois d'août, Edens Zero revient sur la plateforme pour conclure sa saison 1 et nous en mettre plein la vue. Attention : quelques spoilers sont à prévoir.

Odin Strike

Afin de rendre l'Edens Zero opérationnel à 100%, Shiki et sa bande doivent partir à la recherche des deux Étoiles Brillantes manquantes : Harmit, le cœur d'Edens, et Valkyrie, le sabre d'Edens. Sister emmène très vite l'équipage là où se trouve Harmit, le problème, c'est que cette dernière n'est présente que physiquement. Sa « conscience » s'est exilée sur Digitalis, un ancien jeu vidéo devenu une planète numérique. Les protagonistes vont donc passer quelques épisodes dans un jeu vidéo et oui, il s'agit encore d'une référence à Hunter x Hunter.

Avec Edens Zero, le mangaka Hiro Mashima utilise la même démarche qu'Eiichirō Oda pour One Piece. C'est à dire que le héros et ses potes arrivent sur une île (ou une planète), se familiarisent aux habitants et à leur culture, puis ils leur viennent en aide. Digitalis n'échappe pas à ce traitement, l'équipage de l'Edens (surtout Shiki) considère que ce monde virtuel est aussi réel qu'une vraie planète. C'est ce qui va convaincre Harmit de rejoindre l'équipage après être sortie de sa dépression. Les enjeux sur Digitalis sont d'ailleurs aussi importants que dans le monde tangible, car les « joueurs » peuvent y mourir pour de bon (oui, on adore Matrix aussi).

 

photoVous avez la p'tite référence à Rave ?

 

Mais on a surtout envie de vous parler de l'arc qui tourne autour de Valkyrie (le passé tragique de Harmit aura plus d'importance dans la saison 2). Comme dans les précédents mangas d'Hiro Mashima, les protagonistes ont tous et toutes différents buts à atteindre. Shiki veut trouver Mother, Rebecca veut faire de bonnes vidéos pour sa chaîne B-Cube, Wise veut... du mu shu ? Et Homura veut retrouver Valkyrie, la femme qui l'a élevée et qui lui a enseigné l'art du combat.

Grâce aux informations données par Xiaomei la narratrice, l'équipage se rend sur Jun Jewel, la planète qui explique aux spectateurs les plus jeunes comment fonctionne le capitalisme. On y découvre que, sous la jolie surface scintillante remplie de casinos, les plus démunis sont réduits à l'esclavage pour enrichir Dame Écarlate, qui n'est autre que la mère biologique de Homura. Pour couronner le tout, c'est ici que Valkyrie s'est sacrifiée pour sauver la population des bas-fonds.

Nous arrivons donc à un moment de la série où une héroïne est définitivement privée de son but. Le fait que son chagrin affecte ses camarades prouve à quel point les liens entre les personnages commencent à se renforcer. Sur Sun Jewel, Valkyrie est devenue le symbole de la rébellion contre le pouvoir en place. Certes, cela est parfois montré de façon un peu grossière, mais cet arc rend un joli hommage à la lutte ouvrière, tout en racontant l'histoire touchante et tragique d'une mère et sa fille, Valkyrie et Homura.

 

Edens Zero : photoUn mausolée sobre et touchant

 

Bell Holy Slash

Ces treize nouveaux épisodes commencent à introduire des éléments qui semblent déjà importants comme l'Ordre des Chevaliers Ôbusei, les services secrets galactiques (GIA), dont fait partie Amira, le Cat Leaper de Rebecca et on s'impatiente de voir un méchant qui enchaîne les brèves apparitions : Drakkhen Joe. Mais nous aurons plein d'occasions de reparler de lui en 2022.

D'ailleurs, les deux principaux antagonistes de cette seconde moitié sont plus ou moins liés à Drakkhen Joe. Jamiriov, le psychopathe de Digitalis qui tue pour le plaisir, et Kurenai Kôgetsu, la Dame Écarlate qui domine et terrorise Sun Jewel. Dès la première saison, l'intrigue confronte les héros à des personnages extrêmement méchants qui ne semblent pas avoir une once de bonté. Ce n'est pas vraiment une qualité, on aime bien les méchants qui ont de vraies raisons d'être méchants. Mais au moins, c'est un véritable plaisir de les voir s'effondrer.

 

Edens Zero : photoAh ok.

 

Qu'ils soient du côté des protagonistes ou des antagonistes, les personnages secondaires sont loin d'être oubliables. On pense notamment à Nino le B-Cuber (inspiré par un youtubeur allemand) dont l'Ether Gear permet de ressembler à Shiva. Ce personnage qui jongle entre les côtés gentil et méchant va très certainement revenir pour recevoir un développement intéressant.

Revenons-en à l'Ether Gear de Rebecca qui lui permet de remonter le temps, le Cat Leaper. Ce pouvoir se fait très discret depuis le début de la série et se montre enfin durant son combat contre Nino. On remarque d'ailleurs que les petits combats organisés par Xiaomei qui ressemblaient à des fillers étaient en fait des entraînements pour l'arc Sun Jewel. Le nouveau pouvoir de Rebecca est évidemment super cool, mais en contrepartie, il nous empêche totalement de nous inquiéter pour les héros.

 

Edens Zero : photo« Les animes sauveront l'univers ! »

 

Metallica Explosion

Même si la série est globalement toujours un peu trop terne à notre goût, de belles couleurs se manifestent parfois, on en souhaiterait un peu plus. C'est pareil pour l'animation des combats qui semble s'être améliorée dans cette seconde partie, sans doute car ces affrontements sont plus symboliques et importants pour l'évolution des personnages.

Dans leurs combats respectifs sur Sun Jewel, Wise réalise un rêve d'enfant, Rebecca découvre le Cat Leaper, Homura hérite de la force de son maître et Shiki avait plusieurs problèmes à régler avec Dame Écarlate, notamment le fait de terminer la mission de Valkyrie. Il est dans un premier temps très agréable de voir l'ingéniosité de certains de nos héros pour venir à bout de leurs adversaires, mais il est très plaisant de savoir que le studio a voulu leur rendre hommage, même les arrêts sur image sont beaux.

 

Edens Zero : photoEncore un héros de shonen comparé à un démon.

 

Étonnamment, le mécha piloté par Dame Écarlate est animé en 3D et c'est... bien ! L'auteur de ces lignes est le premier à dire du mal de l'usage de la 3D dans les animes, mais cette fois-ci, il n'y a pas de reproche à faire, le Chevalier d'acier écarlate est mieux animé que ses projectiles qui sont en 2D. Le studio J.C. Staff a accompli du très bon travail à ce niveau-là, mais il n'en est pas à son premier coup d'essai. Comme quoi, les années de pratique finissent par payer et on espère que le studio MAPPA va s'en sortir aussi bien avec le final de L'Attaque des Titans.

Les musiques se font également plus ressentir que durant les douze premiers épisodes, certains thèmes épiques donnent des frissons lors des combats, le thème de Homura est magnifique, on a hâte de voir ce que les partitions de Yoshihisa Hirano nous réservent pour les prochaines saisons, batailles spatiales, révoltes des machines et histoires d'amour à la plage au rendez-vous.

La saison 1 de Edens Zero est disponible en intégralité depuis le 24 novembre 2021 sur Netflix en France

 

Affiche 2e partie

Résumé

Une seconde partie encore plus appréciable que la première. Edens Zero est un anime qui a encore de beaux jours devant lui, le meilleur est à venir.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(3.8)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire