Luther saison 1 : critique déjà vue sur TF1

Camille Vignes | 3 juin 2021 - MAJ : 04/06/2021 11:01
Camille Vignes | 3 juin 2021 - MAJ : 04/06/2021 11:01

Adaptation de la série britannique de Neil Cross pour la chaîne BBC, la série française Luther plonge dans les enquêtes d'un chef de brigade de la police criminelle parisienne sortant de dépression à cause d’une enquête sordide et de ses lourdes répercussions sur son mariage et son travail quotidien. Après Idris Elba, c’est donc Christopher Bayemi (dernièrement aperçu dans HPI) qui adopte la démarche chaloupée et le manteau gris de John Luther, devenu Théo pour sa version française. Avec 3,89 millions de téléspectateurs présents en moyenne pour sa soirée de lancement, la série s'est placée timidement en tête des audiences de la soirée du 27 mai dernier. 

COPIÉ-COLLÉ

Comme sa grande soeur anglaise éponyme, la série de la BBC dont elle est tirée, Luther s’ouvre sans préambule sur une course poursuite morbide. C'est celle du policier borderline, impulsif et intuitif qu’est Théo Luther, à la poursuite d'un pédophile, le premier laissant tomber le second dans le vide après quelques longues minutes d’hésitation. Le ton est donné : Luther est capable du meilleur comme du pire, et c’est lui la porte d’entrée au sein de la police criminelle (française, et parisienne, ici).

Comme sa grande soeur anglaise, Luther fait ensuite un bon de six mois dans le temps, reprenant le fil du temps alors que le flic réintègre sa brigade. À raison d’une affaire pour deux épisodes, les dossiers sordides s’entassent, double parricide, exécution froide d’officiers de police, jeux violents, mortels, perpétrés par des jumelles, trafic de diamants, blanchiment d’argent et flic ripou en fin de course. En parallèle se décline la lente agonie de la vie privée de Luther qui perd coup par coup la confiance de ses collègues (exceptée celle du petit nouveau), son mariage, l’un de ses meilleurs amis et son ex-femme, définitivement.

 

photo, Chloé JouannetChloé Jouannet s'infiltre

 

Côté intrigue donc, Luther tient vraiment le cap, offrant à la télévision française des histoires rondement ficelées, véritablement épouvantables, et rythmées un peu différemment. Les tueurs en séries les plus fous s’enchaînent, laissant toute l’opportunité au chef de la brigade de dévoiler son génie déductif, avec quelques saillies non moins appréciables de la part de son équipe. Brutale, elle sort donc du lot des séries policières qui vont rarement aussi loin dans la violence — sans pour autant être traumatisante, entendons-nous.

Avec ce côté très sombre, elle contraste parfaitement avec la dernière création policière de la chaîne, HPI, qui explorait le genre avec peps et humour. Grâce à cela, à quelques plans bien pensés et plutôt beaux (même si souvent dénués de sens), à quelques décors monumentaux, et en mettant sur un pied d’égalité la part personnelle et professionnelle de la vie de Luther, la série évite les poncifs connus du public.

 

photo, Christopher Bayemi, Léo DussollierPrêts à tirer sur tous les clichés

 

LUTHER PAS KING

Pour autant, aucun des éléments cités n’a vraiment de mérite, car si les redites sont savamment évitées, ce n’est pas grâce à un talent particulier ou un éclair de génie des équipes de production : c’est purement et simplement par souci de recopie. L’amas d’affaires sanglantes ? Déjà là dans la série portée par Idris Elba. Les tueuses joueuses ? Là également. Tout comme le meilleur ami trempé jusqu'aux os d'affaires pas nettes pétant un câble, finissant par tuer et tenter de faire porter le chapeau à Luther.

Alice Morgane, clou du spectacle des premières saisons de la Luther anglaise ? Toujours pas une création originale TF1, même si elle reste l’un des rares personnages principaux à être physiquement différents de sa version d’origine. C’est en elle et dans la relation qu’elle tisse progressivement avec Luther que se niche une bonne partie du problème. Ou plutôt, ces deux paramètres sont de parfaits indicateurs de la double difficulté que devait relever TF1 : offrir un remake convaincant dans sa facture tout en donnant lui une âme propre. 

 

photo, Christopher Bayemi, Sagamore StéveninDans l'ombre de l'originale

 

Malheureusement, Luther pêche plus ou moins lourdement dans ces deux domaines. Il ne peut s’agir que d’une vulgaire transposition d’histoire ou d’atmosphère globales pour qu’un remake fonctionne en tant que remake. Que la description de police française, par exemple, ne soit pas vraiment réaliste pourrait ne pas être dérangeant, laisser de côté ses aspects profondément procéduriers pourrait même avoir quelque chose d’assez frais. Mais dans Luther, cette décision ne semble ni particulièrement consciente, ni jamais vraiment motivée par autre chose que par l’ambiance de l’oeuvre d’origine.

De la même manière, les acteurs ne sont jamais porteurs d’identité. Luther brillait particulièrement dans l’installation de la relation aussi étrange qu’intense entre le flic et l’étudiante surdouée Alice Morgane (Ruth Wilson dans la version britannique). L’alchimie entre les deux acteurs transpirait dans l’interprétation de leurs personnages et dans cette relation ambigüe, permettant au public de se délecter de leurs jeux malsains et de leurs questionnements humanistes. Ce duo était l’âme de la série, qui d’ailleurs avait perdu beaucoup une fois l’actrice partie. Or jamais le remake français n’arrive à la cheville de l’original de ce côté.

 

photo, Christopher Bayemi, Chloé JouannetN'est pas sociopathe qui veut 

 

Passer derrière Idris Elba était, certes, une chose risquée pour Christopher Bayemi. Force est de constater que jamais l’acteur n’arrive à se départir de l’interprétation originelle du personnage, et bien souvent, il ne fait que plagier le jeu de son prédécesseur, sans que rien de neuf ne soit proposé. Passer derrière Ruth Wilson n’a pas l'air d'être si simple non plus, et Chloé Jouannet, tout en restant un peu décalée dans ce qu'elle propose, n'a pas risqué de donner autant d'espièglerie ou de vice à son Alice Morgane que sa première interprète.

Avec ça, et sans talent de dialoguiste quelconque pour soutenir des jeux d'acteurs bancals, pas simple de créer un semblant d'alchimie entre leurs deux personnages. Pas simple du coup de créer une série vraiment mémorable ou au moins captivante.

 

affiche, Luther

Résumé

Le bon filon du remake ne trompe que les néophytes, qui se laisseront probablement prendre au jeu, malgré ses défauts. Pour les autres, Luther souffrira toujours du souvenir du duo Idris Elba-Ruth Wilson.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(3.1)

Votre note ?

commentaires
laveve
11/06/2021 à 09:31

La saison 1 se termine sur une scène qui se voudrait spectaculaire, dans un stade, ça frise le ridicule.
Stévenin en fait 100 fois trop, comme bien souvent et Bayemi n'est juste pas bon.
C'est un très mauvais remake.

Free Spirit
05/06/2021 à 16:22

On est Tous d accord que c est Nulle à Chier !!! Alors au Lieu de dépenser de l Argent Dans Une série pourrie; Il vaut mieux Arrêter tout de Suite... Et travailler sur un Scénario Original ...

Pat Rick
04/06/2021 à 20:15

@ neuneu

"On peut espérer un remake de Game of Thrones à la mode TF1 ? :D "

Avec Mimie Mathy c'est déjà un début de casting.

neuneu
04/06/2021 à 17:35

On peut espérer un remake de Game of Thrones à la mode TF1 ? :D

Denthegun
04/06/2021 à 17:12

Aussi pertinent qu'un docteur Who français.

Pi
04/06/2021 à 13:04

Ce n'est pas une adaptation pour ceux qui connaissent déjà la série mais pour les spectateurs de TF1 qui eux ne la connaissent pas. C'est une adaptation pour les gens qui regardent encore la télévision et qui sont sur un décalage culturel des années 80 entre la France et le reste du monde. 10 ans à l'époque.

Pour ce type de cible, il est préférable de lui donner des acteurs français jouant dans un environnement français avec des codes culturels qu'il comprend de suite plutôt que la série originale qui est très british et qui a déjà 11 ans. Le fameux décalage culturele des années 80...

Et puis bon, ce n'est pas comme si TF1 n'avait jamais fait d'adaptations de séries étrangères. C'est une des rares chaînes françaises qui le fait régulièrement.

Goffer
04/06/2021 à 12:43

En plus d'être un remake made in TF1, avec tout le nivellement vers le bas que çela implique, il faut juste avoué que faire un remake de Luther est une entreprise complètement casse geule vu le très haut niveau de l'original.
Même un remake par HBO avec un casting à oscar aurais été complément con a mon sens, ( mais peut être plus pertinent )

Alors rajoutez à ça TF1 derrière... bref...

Il existe bcp de talents en France. Il y a de quoi écrire des scénarios originaux qui ont de la gueule !

The Vince
04/06/2021 à 11:09

Après avoir vu Luther version anglaise, ce remake français m'a donné envie de pleurer et dormir, décevant, vraiment pas à la hauteur, dommage !

romu
04/06/2021 à 11:04

a chier !!!!

Alexandre Janowiak - Rédaction
04/06/2021 à 11:02

@Baretta

True story, c'est corrigé, merci pour votre vigilance !

Plus
votre commentaire