Les meurtres de Valhalla Saison 1 : que vaut le polar islandais de Netflix ?

Arnold Petit | 18 mars 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Arnold Petit | 18 mars 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Après avoir déjà conquis une partie du globe avec ses créations originales étrangères, Netflix pose ses valises en Islande avec Les meurtres de Valhalla, une série policière créée par Thordur Palsson, en co-production avec la chaîne islandaise RUV, qui vaut le coup d'oeil, même si elle n'a absolument aucun rapport avec la mythologie nordique.

AROUND THE WORLD

Netflix a toujours eu un oeil tourné vers l'étranger, comme le prouve Lilyhammer, sa toute première création originale avec Steven Van Zandt co-produite avec la chaîne norvégienne NRK1. La plateforme de streaming a ensuite réitéré l'expérience à foison, mais localement cette fois, d'abord avec House of Cards, puis Orange is the New Black ou encore BoJack Horseman, avant de revenir à ses premières amours et se tourner à nouveau vers la production de contenu en langue étrangère (comprendre, dans une autre langue que l'anglais).

La plateforme a commencé à conquérir différents territoires à travers le globe grâce à Club de Cuervos, Marseille ou encore 3%, puis a poursuivi son expansion internationale en multipliant les créations étrangères les unes après les autres, de La Casa de papel à Kingdom en passant par Marianne en France, pour ne citer qu'elles.

 

photoBjörn Thors et Nína Dögg Filippusdóttir

 

Cette fois, Netflix débarque en Islande avec Les meurtres de Valhalla, une création originale co-produite avec la chaîne locale RUV dans laquelle Reykjavík, la capitale du pays insulaire, est secouée par plusieurs meurtres similaires. Cela indique la présence du premier tueur en série du pays et entraîne l'ouverture d'une enquête dirigée par deux flics, Kata (Nína Dögg Filippusdóttir) et Arnar (Björn Thors).

Créée par Thordur Palsson (qui a participé à l'écriture des huit épisodes et en a réalisé quatre), cette série policière surprend par ses ambitions, son envie de bien faire et réussit ainsi à tirer son épingle du jeu dans un genre déjà largement prisé, surtout sur Netflix.

 

photo« À première vue, je dirais qu’il est mort »

 

SANG-FROID

Alors que les meurtres sanglants s'enchaînent dans la capitale islandaise, Kata et Arnar découvrent qu'ils sont tous reliés de près ou de loin à Valhalla, un foyer pour jeunes garçons désormais abandonné. Plus les deux inspecteurs avancent dans leur enquête, plus le mystère s'épaissit autour de ce lieu et de ces pensionnaires, qui commencent à dévoiler les abus dont ils ont été victimes au sein de cette institution qualifiée d'irréprochable à l'époque.

Avec son désir sincère d'être plus qu'une simple série policière, Les meurtres de Valhalla prend son temps et développe patiemment son intrigue, comme le prouve le premier épisode consacré uniquement au personnage de Kata. Cette inspectrice ambitieuse, dont les efforts ne sont pas reconnus à leur juste valeur, se retrouve obligée de travailler avec un profiler dépéché d'Oslo pour l'occasion. Il devient alors évident que le duo va devoir apprendre à collaborer et réussir à s'apprivoiser afin de découvrir ce qu'il s'est passé à Valhalla il y a plusieurs années et ainsi débusquer le tueur en série.

 

photoUne affaire plus complexe qu'elle en a l'air

 

Malgré un scénario assez simple, se déroulant sans embûches ou presque, la série réussit à suffisamment bien gérer son rythme pour ne pas qu'on s'ennuie et distille des scènes permettant de saisir encore mieux les personnalités ainsi que les motivations des deux personnages principaux. Leur complémentarité se ressent notamment grâce aux performances remarquées de Nína Dögg Filippusdóttir et Björn Thors, déjà connus pour leur talent en Islande.

Si certaines révélations sont prévisibles, la plupart des rebondissements redistribuent les cartes de façon surprenante et parviennent à installer une tension qui s'accroît jusque dans le dernier épisode. La série ne peut néanmoins pas s'empêcher de se perdre avec des sous-intrigues abandonnées en cours de route, comme avec l'apparition d'une sombre vidéo sur le téléphone du fils de Kata ou la relation entre Arnar et sa soeur. Des pistes pourtant intéressantes à la base, qui auraient pu apporter un peu plus de complexité aux personnages, mais qui ne ressemblent finalement qu'à un remplissage destiné à servir tout le propos de la série : les apparences sont trompeuses.

 

photoTrue Detective version nordique

 

CLAIR-OBSCUR

Derrière la tranquilité apparente se cache des atrocités que tout le monde a préféré enfouir profondément et oublier, aussi bien du côté d'Arnar et sa famille religieuse, qu'avec Kata et son fils ou les garçons passés par Valhalla, victimes d'un violeur devenu tueur en série des années plus tard.

Ce n'est d'ailleurs pas anodin si Les meurtres de Valhalla se déroule en Islande, l'un des pays avec le taux de criminalité le plus bas au monde. La pureté des paysages immaculés constraste avec l'horreur des crimes que Kata et Asnar découvrent au cours de leur enquête et la série sait mettre ce cadre à profit, comme lors d'une scène où Kata doit attendre de recevoir un code au téléphone pour obtenir son arme de service, enfermée dans le coffre-fort de sa voiture, alors qu'Arnar est sur le point de se faire tirer dessus.

 

photoWinter is already here

 

Même si elle est assez mal gérée lors des passages de nuit ou dans l'obscurité, la photographie grisâtre et froide, presque glaciale, semble emprunter aux films néo-noir et magnifie les décors extérieurs, conférant à la série une atmosphère encore plus sombre et pesante, exarcerbée par la bande-son de Pétur Ben.

Les meurtres de Valhalla aborde des sujets difficiles comme la maltraitance, l'abandon ou la pédophilie, mais les traite avec pertinence, en montrant comment les victimes essaient de survivre après avoir vécu de tels événements, ce qui amène plus de profondeur au récit ainsi qu'aux personnages. Cette enquête va non seulement dévoiler de lourds secrets autour de Valhalla, mais aussi foncièrement bouleverser Kata et Arnar, qui vont tous les deux devoir apprendre à se reconstruire après ce qu'ils ont traversé, tout comme les anciens pensionnaires de Valhalla.

Les toutes dernières secondes de la série continuent d'aller dans ce sens. L'affaire est résolue, le tueur en série a été démasqué et la lumière a été faite sur les agissements qui ont eu lieu à Valhalla, mais Kata doit continuer de vivre avec les marques que cette histoire va lui laisser. Et si on ne va pas non plus garder de souvenir aussi mémorable qu'une marque au fer rouge sur l'avant-bras, Les meurtres de Valhalla reste malgré tout une agréable surprise, qui s'inscrit sans doute comme une des créations originales étrangères les plus prometteuses de Netflix.

Les meurtres de Valhalla est disponible en intégralité sur Netflix depuis le 13 mars

 

Affiche officielle

Résumé

Malgré un récit alourdi qui n'essaie pas de révolutionner le genre et ne propose rien de nouveau, Les Meurtres de Valhalla s'avère surprenante et possède des qualités certaines, notamment dans l'ambiance obscure et pesante qu'elle installe.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(3.0)

Votre note ?

commentaires
Clèves
30/03/2020 à 20:10

Le scénario ne se contente pas de lorgner vers HInterland... il en est le presque parfait décalque dans ses grandes lignes, au point que je suis surprise que cela n'apparaisse nulle part directement....

Opale
25/03/2020 à 17:26

Très bonne série, bien foutu, bien ficelée mais dans le même genre il y a Hinterlands, sur Netflix aussi, série Galloise absolument géniale dans son genre, superbement réalisée et jouée. Le scénario de Valhalla lorgne d'ailleurs pas mal du côté d'Hinterlands.

Stivostine
18/03/2020 à 19:24

Tres bonne critique, meme ressenti, ya artics circle qui est sympa aussi

Eddie Felson
18/03/2020 à 19:23

Quand on aime le genre, se regarde avec plaisir. Ne vous en privez pas...

votre commentaire