Red Dead Redemption : Une référence

Raphaël Carlier | 11 juin 2010
Raphaël Carlier | 11 juin 2010

Nouveau jeu de Rockstar Games (la série GTA, entre autres), Red Dead Redemption fait monter le buzz depuis janvier, date de notre premier aperçu de ce western qui entend bien redéfinir le jeu en monde ouvert pas moins ! Pari réussi pour un des grands jeux de cette année.

 

 

Il était une fois dans l'Ouest

 

L'histoire prend place aux prémices du XXe siècle, alors que les trains rallient la côte ouest des Etats-unis et que les première voitures et le téléphone font leur apparition. John Marston, héros charismatique dont seuls les gars de Rockstar ont le secret, doit retrouver pour le compte du gouvernement les anciens membres de son gang s'il compte revoir sa dulcinée et son enfant afin de reprendre la vie de ranch à laquelle il aspire. Le scénario s'avère tout bonnement passionnant, rempli de personnages marquants (et parfois complètement allumés) offrant au jeu une profondeur étonnante. Preuve que même dans le domaine du jeu vidéo une bonne histoire et des personnages attachants sont une des clés du succès. Mention spéciale aux dialogues et aux doublages très réussis qui contribuent à rendre cette virée dans l'Ouest sauvage terriblement crédible et immersive.

 

 

Un clone de GTA ?

 

Si les développeurs reprennent des rouages ayant déjà fait leurs preuves avec GTA IV, il est clair que l'ambiance, aux antipodes des Grand Theft Auto, contribue à offrir au joueur une expérience inédite. Là où GTA propose une ville incroyablement vivante et animée, Red Dead, sans léser le côté action, lorgne plus vers les longues chevauchées à dos d'étalons dans de grands décors sauvages. Heureusement le contenu n'est pas pour autant délaissé et il y a toujours à faire. Entre les duels, la chasse, le dressage de chevaux (qui sont tout bonnement les canassons les plus réussis de l'histoire vidéoludique), la chasse à la prime ou encore les jeux d'argents (Fer à cheval, bras de fer, jeu du couteau, blackjack, poker), les activités sont nombreuses et poussent l'immersion à son paroxysme. Et même si l'action se répète un peu lors de ces 30h de jeu, le charme opère tout le temps et il est difficile de lâcher la manette.

 

 

Une claque visuelle

 

Pour faire honneur à son nouveau bébé, Rockstar a cette fois placé la barre très haut techniquement (le moteur du jeu, RAGE, a été conçu pour Red Dead avant même d'être utilisé sur Table Tennis ou GTA IV). Le jeu est tout bonnement beau à se damner. Les décors qui s'étendent à perte de vue dans une profusion de détails, la gestion dynamique de la météo et du cycle jour/nuit, les effets de lumière... Red Dead est indubitablement une nouvelle référence technique dans le domaine des jeux en monde ouvert. Chapeau bas !

 

Si le jeu tient toutes ses promesses (seul le multijoueur est un peu en deçà), il dépasse de loin les attentes et s'impose comme une nouvelle franchise, on l'espère très fort, solide et passionnante. Du désert mexicain aux montagnes du nord le charme opère et marquera les joueurs comme peu de jeux auparavant. Qui aurait cru que le titre capable de faire de l'ombre à GTA viendrait de ses propres géniteurs ?

 

Preview du multi

Preview du solo

Trailer de Lancement

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire