Cyberpunk 2077 : on connaît enfin l'un des responsables du fiasco (mais ce n'est pas simple)

JL Techer | 1 juillet 2022
JL Techer | 1 juillet 2022

Presque deux ans après son lancement, l'un des responsables de la catastrophe Cyberpunk 2077 aurait été identifié.

Jamais un titre AAA n'aura connu un lancement aussi désastreux que Cyberpunk 2077. Avec un budget de production colossal de près de 330 millions de dollars, pas moins de huit ans de développement pour une équipe de 300 à 500 personnes, le projet d'action-RPG de CD Projekt RED, déjà auteur de The Witcher 3 : Wild Hunt, avait tout pour atteindre la gloire et marqué l'histoire du jeu vidéo. Il l'a bien marqué, mais pas comme le studio CDPR l'espérait.

Bugs à outrance, versions old-gen si instables qu'elles en étaient injouables, bad buzz sur les réseaux sociaux, jeu retiré des stores PlayStation, action de CDPR qui s'effondre en bourse, enquêtes internes à la demande des actionnaires... l'affaire Cyberpunk 2077 était du jamais vu dans l'industrie. Pourtant, le titre a connu une réussite commerciale indéniable, puisque l'éditeur a annoncé avoir vendu plus de 18 millions de copies de son dernier né. Preuve de l'excellente santé de la licence, une série Netflix intitulée Cyberpunk : Edgerunners est même déjà dans les tuyaux.

 

Cyberpunk 2077 : photoCDPR se défendant face aux actionnaires

 

Pour justifier l'état technique catastrophique de Cyberpunk 2077 à sa sortie, CD Projekt RED n'avait pas hésité à signaler des défaillances en interne, en particulier au niveau du service QA que la société avait délégué à l'entreprise roumaine Quantic Lab, experte en Quality Assurance. Pour précision, le QA, ou assurance qualité dans la langue de Fabrice Luchini, consiste à tester les différents builds d'un jeu, et de remonter les bugs, glitchs et autres problèmes de performances aux concepteurs afin qu'ils puissent revoir leur copie.

Ces allégations de dysfonctionnements chez le prestataire QA semblent avoir été confirmées par des informations divulguées par la chaîne YouTube Upper Echelon Gamers, et relayées par le très sérieux magazine Forbes. Les propriétaires de la chaîne YouTube auraient reçu de la part d'un ancien employé de Quantic Lab "un dossier de 72 pages sur les tests d'assurance qualité, des documents sur les ressources humaines de Quantic Lab, des diagrammes du processus de travail", qui prouverait que Quantic Lab aurait menti à CDPR sur le déroulement de la phase QA.

 

Cyberpunk 2077 : photoAssis en lévitation, la classe

Quantic Lab aurait menti sur ses effectifs, et aurait caché le fait que la majorité des testeurs qui travaillaient sur Cyberpunk 2077 auraient été très peu expérimentés, alors que des testeurs experts étaient attendus sur le projet. Même le chef de projet QA de Quantic Lab n'aurait eu que moins d'un an d'expérience dans ce domaine.

L'équipe aurait été composée de 30 personnes, qui avaient pour tâche de remonter a minima 10 bugs par jour et par personne. Le problème est que ceux-ci n'auraient signalé que des bugs mineurs, et non pas les défaillances majeures du soft. CDPR aurait été submergé par des listes interminables d'erreurs mineures à corriger, cannibalisant les forces vives du studio au lieu de se concentrer sur les problèmes les plus importants.

Selon le rapport, CDPR aurait fini par réagir, mais trop tardivement : "Finalement, Quantic Lab a reçu l'instruction expresse de cesser d'envoyer des recherches de bugs de faible priorité et de se concentrer sur les problèmes plus importants. Mais le mal était déjà fait et CD Projekt Red était déjà très mécontent".

 

Cyberpunk 2077 : photoEt si on parlait de ce type décapité qui fait sa vie ?

 

Stefan Seicarescu, le Président Directeur Général de Quantic Lab, a réagi publiquement à ces allégations. Selon lui, la plupart des informations divulguées sont erronées"La vidéo publiée sur les médias sociaux commence par des déclarations incorrectes sur l'histoire de Quantic Lab. Il semble y avoir un manque de compréhension dans le processus de test d'un jeu avant sa sortie sur le marché".

Seicarescu a rappelé que son entreprise est composée de plus de 400 salariés répartis sur trois sites en Roumanie, et qu'il travaille main dans la main avec de grands acteurs de la scène mondiale du jeu vidéo, dont Ubisoft et Paradox Interactive. Selon lui, "Quantic Lab soutient plus de 200 projets par an de plusieurs éditeurs mondiaux de premier plan et continue à maintenir une approche de la qualité avant tout pour tous les travaux que nous entreprenons".

 

Cyberpunk 2077 : photoLa solitude du testeur QA

 

À ce jour, la direction de CD Projekt RED ne s'est pas exprimée concernant ces allégations. Sur le site officiel de Quantic Lab figure toujours ces mots de Robert Watson, directeur QA chez CDPR :

"Nous avons estimé que Quantic Lab offrait la combinaison de flexibilité, de compétences et de prix dont nous avions besoin pour une collaboration réussie. Le travail fourni par QL l'a justifié. Les problèmes ont été résolus rapidement, la collaboration s'est déroulée sans heurts et a été d'une grande valeur pour CD Projekt RED."

Malgré ces accusations, démentis et explications, de nombreuses questions restent en suspens concernant l'affaire Cyberpunk 2077. Outre le passage par un prestataire externe expert en QA, les grands éditeurs et concepteurs de hardware, dont Sony et Microsoft sont censés soumettre tous les jeux qui atterrissent dans leurs stores respectifs à des phases de QA en interne. Or, il est évident qu'il y a certainement des défaillances à cette échelle également. Reste à savoir si les langues se délieront à ce sujet un jour.

Tout savoir sur Cyberpunk 2077

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Poppers
19/07/2022 à 11:02

C'est pas de leur faute si ils ont pris le prestataire le moins cher et qu'il a fait n'imp'. Il nous prennent pour des ânes mdr. C'est surement nos implants Kiroshi qui déconnent.

Kynapse
02/07/2022 à 02:00

Je suis en train de le faire sur PS5 et il est toujours blindé de bugs…

Ankytos
02/07/2022 à 00:25

J'ajouterai que, même si leur prestataire a fait du mauvais travail, cela n'explique pas tous les problèmes du jeu à sa sortie et même encore aujourd'hui pour certains aspects.
Et plus important et grave à mon sens, cela n'excuse en rien leur entreprise de dissimulation des défauts du jeu en interdisant l'usage de captation personnelle de leur partie par les critiques et en les obligeant à utiliser le matériel vidéo-promo qu'ils fournissaient, en ne permettant pas les tests sur les consoles old-gen, en mentant, etc.

Zarbiland
01/07/2022 à 19:08

quelle farce, il suffisait de jouer au jeu pour savoir qu'il souffrait d'innombrables problèmes.
Ils ont la version master, j'ai du mal à croire qu'ils se reposaient uniquement sur les retours de Quantiv


01/07/2022 à 16:12

Quand bien même le QA aurait été aux fraises, la moindre des choses c'est fe jouer au jeu en interne, et il fallait pas 200h de jeu pour voir que le jeu n'était pas près du tout. Ça n'a pas du aidé, mais la direction de CDPR est fautive quoi qu'il arrive. Ce studio a des ambitions qu'ils ne savent jamais tenir, heureusement ils ont une bonne team narrative, autant The Witcher que Cyberpunk, ce sont des jeux moyens et pas finis, sauvés par leurs écriture.

votre commentaire