God of War : le réalisateur du dernier jeu aimerait adapter la franchise en série Netflix

Mathieu Jaborska | 29 janvier 2020 - MAJ : 31/01/2020 19:15
Mathieu Jaborska | 29 janvier 2020 - MAJ : 31/01/2020 19:15

Quand on s'interroge sur les franchises vidéo-ludiques qui mériteraient une adaptation cinématographique, le titre God of War revient très souvent.

Et pour cause : l'exploitation ample et épique de la mythologie grecque signée Santa Monica s'est au fil des épisodes imposée comme une démonstration spectaculaire de mise en scène. Autant dire que tout prédestine les aventures de Kratos à atterrir un jour sur grand écran. Enfin, presque. En effet, l'ambition visuelle sans limites de la franchise devra forcément trouver un artiste avec un sens aiguisé du gigantisme (au pif, Peter Jackson ?). Quant à sa violence décomplexée issue d'un univers antique bien tordu, elle devra trouver un producteur capable de l'accepter.

 

PhotoGods and Monsters

 

Ça fait beaucoup de conditions, et pourtant le succès sans cesse renouvelé des derniers opus de la saga ne cesse de relancer l'intérêt pour la chose, autant du côté du public que du côté des majors. Le tout dernier jeu, s'ouvrant pour la première fois à la mythologie nordique, est un carton commercial et surtout critique total, qui a encore une fois relancé les débats.

Un petit historique s'impose. Cela fait des années qu'un tel projet est sur la table. À un moment, il était question d'un scénario écrit par Marcus Dunstan et Patrick Melton, finalement récupéré par David Self, co-auteur de Wolfman. Après, la plus grosse piste est venue du cinéaste Steven S. DeKnight, qui souhaitait adapter le dernier épisode avec Dave Bautista dans le rôle de Kratos. Petit problème : pour le coup, le bonhomme ne possède pas un sens aiguisé du gigantisme. Les fans de Guillermo del Toro peuvent en attester.

 

PhotoLes carcasses métalliques de Pacific Rim : Uprising

 

Heureusement, rien n'a non plus été annoncé en ce sens, et les amateurs de bastons divines se contentent de refaire les jeux. Mais cela pourrait encore changer. Un tweet de GamesIndustry a posé une question simple : "Quel autre titre de jeu vidéo pourrait être lancé comme une série du style Netflix ?", question à laquelle a répondu Cory Barlog. Inconnu du monde du cinéma, l'artiste est cependant l'émérite scénariste d'une grosse partie des meilleurs jeux de la franchise et surtout le réalisateur du fameux dernier épisode.

 

"God. Of. War. (Du moins, je le pense)."

Forcément, tout ceci se passe dans un monde où Netflix a sorti l'artillerie lourde avec The Witcher. Voir une fresque aussi gargantuesque que celle-ci adaptée en série taillée pour la SVoD risque de faire grincer des dents pas mal de joueurs, surtout ceux qui n'ont pas été convaincus par l'aventure grise d'Henry Cavill. Le service a-t-il vraiment de quoi s'attaquer à un tel chantier, même avec un budget astronomique ? Le débat est lancé, même si l'auteur de ces lignes, totalement fondu de la saga, n'y croit pas une seule seconde.

 

photo, The Witcher Saison 1Les monstres de The Witcher, moins grandiloquents

 

Pas de panique cependant : juste en dessous, l'auteur précise bien qu'il ne s'agit pas d'un indice ou d'une quelconque indication, mais d'un simple point de vue. Néanmoins, rien n'empêche un exécutif de Netflix de tomber sur cet article et de contacter directement les patrons de Santa Monica Studio. Oh non, qu'avons-nous fait ?

Les acteurs et réalisateurs qu'on voudrait pour une adaptation sont .

 

Photo

commentaires

Lookens
29/01/2020 à 16:24

Mais quel est l'intérêt de reléguer ce genre de "news"... On en a tous les jours des types qui disent qu'ils veulent faire tel ou tel truc. Ca n'aboutit que rarement à quelque chose et ça rend surtout un effet de remplissage.

Pulsion73
29/01/2020 à 14:13

ça serait du gâchi d'offrir un tel spectacle sur un écran de tv plutôt que sur un bel écran de cinéma.

Piwi
29/01/2020 à 11:54

@Dooku

Question de point de vue. Moi je trouve grotesque de venir sortir ça ici, sans raison, si ce n'est celle de sa petite obsession à étaler par réflexe. Et encore une fois, un seul mot face à ces conneries : Valkyrie.

Et si le vrai problème de la série The Witcher venait de ces "minorités", ça se saurait je pense.

Netflix a surtout un paquet de séries teen, et les séries teen ont toujours été à l'image de leur époque. Quand tous les meilleurs amis et comic relief étaient noirs dans les années 80-90, personne tirait de sonnette d'alarme, c'était une évolution simple. Et on pourrait aussi lister les séries Netflix qui n'ont rien de spécial de ce côté, et constater que certains en font une montagne.

Dooku
29/01/2020 à 11:44

@Piwi

Ce qui est grotesque c'est la vision du monde de Netflix, à vouloir caler toutes les minorités les plus minoritaires dans tous les programmes, quitte à dénatuer l'oeuvre ou être incohérent, comme récemment dans The Witcher. Pas de problème avec l'inclusion sinon, mais trop d'inclusion tue l'inclusion. Et en voulant trop en faire Netflix obtient l'inverse de ce qu'ils recherchent. D'où cette réputation maintenant.

Piwi
29/01/2020 à 11:17

Surtout que les plus gros ennemis de Kratos dans le dernier God of War ne sont pas du tout des Valkyries, des "femelles" donc. Vilaine modernité.
Cette obsession de certains en dit tellement sur eux et leur "vision du monde", ça en devient aussi grotesque qu'une teen serie Netflix tiens

Dirty Harry
29/01/2020 à 11:10

Ok donc Kratos deviendra Mauritanien (parce que les grecs c'est trop blanc donc nazi) et on aura de l'inclusif toutes les deux scènes avec des Gorgones trans, des Centaures homo, et de la femelle partout qui donneront des ordres en rabaissant bien notre héros.
Une production Netflix quoi : une vision du monde digne d'un syndicat étudiant mais avec du pognon.

Snake88
29/01/2020 à 10:30

En film ça serait pas mal et Netflix peut allonger le blé pour que ça ait de la gueule. En série c'est quasiment impossible de restituer la substantifique moëlle du truc...

votre commentaire