LBJ : la première bande-annonce sur l'histoire de Lyndon Johnson, successeur malheureux de JFK avec un Woody Harrelson méconnaissable

Alexis Vielle | 28 juillet 2017
Alexis Vielle | 28 juillet 2017

Le fou et génial Woody Harrelson dans la peau du froid et ombrageux Lyndon B. Johnson ?  Fallait y penser... 

Dallas, 22 novembre 1963. Le monde entier est sous le choc. L’évènement est à peine croyable. L’homme le plus puissant du monde vient de se faire assassiner d’une balle dans la tête. Le suspect Lee Oswald est alors arrêté. Il se fait alors lui-même abattre à bout portant par le mystérieux Jack Ruby. Alors que toute l’attention médiatique se porte sur l’affaire, enchaînant les enquêtes, multipliant les fausses pistes, Lyndon Johnson, qui officiait en tant que vice-président, devient alors leader de la première puissance mondiale.

 

PhotoLyndon B. Johnson, 36e président des Etats-Unis 

 

Johnson, c’est un peu l’anti-Kennedy. Tandis que ce dernier était charmeur, séducteur, utopiste, populaire, l’autre est intimidant, connu pour son franc-parler, usant de sa forte présence physique pour impressionner ses interlocuteurs. Il dût aussi gérer la crise de la première partie de la guerre du Viêt-Nam, ce qui a contribué à plonger les Etats-Unis dans l’enfer d’une guerre que la presse et la population condamneront par la suite. 

LBJ, acronyme pour Lyndon Baines Johnson, raconte le parcours d’un homme condamné à rester dans l’ombre trop pesante de son prédécesseur, un JFK martyr laissant place à la création d'une véritable icône. Une icône dont il s’affranchira par la suite puisque se faisant réélire avant de se finir conspuer en raison de sa position sur le Viêt-Nam et l’invasion communiste. 

 

 

Mis en boite par Rob Reiner (Misery, Spinal Tap, Des Hommes d’Honneur), Johnson sera interprété par le génial Woody Harrelson dans ce qui se profile comme un rôle à Oscar, accompagné de l’éternel second couteau Richard Jenkins. Une forme de comédie dramatique où on découvre un ersatz de Churchill d’outre-Atlantique dont le franc-parler et l’intimidation face à ses adversaires resteront légendaires.

Sortie prochaine prévue en France. 

 

Affiche officielle

commentaires

KibuK
31/07/2017 à 08:05

Un oscar du latex me parait mérité en tous cas.

Satan LaBite
29/07/2017 à 09:26

Bon, on va lui filer son Oscar à Woody ??

votre commentaire