Martin Scorsese dévoile les coulisses mouvementées de Vinyl et craint pour l'avenir du cinéma

Jacques-Henry Poucave | 22 décembre 2016
Jacques-Henry Poucave | 22 décembre 2016

Martin Scorsese est une légende du cinéma américain forgée dans les années 70, à travers les flammes du Nouvel Hollywood. Et le maître craint que le cinéma qui l’a vu naître ne soit plus qu’un souvenir.

Actuellement en pleine promo de son très attendu Silence, Martin Scorsese profite de l'occasion pour causer histoire du cinéma et avenir du support. Lors d’une conférence donnée devant les membres de L’Associated Press, Scorsese est revenu, non sans un certain fatalisme, sur l’état du cinéma. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le constat qu’il dresse est plutôt sombre.

 

Le Loup de Wall Street

 

« Le cinéma a disparu. Le cinéma avec lequel j’ai grandi et que je réalise, n’est plus. Le cinéma sera toujours là pour proposer une expérience commune, aucun doute là-dessus. Mais de quelle expérience s’agira-t-il ? Je parle comme le vieil homme que je suis. « 

Des propos qui font écho à ses déclarations récentes, dans lesquelles il expliquait regretter que très peu de cinéastes contemporain s’attachent au sens des images et à la grammaire du cinéma. Pour autant, le cinéaste n’est pas du tout convaincu que la télévision représente l’El Dorado tant vanté apr certains créateurs.

 

pilote

 

« La télévision, je crois, ne l’a pas encore remplacé. Pas encore. J’ai essayé. J’y ai eu du succès dans une certaine mesure.  Sur Vinyl, nous avons essayé mais nous avons rencontré beaucoup de résistance concernant le type de production que nous voulions réaliser le langage cru, les drogues, le sexe, la description du monde du rock dans les années 70. Du coup, je ne suis pas si convaincu que ça par cette liberté. »

Fort de son expérience sur Boardwalk Empire et donc sur la catastrophe Vinyl, Martin Scorsese est revenu du discours extatique vantant les séries comme le futur du médium. Ce qui est particulièrement intéressant ici, c’est que l’on peut deviner combien la production de la série rock’n roll a été compliquée, au vu des déclarations du metteur en scène.

Comptant parmi les rares shows de HBO à être annulé après seulement une saison et ce malgré son budget colossal, Vinyl semble avoir souffert de vues divergentes quant à sa conception en coulisses. Peut-être faut-il voir là l’origine de la mollesse de la série et de son incapacité à incarner véritablement ses thèmes passionnants.

 

pilote

Tout savoir sur Martin Scorsese

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Anonyme
22/12/2016 à 16:57

Tel est prit qui croyait prendre

JackieBoy
22/12/2016 à 14:35

Vu récemment Vinyl, j'ai totalement adoré. Un pilot vraiment génial et une saison de très bonne qualité! Dommage, que la série se soit arrêtée au bout de dix épisodes.

Rahan les tape
22/12/2016 à 13:10

Vinyl n'est absolument pas une catastrophe lorsqu'on est amateur de rock, les autres peuvent trouver le temps long j'en conviens entre 2 sosies et un rail de coke.
Le pilote restera à mes yeux le meilleur Scorsese depuis des lustres même s'il était en pleine redite.

votre commentaire