The Forest : les fantômes attaquent Natalie Dormer de Game of Thrones dans le teaser

Jean-Luc Hassaique | 29 septembre 2015
Jean-Luc Hassaique | 29 septembre 2015

Les forêts, c’est quand même pas top. En plus d’être sales et plein d’animaux même pas domestiques, ces hauts lieux d’humidité recèlent souvent des esprits démoniaques prêts à dévorer quiconque s’y aventure. La preuve avec la bande-annonce de The Forest, où l’on retrouve Natalie Dormer.

Son nom a beau ne pas toujours être bien connu du grand public, Natalie Dormer est une comédienne parmi les plus en vue de sa génération, que l’on croise dans les Tudors, Game of Thrones ou encore la franchise Hunger Games.

En dépit d’un charisme indéniable et d’un talent certain, Natalie Dormer est souvent utilisée dans le rôle de la méchante garce, au visage dur, à l’œil machiavélique et à la cuisse hospitalière. On est donc plutôt content de la retrouver dans un long-métrage, qui plus est tenant le rôle principal, pour ce qui s’annonce un film d’horreur assez différent de ce qu’elle a pu faire jusqu’alors.

Elle y jouera une jeune américaine dont la sœur a disparu dans Aokigahara. Ces bois, situés au Japon accueillent chaque année de nombreux suicides. Lorsque notre héroïne s’y rend, elle découvre rapidement que les avertissements lui intimant de ne pas quitter la route étaient fondés et que les âmes des morts sont particulièrement voraces.

Voici donc le teaser de la bande-annonce (oui ce sont des choses qui arrivent) et l’on peut déjà annoncer que le film devrait être plus réussi qu’une autre production américaine contemporaine située dans le même décor. Il s’agit de Sea of Trees, le gros fou rire de Cannes, qui contrairement à The Forest n’a pas été tourné sur place… mais dans le Massachussets…

Et puis bon, les vilains esprits ont un look old school qui nous séduit particulièrement.

Tout savoir sur Game of Thrones

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire