Resident Evil : The Final Chapter rappelle deux méchants de la saga pour le grand final

Geoffrey Crété | 18 septembre 2015
Geoffrey Crété | 18 septembre 2015

Le casting officiel de Resident Evil : The Final Chapter se précise avec deux visages connus des fans.

Deadline annonce que le sixième épisode des aventures d'Alice au pays d'Umbrella a rappelé deux acteurs et gagné de nouveaux visages pour affronter l'apocalypse selon Paul Anderson, où Milla Jovovich sera épaulée par Ali Larter (Claire Redfield). Si Johann Urb (Leon Kennedy) ne sera pas de l'aventure pour des raisons inconnues puisqu'il était dans la dernière image de Retribution, et que les retours attendus de Wentworth Miller (Chris Redfield), Bingbing Li (Ada Wong) et Sienna Guillory (Jill Valentine) restent secrets, les fans pourront compter sur Shawn Roberts, interprète du diabolique Albert Wesker, mais aussi Ian Glen.

Connu pour son rôle de Jorah Mormont dans Game of Thrones, l'acteur reprendra vraisemblablement le rôle du dérangé Docteur Sam Isaacs, apparu dans Apocalypse et surtout Extinction, où il connaissait un destin aussi funeste que grotesque. Mystère donc sur les raisons et moyens de son retour, qui pourrait illustrer une nouvelle fois l'imagination effrayante et hilarante de Paul Anderson.

 

 

Rayon nouveautés : Ruby Rose (Stella dans la troisième saison d'Orange is the New Black), Eoin Macken (Merlin) et William Levy, qui fera vraisemblablement office de belle gueule.

Le tournage de Resident Evil : The Final Chapter débute ce mois-ci en Afrique du sud. Alice y affrontera une ultime fois la Reine Rouge, apparue dans le premier film, et désormais déterminée à éradiquer les derniers survivants de l'humanité de la surface de la planète. Le synopsis officiel révélé par Collider explique qu'Alice, trahie par Wesker et désormais sans capacités surhumaines, retournera à Racoon City, où Umbrella a prévu de porter un coup fatal aux survivants avec de nouveaux mutants.

Pour rappel, le cinquième épisode, Retribution, se terminait sur l'arrivée d'Alice et son équipe de choc à la Maison Blanche, avec Wesker installé dans le bureau oval. En hommage au mémorable dernier plan du premier épisode, le film se terminait sur un long travelling arrière, révélant un bâtiment cerné par des milliers de zombies et autres créatures volantes, en pleine hystérie derrière les remparts. De quoi imaginer des adieux spectaculaires, qui repousseront une nouvelle fois les limites du bon goût et mettront à rude épreuve les nerfs des fans.

The Final Chapter est prévu pour début 2017.

commentaires

rotaderp
16/10/2016 à 14:13

N.B.:
Je voulais dire: "On sait qu'il ne lui arrjvera rien...".

rotaderp
16/10/2016 à 14:12

Dans les films Resident evil, le personnage d'Alice est quasi-invulnerable. On sait qu'il ne lui arrivera et cela tue le suspens de ces films.
(Exemple dans le 5 ou Alice qui a pourtant perdu ses pouvoirs, arrive encore a massacrer des armees de vivants et de morts-vivants et ne montre aucune faiblesse..).
Dans les jeux videos, il n'y a jamais existe de personnages comme cela: Certains heros sont tres forts mais ils restent de simples mortels.

Guillaume
21/04/2016 à 19:18

Les films sont très prenants . Ce n'est pas du Christopher Nolan mais des films courts et divertissants. Tant mieux que Anderson n'es pas repris l esprit des jeux sinon on serait tous le scénario de À à Z. Sa ne sera jamais des films cultes mis à pars le premier peu etre . On s'amuse et c'est le but d un film !

sylvinception
23/09/2015 à 16:26

"Comment bâillonner ligoter décapiter
vif une licence ? Demandez à... Ridley Scott !!!!"

R5
22/09/2015 à 01:27

Resident Evil n'a jamais été un jeu d'action RiffRaff. Lis la définition de survival horror : c'est exactement l'essence du jeu, et de la première moitié de la saga !

IQ
21/09/2015 à 11:21

Erreur : les jeux sont devenus actionner à partir du 4. Avant il y a avait certes des armes (et prendre en exemple la version japonaise du 2 qui commence avec mitraillettes : pas bien parlant) mais le moteur était l'exploration, les énigmes, dans une ambiance anxiogène, avec des séquences d'action étalées de manière intelligente.
A partir du 4 c'est devenu une suite d'assauts, de QTE, de fusillades over the top, de sous intrigues new age totalement tordues et kitsch. Depuis, c'est que ça, donc comme les films.

Mais ça laisse 4 épisodes (les 3 premiers + Code Veronica) qui sont non actionner, constituent l'ADN premier de la franchise, donc bien plus que tes 5% auto décrétés

RiffRaff
21/09/2015 à 09:20

Parler de chef d'oeuvre pour Resident evil en jeu est un peu exagéré. Les jeux se sont tournés vers l'actionner bourrin dès le deuxième épisode(la version japonaise faisait commencer le jeu avec un fusil mitrailleur). Les films sont des séries B sans âme ou presque, comme 95% des jeux de la série.

Karlito
19/09/2015 à 21:13

ET Uwe Boll, il est pas mal aussi. C'est carrément un cimetière à lui tout seul...

ttf
19/09/2015 à 11:05

Y a quand même une bonne nouvelle : c'est le chapitre FINAL !
Quand à l'autre tacheron d'Anderson(of bitch) je pense qu'on peut lui décerner le prix du pire Killer d'hollywood en quelques films il a tué 3 ou 4 franchises énormes.

R90
19/09/2015 à 11:00

Honnêtement faut pas trop s'en prendre à Anderson : quand on voit la gueule de la saga jeu vidéo depuis quelques temps, ses films sont malheureusement des adaptations très fidèles.....

Plus

votre commentaire