Cannes 2015 : Hou Hsiao-hsien joue les Assassins sur la Croisette

Chris Huby | 22 mai 2015
Chris Huby | 22 mai 2015

Hou Hsiao-hsien présente son nouveau film sur la Croisette dans la sélection officielle. Cet événement marque le grand retour du metteur en scène taiwanais, qui n’avait pas fait de film depuis des années, retiré du monde dans une quête mutique survenue à la suite d'un tournage catastrophique.

Dans The Assassin, Nie Yinniang (impressionnante Shu Qi) est chargée d’aller assassiner le gouverneur de la province de Weibo, qui n’est autre que l’homme auquelle elle était promise quelques années aupravant. Assassin est un film de sabre. Les codes du genre se reconnaissent d’emblée, même si le cinéma de l’auteur vient immanquablement s'y greffer. On fait dès lors face avec une œuvre étrange, quelque peu schizophrène, mélangeant un rythme lent, aux cadres fixes, à des instants de bravoures en forme de combats, d’ailleurs souvent interrompus brutalement.

On pourra parler de l’image, absolument fantastique. Nous avons droit à des compositions admirables, proches de certains tableaux de maîtres, découpées dans des décors somptueux, rehaussés par des costumes du même niveau. Le scénario nous laisse pourtant un peu sur notre faim. Et ce, malgré une métaphore à peine dissimulée du combat entre le petit Tawaïn et la grande Chine.

Cousue de fil blanc et très classique, l’histoire ne cherche pas à sortir des lignes de conduite que l’on connait. Seule la mise en scène tente de se différencier via la patte très particulière de Hou Hsiao-Hsien. De genre, le film passe ainsi au film auteurisant, à la limite d'un ennui qui amène à se questionner sur le bienfondé de l’entreprise. Il n’en reste que de beaux moments, mais qui ont parfois du mal à se connecter pour construire une œuvre marquante.

Au final, le retour attendu du réalisateur taiwanais déçoit un peu. Le film, d’une facture plastique assez rare, reste malheureusement très pauvre en termes d’émotions. La faute à une direction artistique qui prend le dessus, sans jamais se laisser aller vers les risques et la folie nécessaire à ce type de long-métrag.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire