Benoît Poelvoorde, serial killer obsédé par les soutiens-gorge pour Bertrand Blier

Geoffrey Crété | 18 mai 2015
Geoffrey Crété | 18 mai 2015

Six ans après Le Bruit des glaçons avec Jean Dujardin harcelé par son cancer nommé Albert Dupontel, l'inimitable Bertrand Blier prépare un nouveau film avec Benoît Poelvoorde, Maïwenn et Anaïs Demoustier.

Cannes, source de joie immense. Grand cinéaste quelque peu oublié, Bertrand Blier a annoncé qu'il reviendra derrière la caméra pour Existe en blanc, adaptation de son roman éponyme avec Benoît Poelvoorde, Maïwenn (qui l'a filmé dans Le Bal des actrices, où il joue son propre rôle lors d'une séquence cocasse avec Karin Viard et une vache), Anaïs Demoustier et Grégory Gadebois.

 

 

Existe en blanc raconte l'histoire d'un homme fasciné depuis sa plus tendre enfance par les soutiens-gorge. Adulte, ce directeur des Ressources humains d'une fabrique de sous-vêtements deviendra un tueur en séries, obsédé par le soutien-gorge des femmes, qu'il étrangle à partir du moment où elle se déshabillent pour l'acte sexuel.

Bertrand Blier présente Existe en blanc comme un thriller plein d'humour noir dans la veine de Buffet froid, l'un de ses films cultes avec Gérard Depardieu, récompensé par le César du meilleur scénario en 1980. Raison de plus pour attendre avec une réelle impatience le nouveau film du metteur en scène iconoclaste, qui use du verbe comme personne, et possède un fantastique sens de la mise en scène.

 

 

Le synopsis du livre Existe en blanc

Déjà, en culottes courtes, quand je rentrais de l'école, je ne manquais pas de passer, avec mon gros cartable, devant le magasin Thirion, articles pour dames, dans la vitrine duquel, sur des bustes sans têtes, resplendissaient d'admirables soutifs. Je ralentissais le pas, et la tête retournée vers les bonnets sublimes, je me remplissais les yeux jusqu'à l'évanouissement. Des imbéciles toujours prêts à se dévouer m'allongeaient sur un banc et me tapotaient les joues. Furieux d'être extirpé de mon rêve satiné, je leur balançais mes bottines dans la gueule." Ce n'est que le début... Le gamin, élevé dans une famille très bizarre, développe ce goût immodéré pour le soutien-gorge dans l'âge adulte. Il faut dire que, d'abord représentant en lingerie féminine, il devient directeur des Ressources humaines (!) d'une fabrique de soutiens-gorge. Grand baiseur, oui, mais ses désirs sont essentiellement d'ordre esthétique : c'est le soutien-gorge qui le stimule, ou le sein pris dans le soutien-gorge (et pas de n'importe quelle marque), et non le sein nu. Lorsque l'idiote, pour étaler tous ses charmes, fait sauter son soutien-gorge, c'est fini : il l'étrangle... Il en étranglera un bon tas.À l'heure du "consensus mou" et du "littérairement correct", ce livre est fou et sublime de vraie provocation, d'excès, de délire, de beauté sulfureuse, de franche horreur, d'un humour plus noir que noir. Ceux qui aiment les films de Bertrand Blier ne seront pas tellement surpris, tout en avouant que jamais il n'a été si loin ni si fort - les mots sont beaucoup plus puissants que les images. Et c'est ici qu'il faut dire que toutes ces folies sont racontées d'une plume magnifique, constamment jubilatoire, - telle que le cher Rabelais reconnaîtrait avec bonheur son héritier dans les élucubrations de l'abominable Bertrand Blier.

 

Le maître Blier

Tout savoir sur Bertrand Blier

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Dirty Harry
18/05/2015 à 13:41

Ah oui ! Content que le meilleur dialoguiste français se réveille : on va avoir droit à des répliques fleuries et une bose dose d'humour acide !

votre commentaire