La censure britannique bâillonne le porno anglais

Par Simon Riaux
4 décembre 2014
MAJ : 28 octobre 2018
9 commentaires
default_large

La pornographie anglaise est dans tous ces états. Un décret pris en 2003 par le British Board of Film Censors (BBFC), qui entrera en application dans ces prochains jours, interdit purement et simplement certaines pratiques sexuelles.

Le petit monde du porno anglais se demande à quelle sauce il va être mangé, depuis que les actes suivants ont été déclarés illégaux par le BBFC. Il sera désormais interdit de mettre en scène des fessées ou des coups de fouet, les pénétrations d’objets « à caractère violent », les agressions physiques ou verbales (même si consenties), tout ce qui inclut de près ou de loin l’urine, le facesitting (s’asseoir sur le visage d’un ou d’une partenaire), le fisting et l’éjaculation féminine.

Une interdiction qui ne vise évidemment que les productions anglaises, qui font depuis quelques jours part de leur vive inquiétude.

En outre, plusieurs acteurs de la pornographie féminine se plaignent de décision irrationnelle et difficilement compréhensible, ainsi que d’un choix de pratique qui nuirait ouvertement et volontairement au porno dit féministe ou mettant en scène la domination féminine (Femdom).

God save the Queen, comme on dit chez eux.

Rédacteurs :
Abonnez-vous à notre youtube
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
9 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Galactus

Non mais sérieux c’est quoi cette photo sur un site grand public !

almat

oh le pauvre chaton il est choqué par un jupette union jack!

Galatus

Heu non quand j’ai posté ce commentaire c’était une autre photo un peu plus explicite.

Gus

Une photo bondage sur un site public, avec pour sujet une nouvelle perturbante, comme un tremblement de terre dans l’industrie cinématographique !

Qu’écran large devienne Morandini et se complet à sentir ses propres pets. Et à nous faire partager leurs effluves, nope.

Galactus

C’était plus que bondage un type attaché se faisait sodomiser par une femme équipé d’un s*x toy.