Charlie Sheen, poète de la rédemption

Simon Riaux | 15 septembre 2011
Simon Riaux | 15 septembre 2011
Charlie Sheen aura fait du chemin en un an. Le comédien aura réussi à se faire virer du show qui avait fait de lui l'artiste le mieux payé du petit écran, non sans insulter copieusement producteurs et collègues. Il aura perdu la garde de ses enfants, l'une de ses deux compagnes, vu la police débarquer plusieurs fois chez lui, fait exploser les compteurs de Twitter en y déversant d'invraisemblables messages. Enfin, il aura effectué une tournée chaotique à travers les États-Unis grâce à un one man show délirant, à côté desquelles ses homemade vidéos passeraient pour d'innofensifs haïkus.

Mais tout cela est désormais derrière lui. Charlie va mieux, à retrouver une série dans laquelle faire n'importe quoi (une sitcom reprenant le canevas de Anger Management, avec Adam Sandler), et veut nous faire comprendre que les excès c'est fini (pour le moment).

« Je ne sais pas vraiment ce qui s'est passé. C'était un de ces moments où les planètes sont alignées, pour le meilleur ou pour le pire. J'ai dit des trucs et ça a tellement attiré l'attention que je ne pouvais plus éteindre l'incendie. D'un instant à l'autre, j'ignorais ce qui pouvait se passer, c'était très excitant. En regardant en arrière, je crois que je referais la même chose, à deux ou trois moments près. (…) Ce n'est pas un super contrat télévisé, une fête géante, ou une récompense, mais le sourire de votre enfant à la fin de la journée qui vous fait verser une larme solitaire. »

Mon dieu. Charlie est devenu poète.

 

 


 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire