Une année, un film : Les oeuvres qui ont marqué Rémi Bezançon (12)

Thomas Messias | 23 juillet 2008
Thomas Messias | 23 juillet 2008
Le 23 juillet 2008 sort Le premier jour du reste de ta vie, un film auquel on tient énormément à la rédaction d'Ecran Large (lire notre critique pour le moins dithyrambique ici). Pour mettre en avant notre énorme coup de cœur de l'année, on a décidé de donner la parole à son auteur. Tout juste âgé de 37 ans (voire 12 ans ½ quand on écoute son actrice Zabou Breitman en parler), Rémi Bezançon est un cinéaste qui aime et connaît le cinéma n'hésitant jamais à faire directement référence aux films qui l'ont marqué comme ce fut le cas dans Ma vie en l'air et encore plus dans son nouveau film.

 

On l'a donc soumis à un jeu pour le moins atroce : choisir un (et seulement un) film phare par année de sa vie et nous raconter pourquoi ce dernier a marqué sa vie de cinéphile (pour ce jeu, on tient compte de la sortie du film en salles françaises).


Jusqu'à la sortie du film, on vous propose tous les jours ses choix. En espérant que cela vous donne envie d'aller voir le sien...

 

 

 

1993
 
 
 

Un jour sans fin (Harold Ramis)

 

  

 

 

- Debout les campeurs et haut les coeurs... C'est le jour de la marmotte !

Bill Murray en roue libre servi par un scénario en béton pour une des meilleures comédie des années 90. Mais plus qu’une simple comédie, Harold Ramis nous offre avec ce film aujourd’hui culte un conte philosophique sur le temps qui passe, et une formidable leçon d’humanité. A voir sans fin.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1994

 

 

Pulp fiction (Quentin Tarantino)

 

 

 

  

Et Quentin Tarantino devint un adjectif... Deux ans après le déjà tarantinesque Reservoir Dogs, le p'tit gars du video-club refait parler de lui à coup de gunfight et dancefloor. Samuel L. Jackson et Travolta - en mode come-back affublé d'une improbable coupe de cheveux! - dissertent sur le Royal Cheese et les massages de pieds tandis que Bruce tout puissant nous hache du Zed (is dead) au sabre (pré-Kill Bill s'il vous plaît). Président du Jury, Clint ne s'y trompe pas en lui décernant une Palme d'or comme on aimerait en voir plus souvent. Tarantinesque on vous a dit!

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Autoportrait de Rémi Bezançon
Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire