Chronologie des médias : le casse-tête de la réforme entre Canal+, Netflix et compagnie enfin terminé ?

Mathieu Lapon | 2 décembre 2021 - MAJ : 03/12/2021 12:40
Mathieu Lapon | 2 décembre 2021 - MAJ : 03/12/2021 12:40

Canal+ et la filière française du septième art auraient trouvé un accord qui pourrait bouleverser la chronologie des médias.

La chronologie des médias, c'est ce truc qui picote pour le consommateur moyen français, quand il comprend avec désarroi qu'il doit attendre plusieurs années après la sortie cinéma d'un film pour le voir sur Netflix, Amazon Prime Video, Disney+ ou n'importe quelle plateforme de SVoD. Pourtant, c'est toute une chaîne de distribution nécessaire à l'économie française, tant pour protéger les exploitants que des marchés tiers comme celui du DVD. Mais forcément, vu son lot de contraintes, elle est souvent sujette aux conflits d'intérêts.

Une équation parfois perçue comme insoluble, tant des acteurs aux intérêts différents (exploitants de salles, distributeurs cinéma, distributeurs vidéo, diffuseurs, plateformes...) sont favorables à des réformes différentes. Il y a quelques mois, une lutte s'était engagée entre la chaîne de télévision Canal+ et le législateur. Canal+ grondait et menaçait d'opérer des transformations majeures en son sein, qui aurait pu faire exploser le modèle de distribution en vigueur. Mais finalement, avant que la chaîne ne se désolidarise, un nouvel accord aurait été trouvé. Explications.

 

Illusions perdues : Photo Benjamin VoisinLe cinéma français en ce moment

 

Résumons la gueulante : le gouvernement français était prêt à revoir la chronologie des médias, qui dicte actuellement qu'un film sorti dans les salles françaises ne peut atterrir sur une plateforme de SVoD que 36 après sa sortie sur grand écran. Le changement envisagé ? Passer à seulement 12 mois d'attente, en échange de quoi les plateformes de streaming intéressées devront investir 20 à 25 % de leur chiffre d’affaires à la production du cinéma français.

Une perspective qui n'a pas plu à Canal+ qui est, depuis 1984, le gros diffuseur français sur petit écran, et le premier investisseur privé dans le secteur, mais qui estimait que ces réformes le désavantagerait par rapport à Mickey, Amazon et le N rouge. Même si la chaîne de télévision dispose depuis 2018 d'une exclusivité de diffusion à 8 mois (pour la plupart des films), soit quatre d'avance sur les géants du streaming (en cas d'assouplissement), elle a fait savoir que ce nouveau modèle économique serait ravageur pour elle.

Il faut comprendre que le groupe Canal+ (qui comprend Canal, ses chaînes, notamment Ciné+, ainsi que ses filiales gratuites sur la TNT) estimait que ses obligations de financement - les plus hautes de tout le parc audiovisuel, contrepartie de son avantageuse fenêtre de diffusion - ne justifiaient plus les sommes injectées dans le 7e art hexagonal.

 

La Flamme : photo, Jonathan Cohen, Ana GiradotCanal Drama

 

Depuis ces frictions de mai 2021, ça a été un peu la guerre froide entre les deux camps. Sans nouvelles, certains analystes redoutaient que Canal+ se désolidarise brutalement du financement et de la diffusion du septième art français. Mais depuis le 2 décembre 2021, Les Echos a rapporté qu'un nouvel accord entre Canal+ et la filière française du cinéma aurait été trouvé. Quels en sont les termes ?

Contre 600 millions d'euros investis sur trois ans, renouvelables tacitement, Canal+ détiendra une exclusivité encore plus précoce, en passant de huit mois à six mois d'attente pour voir un film débarquer sur la chaîne après sa sortie en salles. En plus, la chaîne de télévision conserverait pendant neuf mois l'exclusivité du produit qui y atterrira. Évidemment, cette "exclusivité" de neuf mois se fait au détriment de l'assouplissement envisagé pour les plateformes de streaming.

Notons également que ces 600 millions ne concerne pas la seule chaîne Canal+, mais toutes les entités du groupe, les achats, les pré-achats, productions et co-productions.

 

Eiffel : photo, Romain Duris, Emma MackeyLa flamme se rallume entre Canal et le cinéma français

 

Donc, comment cela fonctionnera, a priori ? Un film sort au cinéma. Six mois après la sortie en salles, il peut finir sur Canal+. Quinze mois après la sortie en salles, il pourra atterrir sur les plateformes de streaming. Ces dernières ont donc perdu trois mois, par rapport au changement initialement prévu, mais ont gagné plus de vingt mois par rapport à la chronologie des médias actuelle.

On se dirige donc vers un très gros assouplissement de la chronologie des médias en passant de trois ans d'attente à seulement un an et trois mois pour les services de streaming type Netflix, Disney+ et cie en France. Pour certains spectateurs, ça sera sans doute toujours trop, mais il fallait se douter qu'avec tous les engrenages qui composent l'économie du cinéma français, on ne risquait pas de passer de tout à rien. Des annonces officielles étant possiblement à prévoir, très prochainement, c'est une affaire à suivre.

Tout savoir sur Canal+

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
MystereK
03/12/2021 à 23:13

JOEB vous vous trompez, Netflix sort des films en salle, là où c'est possible, pour de petites distributions quelques semaines avant la mise à disposition sur leur plateforme et encore quelques semaines après. Ainsi j'ai vu en Suisse, The Irishman, le Coen et The Power of the Dog en salle. Red Notice est aussi sorit en salle.

mucianobdx
03/12/2021 à 16:58

En fait c'est pas 15 mois pour les services de SVOD mais 15 à 22 mois, canal à l'exclu des films 9 mois et j'usqu'a 16 mois en deuxième fenètre (cine+), donc ça sera plus 22 mois que 15 et netflix, prime et disney n'ont rien signé pour l'instant.

Simon Riaux - Rédaction
03/12/2021 à 13:16

@Joe8

Ce qui n'a littéralement aucune chance d'arriver.

Joe8
03/12/2021 à 12:53

Pour l’instant Disney est seul à mettre la pression vue que Netflix et Prime ne sortent pas de films donc Vivement l’arrivée de HBOmax et Skyshowtime la nouvelle plateforme combiné de Universal et Paramount pour enterrer cette chronologie des médias

VIVA la Suisse
03/12/2021 à 08:06

et nous pendant ce temps nous avons le derniers duel qui viens d'arriver sur D+ un mois apres sa sortie cinema.... vous l'aurez dans 2ans ... sa fait pas rever...

Okay
02/12/2021 à 23:21

Avec ce nouvel accord, les plateformes de streaming vont devoir revoir leur financement à la production française ?

Numberz
02/12/2021 à 22:08

Même chose x 2 que captp

Le support physique est du coup bloqué à 4mois?

J'en peux plus de la pub xbox

Yesman
02/12/2021 à 20:07

Prenez un vpn et arrêtez d'être des pigeons !

captp
02/12/2021 à 20:05

Au doigt mouillé cet accord semble pas mal.
J'imagine que ça change rien pour les sorties dvd/br ?

Les pubs mordent sur les articles sur téléphone, c'est "execivement agassant " ;)

Pseudo1
02/12/2021 à 19:55

Et les géants du streaming, en contrepartie, ils devront investir davantage dans le ciné français ou pas ?
Parce que là, ça sent quand même la grosse victoire pour eux sans trop se fouler, comparé à C+.

Plus
votre commentaire