Nicolas Cage dévoile son look sauvage dans le futur western Butcher's Crossing

Raphaël Iggui | 19 octobre 2021 - MAJ : 19/10/2021 15:13
Raphaël Iggui | 19 octobre 2021 - MAJ : 19/10/2021 15:13

Nicolas Cage s'apprête à charcler du bison dans la première photo du futur western Butcher's Crossing.

En près de 40 ans de carrière, le neveu de Francis Ford Coppola a dû pratiquer autant de métiers qu'il n'a changé de perruques à l'écran. Nicolas Cage a ainsi été progressivement garde du corps de l'ex-femme du président des États-Unis, spécialiste des armes chimiques au FBI, John Travolta, ange, vendeur d'armes, présentateur météo et même motard du diable à l'occasion...

Mais Nicolas Cage n'a jamais été un grand adepte du film en costume. Tout juste transforme-t-il des sorcières en carpaccio en compagnie d'Hellboy dans Le Dernier des Templiers, ou va-t-il faire du tourisme au pays de Confucius avec Anakin Skywalker dans Croisades. C'est donc avec une joie toute particulière qu'on accueille la première photo de Butcher's Crossing, futur film western où Cage arbore un crâne du plus bel effet. 

 

Photo, Nicolas CageMonsieur sale

 

Inspiré du roman éponyme de John Williams, Butcher's Crossing devrait suivre le parcours d'un jeune homme dans les années 1870 alors qu'il vient de lâcher ses études à Harvard. Aimanté par l'Ouest américain, il va alors se lier avec un groupe de chasseurs de bisons menés par un dénommé Miller (Nicolas Cage). Ensemble, ils vivront un voyage qui les poussera dans leurs derniers retranchements physiques et mentaux...

Voyage initiatique dans une nature froide et hostile, western révisionniste sur un Ouest crépusculaire et son fantasme en pleine déliquescence, Butcher's Crossing devrait offrir un sacré matériau de réalisation à Gabe Polsky (les documentaires Red Army et Red Penguins) et un rôle hybride idéal entre Colonel Kurtz et Davy Crockett pour Nicolas Cage. 

 

photo, Nicolas CageMarlon Brando pédestre

 

On ignore encore qui incarnera Will Andrews, le protagoniste principal de notre histoire. Par contre, on espère se trouver plus face à The Revenant qu'à Slow West qui ne portait que trop bien son titre malgré tout l'amour qu’on a pour Michael Fassbender. Sinon, vous pouvez retrouver Nicolas Cage dans Pig, qui sera à l'affiche le 27 octobre 2021, avec beaucoup plus de cheveux.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
ragnagnas
19/10/2021 à 20:25

@okay
Moi aussi j'ai aimé SLOW WEST t'inquiéte. On peut aimer THE REVENANT et celui ci. Enfin..peut être pas tout le monde.

Simon Riaux - Rédaction
19/10/2021 à 18:57

@Giro

Aucun rapport avec John Wick, quant à la lenteur, elle n'existe pas au moment du scénario, c'est affaire de mise en scène et de montage.

La construction du film est très habile, les dialogues très finement écrits, et les personnages intelligemment caractérisés. Un excellent scénario quoi.

Pi
19/10/2021 à 18:51

Pig est un film que j'ai trouvé très bon. Un anti-John Wick. On pense pendant tout le film que ça va virer à la vendetta violente mais le film nous ramène constamment à quelque chose de moins américano-centré. L'idée que les conflits peuvent se résoudre autrement qu'en massacrant des gens. En leur faisant la cuisine, par exemple et en ouvrant le dialogue. En exprimant ses émotions sans avoir peur de perdre sa virilité.

J'ai trouvé Nicolas Cage tout en retenue. Pas le cabotinage habituel, le fou qui est devenu culte. Non, un être humain avec ses traumas qu'on devine derrière ses vêtements sales et les ecchymoses sur son visage. Un homme qui a trouvé dans les bois, loin de son ancienne vie et avec une truie rigolote - pas une image de synthèse, un vrai animal vraiment attachant - pour qui il ressent de l'amour, l'inverse de ce que lui inspirent la plupart des humains et leur monde.

Giro
19/10/2021 à 16:50

Salut Simon,

Les goûts et les couleurs j’imagine… j’avoue ne pas avoir été transcendé par ce mélange de John Wick mal lavé, de film indy dans un universe redneck et de la lenteur du tout. Reste Nicolas C. et c’est bien pour cela qu’on se tape certaines de ses purges jusqu’à la fin )

Simon Riaux - Rédaction
19/10/2021 à 15:39

@Giro

Sans doute son excellent scénario justement.

Et son coût très faible.
Et la présence d'un comédien populaire.

Giro
19/10/2021 à 15:33

J'aimerai bien comprendre ce qui a pu pousser un producteur a donner le Grenn Light au scenario de Pig.

Okay
19/10/2021 à 15:33

Hey! J'adore Slow West ...

votre commentaire